BD, BD & Mangas, Livre

L’Adoption, tome 1 : Qinaya

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

C’est avec plaisir que je me suis lancée dans cette BD, signée Zidrou, qui se termine en deux tomes.

Après un terrible tremblement de terre au Pérou, où des milliers de personnes ont perdu la vie, la vie de la petite Qinaya, 4 ans, va beaucoup changer. Elle va être adoptée par une famille de français, une famille qui ne peut pas avoir d’enfants. Une famille qui est loin des préoccupations du peuple péruvien. Cette famille, c’est celle de Gabriel et de Maryse. Mais Qinaya va tout changer pour ces personnages qui vont devenir grands-parents en un instant. C’est le quotidien de cette famille que nous suivons, avec l’adaptation, les efforts qui sont fait par chacun. De même que les réticences de certains membres de la famille.

Cette histoire est racontée avec beaucoup de douceur et de délicatesse. Qinaya est une petite fille adorable, complètement craquante. Même Gabriel, un long moment réticent, va finir par craquer. Zidrou nous raconte là la formation de nouveaux liens intergénérationnels qui se forment petit à petit, à force de confiance et d’actes qui vont dans ce sens. 
De même, Zidrou nous montre les grands chamboulements qu’amènent cette adoption : des changements d’habitudes, des urgences, un emploi du temps modifié, des nouveaux parents débordés…

Pourtant, la fin apporte une note inattendue, et c’est presque frustré qu’on referme ce premier tome. J’attends donc la suite avec impatience ! 🙂

Les illustrations signées Monin sont magnifiques et apportent encore une touche de douceur à cette jolie histoire 🙂

BD, BD & Mangas, Livre

Seuls

Il y a d’abord Yvan, 9 ans, l’artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l’ours au grand cœur.

Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… SEULS !

seuls-diapo

Seuls est une série de BD pour la jeunesse construite en cycles. On en est au troisième. Les premières bandes-dessinées de cette série commencent à dater, mais ce n’est que maintenant que je me suis intéressée à elle, après avoir vu la bande-annonce du film qui est sorti au mois de février.

On suit cinq jeunes, tous différents, que ce soit physiquement ou socialement, qui du jour au lendemain voient leur monde changer du tout au tout : un matin, ils se réveillent et sont seuls. Les adultes ont tous disparu, et les quelques « survivants » s’organisent pour survivre comme ils peuvent.

Le thème de Seuls est aujourd’hui devenu un grand classique (on peut citer Gone, de Michael Grant, par exemple). Des enfants qui doivent se débrouiller, survivre, s’organiser, sans adultes pour les aider, pour leur dire quoi faire. L’histoire reste toutefois intrigante car de nouveaux éléments mystérieux arrivent à chaque tome. Organisation ? Complot ? Extra-terrestre ? Fin du monde ? Qui ? Pourquoi ? Où sont passé les adultes ?  Ce sont toutes les questions que l’on se pose. 

Chaque tome amène de nouveaux problèmes, de nouvelles aventures, pour nos héros. Le maître des couteaux, Le clan du requin, où encore Les cairns rouges (premier cycle),  permettent aux personnages d’avancer, ou au contraire de ralentir, leurs découvertes. Et pour la fin du cycle un, je ne m’attendais vraiment pas à ça !

Bref, c’est une saga bien menée qui donne toujours envie d’en savoir plus ! 🙂

BD, Livre

Maliki Blog

Après pas moins de 7 albums et deux romans, Maliki a décidé d’évoluer. Le Maliki Blog est un livre BD qui regroupe tous les strips internet de Maliki/Souillon publiés pendant un an sur le site maliki.com.

maliki-blog-collector

Le livre n’est cependant pas disponible en librairie (enfin si, mais pas dans toutes et dans un nombre très limité) puisque l’auteur a décidé de passer par le site participatif Ulule afin d’être le plus indépendant possible. Le projet a dépassé les espérances de Maliki et Becky puisque pas moins de 8 500 livres (soit un projet qui a fini à 800%) ont trouvé preneur.
Pour rendre cette campagne encore plus intéressante, des paliers ont été créés afin de débloquer des goodies… Et donc pour moi la réception du colis a été magique, avec pas moins de neuf goodies reçus en plus du livre.

img_2227

C’est un beau livre que j’ai reçu, avec sa jaquette collector. L’impression est de qualité, avec un papier épais comme on l’aime. Les couleurs ressortent donc très bien. 320 pages de plaisir.

C’est avec un grand plaisir que j’ai commencé ce livre BD. Je me suis rendue compte que je connaissais certains strips, mais en ai découvert plein d’autres, étant donné que je ne vais pas forcément régulièrement sur maliki.com. On y trouve des histoires drôles, du quotidien, en rapport avec l’actualité (les attentats par exemple).
De même, on retrouve tout simplement tous les ingrédients qui ont fait le succès de Maliki en format BD normal : de super dessins, pas mal d’humour, des dessins d’autres auteurs, des anecdotes, etc. Ce livre complète donc les autres BD, et c’est toujours un plaisir de retrouver cet univers 😀 

BD, BD & Mangas, Livre

Un prince à croquer

Cloîtré dans son château, un prince héritier rêve d’évasions mais sa mère lui réserve un autre avenir : épouser la richissime Glawdys. C’en est trop. Il fugue. Destination Paris pour une nouvelle vie. Fraîchement débarqué, il rencontre la farouche Margot, une cuisinière de talent qui lui ouvre les portes d’un restaurant très prisé de la capitale… Une occasion qui risque fort de pimenter son existence !

9782756022123

Après avoir lu la série La Rose écarlate du même auteur, Patricia Lyfoung, j’ai été tentée par son autre saga, Un prince à croquer.

Cette fois-ci, l’histoire se passe de nos jours, entre Dulime, petite cité princière, et Paris. Nicolas de Dulime, 26 ans, s’ennuie ferme en tant que Prince héritier. Alors que ses parents décident pour lui d’un mariage dont il ne veut pas, avec une riche héritière jet setteuse, il décide de partir découvrir le monde sans en faire part à personne. Panique dans le royaume !
Margot, elle, est une travailleuse acharnée : travaillant en cuisine, elle s’avère être un bourreau de travail. Désagréable au boulot, elle l’est aussi dans la vie. Elle ne laisse personne lui marcher sur les pieds. Et elle ne laisse aucun homme l’approcher… Aucun ? Peut-être pas en fait.

On retrouve largement la patte de Patricia Lyfoung dans cette seconde saga jeunesse. Des personnages avec un caractère plutôt prononcé, des gags, une histoire entrainante et un peu girly.

C’est toujours rafraichissant de lire ce genre de bande-dessinée ! On retrouve l’humour et la légèreté de l’histoire, choses qui m’avaient plu dans La Rose écarlate. Les personnages sont attachants, malgré leur caractère. 

Bref, cela donne envie de découvrir la suite de cette sympathique série 🙂

BD, BD & Mangas, Livre

Barracuda, tome 1 : Esclaves

Par les mers, la cour de Dona Emilia del Scuebo navigue paisiblement sur le vaisseau du capitaine de La Loya. Cependant, de mauvais vents amènent les malheureux à croiser la route de l’équipage du redouté Barracuda. Les riches passagers sont faits prisonniers par les avides pirates de Blackdog, leur chef. Le vieux capitaine, aussi violent que rusé, prend immédiatement conscience du profit qu’il peut tirer de détenus aussi prestigieux. Sur l’île malfamée de Puerto Blanco, repaire insalubre de la vermine des mers, Blackdog monnaie à prix d’or les vies de Dona Scuebo, de sa fille, la belle Maria, et de leur jeune valet, tout en se concentrant sur son nouveau projet : partir à la recherche du trésor des Scuebo. Les destinées des uns et des autres vont alors s’entrecroiser autour d’une même quête – le diamant du Kashar, joyau du trésor de la famille Scuebo.

419Xe7g8opL._SX195_

J’ai acheté cette BD dans le cadre des 48h BD, pour la modique somme de 1€. Pour ce prix là, autant découvrir cette saga remplie de pirates tous plus assoiffés de sang et de trésors les uns que les autres.

Le Barracuda n’est autre que l’un des navires pirates les plus connus et les plus craints en mer. Celui du Capitaine Blackdog. Entre pillages et rapts, l’équipage est connu pour sa cruauté. Les hommes finissent sur une planche, les femmes finissent vendues au marché aux esclaves. Sauf que parfois, tout ne se passe pas comme prévu…

Ce que j’ai aimé dans cette bande-dessinée, c’est que j’ai retrouvé des histoires de pirates comme je les aime. Ce premier tome est un croisement entre Pirates des Caraïbes, avec des pourparlers, de l’aventure, des attaques de navires et de la navigation, et la série télé Sails, avec des pirates méchants, sans foi ni lois, qui aiment la chair et le rhum.

On suit plusieurs personnages, qui sont tous dans une position différente. Raffi, le fils du capitaine, Maria, vendue comme esclave, et Emilio, garçon qui se fait passer pour une fille afin d’échapper à la planche.

Les dessins sont plutôt agréables, et donnent presque envie de s’embarquer pour une chasse au trésor avec les personnages 🙂

BD, BD & Mangas, Livre

Harmony, tome 1 : Memento

Lorsque la jeune Harmony se réveille, amnésique, dans une cave inconnue, elle ne dispose que de peu d’informations pour comprendre sa situation : le nom de son logeur, de mystérieuses voix dans sa tête et un don nouveau pour la télékinésie.
Mais il va falloir que la mémoire de l’adolescente se débloque et que tout lui revienne enfin (ses pouvoirs, sa relation avec son hôte, l’existence des autres enfants, le camp d’entraînement) pour contrer les forces de l’armée, déjà à sa recherche. Beaucoup de questions restent en suspens, et le combat ne fait que commencer…
Dans cette nouvelle saga fantastique, Mathieu Reynès nous entraîne dans un univers entre réalité scientifique et croyances ancestrales, pour une aventure pleine de rebondissements !

couve

Harmony a tout oublié de qui elle était. Alors forcément, quand elle se réveille dans la cave d’un homme solitaire, elle craint le pire. Est-il un kidnappeur ? Un ami ? Elle ne saurait le dire. Et puis, des choses étranges se passent autour d’elle… Qui est-elle vraiment ?

Memento est le premier tome d’un premier cycle de bandes-dessinées destinées aux ados. Deux autres tomes sont d’ores et déjà prévus. La couverture a quelque chose de vraiment intriguant et c’est ce qui m’a poussé à lire cette bande-dessinée.

Ce premier tome oscille entre la fantasy et le réel. L’histoire commence il y a 4 000 ans, sur un conflit. On ne sait pas trop de quoi il s’agit, qui est impliqué. Et deux pages plus loin, on arrive dans le présent. Les choses restent plutôt mystérieuses, tout au long de l’ouvrage. J’espère que l’on aura plus d’explications dans les prochains tomes… 
Et puis, j’ai trouvé que certaines choses allaient parfois trop vite, dont la fin, qui arrive beaucoup trop vite, ce qui est dommage.  Mais ce qui est bien en revanche, c’est qu’on ne s’ennuie pas une seconde. 

Ce qui m’a réellement plu dans cette bande-dessinée, ce sont les dessins. Ils sont beaux, plein de détails, joliment colorés.

Cette BD se lit plutôt vite, mais reste intrigante par son histoire. Qui est vraiment Harmony ? Qui sont les gens à qui elle tente d’échapper ? Quel est le rapport avec le début de l’histoire ? On se pose plein de questions auxquelles on n’a pas de réponses. J’espère en avoir dans le prochain tome qui sort au mois de septembre 2016 🙂

Le petit plus, c’est que l’on peut écouter ici la musique concoctée spécialement pour cet album par Thomas Kubler.