Livre, Roman

Yesterday’s gone, Episodes 1 & 2 : Le Jour où le monde se réveilla désert

C’est à 2 h 15, en pleine nuit, que cela s’est produit.
Mais ce n’est qu’au réveil qu’ils s’en sont rendu compte.
Le monde déserté. Vidé de sa population. Famille, proches, voisins, tous ont disparu. Volatilisés.
Ils ne sont qu’une poignée, disséminés à travers le pays…

yesterdaysgone1

Imaginez : un matin, vous vous réveillez et vous êtes tout seul. Plus de parents, d’enfants ou de compagnon à vos côtés. Plus de voisins. Bon d’accord, ce début d’histoire a déjà été utilisé plusieurs fois. Post-apocalypse avec extraterrestres ou avec zombies, disparition des plus de 15 ans, des romans qui commencent comme ça, il y en a d’autres que Yesterday’s gone. La différence est plutôt dans la forme que dans le début de l’intrigue. Yesterday’s gone ne se veut pas un roman mais une série (oui, comme à la télé) écrite. Oui oui, un livre, avec des épisodes et des saisons.

Alors qu’est sorti il y a quelques semaines un nouvel épisode de la saison 2, j’ai décidé (enfin) de commencer par le début, c’est à-dire le tome 1 de la saison 1. Logique. Comme dans toute bonne série, si on veut suivre, il faut commencer par le commencement. D’autant que les deux premiers tomes – enfin, les deux premiers épisodes – sont construits, comme les suivants d’ailleurs, en partant des personnages.

Un matin donc, ils sont un certain nombre à se réveiller seuls. D’autres ont perdu un membre de la famille pendant la nuit. Le père, ou la mère, ont disparu. Et comme si ça ne suffisait pas, certains voient des trucs bizarres, en rêve ou en vrai. De ces trucs qui vous font bien flipper. Un animal qui a perdu une partie de la tête, des brouillards noirs, des couleurs, des créatures bien moches. Extraterrestres? Zombies? Ne comptez pas sur moi pour vous le dire. D’abord je ne spoile jamais et puis de toute façon, à la fin des deux premiers épisodes, on n’est sûr que d’une chose : ce sont de gros gros vilains très moches et pas sympas.

Ce qu’on a également compris c’est que : 1. l’espèce humaine est très mal barrée, 2. les survivants ne sont pas tous des gentils, 3. il va leur arriver des bricoles, aux gentils comme aux méchants. Et comme évidemment, comme dans toute bonne série, on a envie de savoir et que par ailleurs c’est écrit de façon dynamique avec des cliffhanger efficaces (vous savez, ces fins de chapitres, ou d’épisodes, qui vous donnent juste envie de donner tout ce que vous avez pour connaître la suite), eh bien je vous conseille, si comme moi vous l’aviez laissé de côté, de vous procurer Yesterday’s gone. Quant à moi, je m’attaque à la suite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s