Livre, Roman jeunesse

Le Monde de Sombreterre, tome 3 : Les Âmes perdues

Alina, Victor et Lucas découvrent que les gardiens du nouveau monde ont menti depuis des siècles. Ils doivent affronter les esprits pour sauver Sombreterre.

Tout d’abord, un grand merci aux Editions Flammarion Jeunesse et à Cassandra O’Donnell pour l’envoi de ce livre en service presse.

Victor, Alina et Lucas poursuivent leurs aventures sur le monde de Sombreterre dans ce troisième tome. Nos trois héros sont loin d’imaginer ce à quoi ils vont devoir faire face : se retrouver sur les terres des monstres-esprits, faire face aux horribles zombreurs, et surtout découvrir la vérité sur le mal qui couve sur Sombreterre. Et tout ça dans l’espoir de sauver ce monde et notre monde… Pas facile tous les jours d’être un héros !

Ce troisième tome est le dernier de la trilogie Le Monde de Sombreterre, et c’est bien dommage. Je m’étais bien habituée à nos trois petits héros qui sont attachants.
C’est un tome tout en émotion pour Victor qui va devoir faire face à un grand dilemme. Mais c’est un héros, et il agit par conséquent avec sagesse. Il sort grandit de ces expériences et on oublie le petit garçon terrien du début de la saga.
Alina, quant à elle, a appris à faire confiance à son instinct et à ses amis. Alors qu’elle voit tout ce qu’elle connait s’écrouler, elle montre une force incroyable et fait face avec un grand courage.
Lucas est le petit rigolo de la bande. Sans cesse en train de se plaindre. Ses jérémiades apportent de la légèreté dans le récit. Seul humain ayant réussi à passer le voile, mais un peu trouillard quand même, il réussit à apporter l’équilibre qu’il faut à ce trio.

Ce troisième tome se révèle plein de surprises. Après un second tome en perte de souffle, on repart sur de bonnes bases, avec des alliés inattendus, des méchants inattendus, des rencontres forfuites, de nouvelles amitiés et une quête qui s’achève. Bref, une fin de trilogie parfaite, pleine de rebondissements et d’action dans un univers fantastique bien ancré !

C’est toujours un réel plaisir de retrouver la plume de Cassandra O’Donnell. Ses livres se lisent tout seuls, d’une traite. On arrive à la fin sans s’en rendre vraiment compte. C’est bien écrit, avec un rythme soutenu, et un vocabulaire ni trop compliqué ni trop simple pour les enfants. 

Les illustrations de Jérémie Fleury sont toujours aussi belles et agrémentent bien l’histoire. Cela aide bien le lecteur quand on a un peu de mal à imaginer les vilaines créatures ou une scène d’action 😉

Je trouve ça triste de finir une saga comme celle-ci, surtout que par certains côtés, elle n’est pas sans rappeler celle d’un petit sorcier à lunettes rondes et cicatrice sur le front 🙂

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Rouge Eclipse

Ayumi est une lycéenne parfaitement ordinaire. Et depuis peu, elle vit sur un petit nuage, car le garçon qu’elle aime lui a demandé de sortir avec elle ! Mais alors qu’elle se rend à son premier rendez-vous amoureux, et tandis qu’une lune écarlate s’affiche fièrement dans le ciel, un étrange événement se produit : sous les yeux d’Ayumi, la grosse et impopulaire Zenko se suicide et… ?! Sans comprendre comment ni pourquoi, Ayumi se réveille à l’hôpital. Mais elle est devenue Zenko ! « Moche » et obèse, elle va devoir affronter une nouvelle vie, tout en cherchant à retrouver son propre corps… Hélas, tout le monde ne l’entend pas de la même oreille !

Rouge Éclipse, édité par les éditions Akata, se termine en trois tomes. Ils sont tous déjà sortis en librairie, j’ai donc pu les enchainer les uns à la suite des autres… car oui, Rouge éclipse est un manga addictif ! 

Ayumi est une élève tout à fait ordinaire d’un lycée japonais. Le coeur sur la main, elle essaye d’aider ceux qui en ont besoin, comme elle le peut. Un jour, elle reçoit l’appel étrange d’une de ses camarades de classe, Zenko Uminé. Cette dernière, impopulaire notamment à cause de son physique ingrat, est rejetée de tous. Les deux jeunes filles n’ont rien en commun, et pourtant, elles vont échanger leur corps… 

Si Uminé a décidé d’échanger son corps avec celui d’Ayumi, c’est tout d’abord parce qu’elle est amoureuse du petit ami de cette dernière, Mizutomo. Elle souhaite se rapprocher de lui sans que cela ne se voit. Mais c’est aussi parce que Zenko Uminé est un personnage foncièrement méchant. Uminé, sous les traits d’Ayumi, se fait passer pour quelqu’un qu’elle n’est pas, mais quelque chose dans son plan va mal se dérouler. Et ce quelque chose, c’est Kaga, l’un des meilleurs amis d’Ayumi. Amoureux de la jeune fille, ce dernier va se rendre compte qu’Ayumi est coincée dans le corps d’Uminé, et va tout faire pour l’aider à redevenir qui elle est vraiment.

J’ai détesté tout de suite le personnage d’Uminé, même si on peut la comprendre : brimée depuis toute petite par ses camarades, jamais écoutée par sa mère qui la rejette, elle en a plus qu’assez d’être une paria. Elle pense qu’avec un joli minois et des chouettes amis, les choses peuvent changer. Mais le physique ne fait pas tout, loin de là. La personnalité compte, et c’est ce que veut nous transmettre l’auteur, Shiki Kawabata. Le fait que Kaga se rende tout de suite compte de la supercherie le démontre.

De même , l’auteur veut montrer dans cette courte série que l’acceptation de soi est quelque chose d’important, ainsi que le pardon. C’est la seule solution pour s’en sortir et ne pas arriver à des extrêmes. L’auteur nous montre aussi l’importance de la communication. Bien des malentendus auraient pu être évités dans cette histoire. 

Mais cela reste un shojo, avec les codes du shojo. Cette série est donc très agréable à lire, pas lourde du tout, alors que le sujet n’est quand même pas forcément évident. J’ai trouvé qu’Ayumi, en tant qu’Uminé, est un personnage formidable, qui gère bien les choses. De mignonne et avec des amies fidèles, elle passe dans un corps moqué, répudiée de tous. Mais grâce à une super personnalité emprunte de gentillesse, elle réussit à s’en sortir avec l’aide de son ami Kaga.

Les dessins sont beaux, ce qui n’enlève rien à l’histoire, au contraire. C’est encore plus agréable à lire 🙂

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié cette petite série fantastique qu’est Rouge Éclipse, et vous conseille de la découvrir! 🙂

Livre, Roman ado

Harry Potter et l’enfant maudit

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

harry_potter_and_the_cursed_child_special_rehearsal_edition_book_cover

Voilà bien longtemps que je n’avais pas lu de théâtre ! Mais bon, Harry Potter, c’est Harry Potter, alors en roman ou non, c’est toujours un plaisir de retrouver l’univers de J.K. Rowling.

Harry Potter et l’enfant maudit se lit relativement vite, étant donné qu’il n’y a que des dialogues, si on ne compte pas les indications scéniques.
On n’est pas perdu puisqu’on retrouve nos personnages et héros préférés. Mais cette fois, le héros n’est plus vraiment Harry, mais son fils Albus, un de ses trois enfants. C’est un ado mal dans sa peau, qui déteste Poudlard, et pour qui le poids de la célébrité de son père est trop lourde à porter. Un ado qui doute de lui, et qui n’a pas vraiment d’ami. Un ado qui veut que les choses changent.

J’ai bien aimé les nouveaux personnages : Albus et Scorpius, le fils de Draco Malefoy, sont tous les deux attachants… et tous les deux à Serpentard. Ils ont tous les deux des difficultés face à la célébrité de leurs parents, et ont du mal face aux rumeurs qui courent. Ils décident alors que les choses doivent changer. Mais j’ai trouvé que leur choix était un peu bizarre : avec l’aide d’un Retourneur de Temps, ils décident de changer le passé. Pourquoi un choix bizarre ? Parce que ce n’est sans doute pas ce moment là que j’aurais choisi, bien au contraire, même si cela nous emmène dans un univers que l’on connait bien.
De même, j’ai bien aimé Delphi, seul nouveau personnage féminin qui se révèle être plus important que prévu. 

J’ai trouvé que les choses allaient parfois trop vite dans l’histoire. Cela est sans doute lié à la forme théâtrale. On passe de scènes en scènes sans vrai arrêt. Par exemple, on passe beaucoup trop vite la cérémonie du Choixpeau. Il est intéressant qu’Albus aille à Serpentard, mais la chose n’est absolument pas exploitée.
De même, les personnages ont grandi, certes, mais des petites choses m’ont gênée, voire déçue : depuis quand Harry, Ron, Draco et Hermione parlent comme s’ils étaient de grands amis avec le Professeur McGonagall, voire des supérieurs ? Depuis quand Ron ne fait-il que de la figuration et est devenu bien pâle (pas son teint hein, son personnage) ? Où sont passés certains personnages ? Pourquoi Harry Potter est-il aussi déprimant et déprimé ? Depuis quand les personnages font du Polynectar avec une baguette magique en 10 secondes ? Bref, il y a de nombreuses incohérences et autres petits bugs qui déçoivent.

L’écriture est bof, sans réel style, loin des textes de J.K. Rowling.

Donc vous l’aurez compris, j’ai adoré retrouver l’univers inventé par J.K. Rowling, mais beaucoup d’éléments font que Harry Potter et l’enfant maudit est une petite déception. A voir si les choses rendent mieux sur scène ! 🙂

Film, Films, Teaser - Trailer

Les Animaux Fantastiques – Trailer

fantastic-beasts-and-where-to-find-them

Le nouveau trailer des Animaux Fantastiques est sorti. Et ça donne plus qu’envie d’être au mois de novembre 🙂

On voit enfin des créatures, de la magie, des sortilèges, un monde parallèle au notre, et surtout, on voit enfin l’ombre d’une histoire très alléchante… Bref voilà une bande-annonce qui fait rêver tous les Potterhead de la Terre 🙂

BD, BD & Mangas, Livre

Harmony, tome 1 : Memento

Lorsque la jeune Harmony se réveille, amnésique, dans une cave inconnue, elle ne dispose que de peu d’informations pour comprendre sa situation : le nom de son logeur, de mystérieuses voix dans sa tête et un don nouveau pour la télékinésie.
Mais il va falloir que la mémoire de l’adolescente se débloque et que tout lui revienne enfin (ses pouvoirs, sa relation avec son hôte, l’existence des autres enfants, le camp d’entraînement) pour contrer les forces de l’armée, déjà à sa recherche. Beaucoup de questions restent en suspens, et le combat ne fait que commencer…
Dans cette nouvelle saga fantastique, Mathieu Reynès nous entraîne dans un univers entre réalité scientifique et croyances ancestrales, pour une aventure pleine de rebondissements !

couve

Harmony a tout oublié de qui elle était. Alors forcément, quand elle se réveille dans la cave d’un homme solitaire, elle craint le pire. Est-il un kidnappeur ? Un ami ? Elle ne saurait le dire. Et puis, des choses étranges se passent autour d’elle… Qui est-elle vraiment ?

Memento est le premier tome d’un premier cycle de bandes-dessinées destinées aux ados. Deux autres tomes sont d’ores et déjà prévus. La couverture a quelque chose de vraiment intriguant et c’est ce qui m’a poussé à lire cette bande-dessinée.

Ce premier tome oscille entre la fantasy et le réel. L’histoire commence il y a 4 000 ans, sur un conflit. On ne sait pas trop de quoi il s’agit, qui est impliqué. Et deux pages plus loin, on arrive dans le présent. Les choses restent plutôt mystérieuses, tout au long de l’ouvrage. J’espère que l’on aura plus d’explications dans les prochains tomes… 
Et puis, j’ai trouvé que certaines choses allaient parfois trop vite, dont la fin, qui arrive beaucoup trop vite, ce qui est dommage.  Mais ce qui est bien en revanche, c’est qu’on ne s’ennuie pas une seconde. 

Ce qui m’a réellement plu dans cette bande-dessinée, ce sont les dessins. Ils sont beaux, plein de détails, joliment colorés.

Cette BD se lit plutôt vite, mais reste intrigante par son histoire. Qui est vraiment Harmony ? Qui sont les gens à qui elle tente d’échapper ? Quel est le rapport avec le début de l’histoire ? On se pose plein de questions auxquelles on n’a pas de réponses. J’espère en avoir dans le prochain tome qui sort au mois de septembre 2016 🙂

Le petit plus, c’est que l’on peut écouter ici la musique concoctée spécialement pour cet album par Thomas Kubler.

Série télé, Séries TV & Films

Preacher – Saison 1

Au premier coup d’oeil, le révérend Jesse Custer n’a rien de spécial. Après tout il n’est qu’un homme d’église d’une petite ville, perdant peu à peu ses fidèles et laissant s’éteindre sa foi. Mais il va bientôt avoir la preuve que Dieu existe bel et bien. Et qu' »IL » est un sacré fils de… Avec sa petite-amie Tulip et un vampire nommé Cassidy, le voilà parti sur les routes américaines pour le trouver…

2cab3ee40ea14ffb688fa69842ae5936

Preacher saison 1, c’est terminé. J’en tire un bilan très positif.

Jesse Custer revient dans sa petite ville, Annville, au Texas, pour reprendre son rôle de pasteur, tout comme l’était son père avant lui. Mais on ne peut pas dire qu’il soit vraiment très doué. Les bancs de l’église sont clairsemés, et on ne croit plus en grand chose dans cette petite bourgade. L’homme au passé trouble et violent a du mal à convaincre, jusqu’à ce qu’une chose non identifiée entre en lui… 

Preacher est une série tirée du comics du même nom créé par Garth Ennis et Steve Dillon. 

Je ne m’attendais pas à apprécier autant une série que je n’attendais pas du tout. Pour tout vous avouer, c’est la présence de Dominic Cooper qui m’a poussée à la regarder.

Dès les premiers instants, on entre dans un univers que l’on va soit aimer, soit détester (et dans ce cas il faut passer son chemin). L’ambiance est particulière, violente par moment, la musique nous accroche, les personnages sont complètements barrés, et on est loin de tout comprendre. C’est sans doute ce dernier point qui m’a poussée à continuer (ainsi que la présence de Dominic Cooper 😛 ), la curiosité prenant le pas sur le reste.

Les personnages sont marquants : Jesse décape l’image du gentil pasteur qui n’a rien a se reprocher, Tulip n’a pas sa langue dans sa poche et agit comme elle l’entend, Cassidy le vampire a un humour décapant absolument génial, Fiore et Deblanc les deux anges sont hilarants à leurs dépens. De même, on a le très pénible Eugene et sa tête de fion, ainsi que le psychopathe Odin Quincannon. Ils ont chacun leur univers, leur passé, qui est bien expliqué tout au long de la saison. Un seul manque à l’appel : Dieu lui-même… On l’attend encore d’ailleurs.
Mais ces personnages ne seraient rien sans les acteurs qui les incarnent. Car oui, le casting est juste parfait, pas de fausse note ! Ils sont tous au top de leur forme pour notre plus grand plaisir.

Et oui, regarder cette première saison jusqu’au bout a été un réel plaisir. L’intrigue reste solide jusqu’à la toute fin, jusqu’à un final qui nous fait trépigner d’impatience pour la suite (pas avant 2017 malheureusement) 🙂