Livre, Roman ado

Red Queen

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

red-queen,-tome-1-576564-250-400

Royaume de Norta. La société dans laquelle vit Mare Barrow est divisée en deux catégories. D’un côté les Argents, les nobles qui obtiennent tout ce qu’ils veulent, et de l’autre, les Rouges, les pauvres qui ont du mal à survivre, et que l’on envoie au front. Mare fait partie de cette seconde catégorie. C’est une voleuse de 17 ans dont la vie est loin d’être facile. Sauf qu’un jour, elle tente de voler la mauvaise personne… Le prince héritier Cal. Commence alors pour Mare une vie à laquelle elle ne s’attendait pas : une vie à la cour royale, où tout n’est que faux-semblants et trahisons.

Red Queen est le premier tome d’une saga écrite par Victoria Aveyard. L’auteur a su créer un vrai univers, riche, plein de surprises. D’un côté la population qui tente de survivre par tous les moyens, alors que l’on envoie les adolescents et les adultes à la guerre. De l’autre côté, un monde fait de richesses, mais où tout semble empoisonné : ils se font la guerre entre eux, prêts à prendre le pouvoir dès qu’il y en a un qui trébuche.
Ce roman ressemble toutefois à un mélange d’Hunger Games, de La sélection ou encore de Red Rising. Cela ne m’a toutefois pas vraiment dérangée, même si cela est perturbant par moment. 

Mare est un personnage plutôt fort. Elle se retrouve plongée de force dans un univers qui n’est pas le sien. Rouge avec des pouvoirs parmi les Argents, elle tente de se faire une place alors que les conflits entre les deux groupes montent de plus en plus, notamment avec l’apparition de la Garde Ecarlate. Elle peut cependant compter sur le soutien de Maven, le second prince, à qui elle est fiancée de force.
J’ai toutefois trouvé que les autres personnages n’étaient pas assez travaillés. Ils sont plutôt insipides, les méchants pas assez méchants (sauf la reine peut-être), les princes sont sans vrai charisme, et j’attends de voir plus de la Garde Ecarlate… Bref, moyen.

J’ai bien aimé ce roman, mais sans plus. Contrairement à Mare, il n’a pas fait des étincelles. Le début est pas mal, le milieu un peu creux. Seule la fin est réussie : c’est là que se concentre toute l’action, tout ce qui est intéressant, et tout ce que l’on attendait depuis 200 pages. N’importe qui peut trahir n’importe qui. Je n’ai pas été totalement surprise par cette fin toutefois, la voyant arriver « grosse comme une maison ».
Ce roman reste bien écrit, mais le style n’a rien de particulier, rien d’absolument remarquable.

Je vais lire le tome 2, Glass Sword, mais ce ne sera sans doute pas une des mes lectures prioritaires ! 🙂

Publicités
Livre, Roman ado

Half Bad, tome 3 : Quête Noire

Nathan Byrn court de nouveau. L’Alliance des Sorciers Libres a été presque détruite. Dispersé et démoralisé, constamment poursuivi par les Chasseurs du Conseil, seule une nouvelle stratégie audacieuse peut sauver les rebelles de la défaite totale. Ils ont besoin de la moitié manquante de l’amulette de Gabriel – un artefact antique avec le pouvoir de rendre son porteur invincible dans la bataille. Mais le gardien de l’amulette – la recluse et prodigieusement puissante Sorcière Ledger – a son propre agenda. Pour gagner sa confiance, Nathan doit voyager jusqu’en Amérique et la persuader de lui donner l’amulette. Combiné avec ses propres Dons, l’amulette pourrait être juste assez puissante pour retourner la tendance pour l’Alliance et mettre fin à la guerre civile sanglante entre les Sorciers Noirs et Blancs une fois pour toutes..

half-bad-3-quecc82te-noire

Marcus est mort. Ce père que Nathan attendait de connaitre depuis si longtemps est mort, assassiné par celle qu’il aime, Annalise. Nathan souhaite le venger, en tuant la jeune fille, la faisant souffrir. Ses pensées sont de plus en plus noires, ses instincts sauvages prennent le dessus.
Mais la révolte gronde : Soul est proche, les attaques de chasseurs de plus en plus fréquentes, alors que l’Alliance a été défaite et dispersée. Nathan est l’un des pions encore vivants, et surtout le seul espoir pour sortir de cette guerre entre sorciers blancs et sorciers noirs qui n’en finit plus.

Ce troisième tome marque la fin d’une trilogie intense et originale. Et cette fin est juste parfaite, si belle, mais pourtant si triste. J’avoue que j’ai versé ma larmichette 😉

J’ai réussi à faire durer le roman, mais la fin, terrible, est arrivée bien trop vite…

Nathan restera sans doute un des personnages les plus marquants. Dur comme la pierre, brutal, bestial, parfois insensible… Son côté sorcier noir ressort plus que jamais au début de ce troisième tome. Cependant, il a un coeur énorme, reste un personnage touchant, bon, qui essaye de faire les choses comme il faut. 
Il a touché mon coeur de lectrice : c’est un personnage unique, comme on en voit peu. Il nous embraque dans une Angleterre pervertie par les manigances de quelques uns, mais aussi dans une Angleterre sauvage, nature.
Gabriel prend enfin la place qui lui revient dans cette histoire : le premier plan. Il est le soutien, la béquille, de Nathan. C’est un personnage altruiste qui fait tout pour aider la personne qu’il aime, quitte à être rejeté.

La bataille finale, bien qu’un peu courte, est plutôt impressionnante. Il y a de l’action et des rebondissements, on est partout à la fois.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai aimé, adoré, pleuré. J’avais peur, au premier tome, d’avoir un Harry Potter bis (Grande-Bretagne, monde de sorciers, élu), mais c’est loin d’être le cas. L’histoire est originale, éprouvante, et nous inculque de belles valeurs.

La trilogie Half Bad est sans aucun doute devenue l’une des mes sagas favorites ! 🙂

Livre, Roman ado

Rivalité

A L.A., tout le monde veut devenir quelqu’un…
Layla Harrison rêve d’envoyer promener son blog et de devenir reporter pour décrocher de vrais scoops.
Aster rêve d’être libre, d’échapper aux conventions de sa famille et de devenir actrice.
Tommy rêve de s’offrir une guitare à douze cordes et de prendre sa revanche sur son père en devenant une rock star.
Madison Brooks, elle, a pris son destin en main depuis longtemps. Elle est la star montante la plus glam de Hollywood. Pour ça, il lui a suffi de chausser des Louboutin et surtout d’enfouir son passé.
Mais Layla, Aster et Tommy entrent dans la compétition. Sur l’invitation d’un VIP des nuits californiennes, ils vont concourir pour devenir la nouvelle star du Clubbing.
Aventure ou cauchemar ? Alors que leurs rêves commencent à peine à scintiller, Madison Brooks disparaît. Et tous les trois sont soupçonnés…

9782280352802-001-X_0

Merci à Babelio ainsi qu’aux Editions Mosaïc pour l’envoi de ce SP à l’occasion de la Masse Critique !

Ira Redman, celui qui possède la moitié de Hollywood, organise un grand concours. 12 jeunes devront s’affronter sans merci. Leur défi : montrer qu’ils sont les meilleurs pour promouvoir les clubs de la ville les plus cotés. Et pour ça, tous les coups sont permis. A la clé ? De l’argent et une renommée certaine dans le milieu très fermé des clubs hollywoodiens.

Le résumé de la quatrième de couverture ainsi que le prologue de ce premier tome m’ont tout de suite conquise, laissant présager un roman à rebondissements, plein de suspense. Sauf que je me suis rapidement rendue compte que ça n’allait pas être le cas…

Alyson Noël prend tout son temps pour poser le décor – un décor de rêve, à Los Angeles – et ses personnages. Quitte à répéter de nombreuses fois la même chose. C’est un peu lassant à la longue. Heureusement que l’auteur écrit bien, sinon je n’aurais pas été jusqu’au bout.

Je n’ai jamais réussi à rentrer totalement dans le roman, sauf peut-être à la fin, dans les 100 dernières pages. Peut-être parce que l’univers qu’il décrit est très américain, loin de nos préoccupations. Tout ce bling bling et ces paillettes ne font pas rêver, surtout quand on voit les conséquences et les désillusions que cela occasionne. Tout est prétexte pour faire le pire coup fourré aux autres candidats. Chacun a sa technique, sa personnalité.

J’ai toutefois bien aimé les personnages principaux, les autres n’ayant pas vraiment voix au chapitre, ce qui est dommage :
– Le Night for Night / Aster est une fille assez affreuse de l’intérieur, mais magnifique à l’extérieur. Elle est du genre à avoir tout ce qu’elle veut quand elle le veut. Sauf que sa carrière a du mal à décoller. Ce concours est pour elle l’occasion de se faire remarquer. Elle fait tout pour gagner, quitte à mettre sa réputation, et celle de sa famille, en jeu.
– Le Jewel / Layla a tenté le concours pour montrer sur son blog au monde au entier que le milieu des clubs est pourri de l’intérieur. Mais rapidement, elle se prend au jeu. C’est un personnage que je n’ai pas vraiment réussi à cerner : elle pense un truc mais dit ou fait le contraire, elle est désagréable mais se plaint qu’elle n’a pas d’amis, etc. Elle est un peu exaspérante par moments.
– Le Vesper / Tommy, quant à lui, est plutôt craquant en bouseux de l’Oklahoma venu tenter sa chance à L.A. Sauf que rapidement, il s’est rendu compte que des comme lui, il y en a beaucoup. Le concours est donc pour lui une chance de percer dans la chanson et de se faire un nom. Il a son petit caractère et est sans doute le personnage qui m’a le moins agacé avec Madison.
– Madison Brooks, c’est LA star du moment à Los Angeles. Elle ne participe pas directement au concours : son nom est noté sur une liste, avec celui d’autres stars. Les candidats doivent la faire venir dans leur club pour marquer des points. L’actrice est un personnage intriguant qui cache bien son jeu et qui a encore plein de choses à dévoiler ! J’ai hâte de découvrir son/ses secret(s) et avoir le fin mot de l’histoire.

Il y a dans ce roman un petit côté Gossip Girl sympa, avec le blog Beautiful Idols de Layla qui raconte la vie des célébrités. On ne voit toutefois pas l’histoire par les yeux d’une inconnue, mais par ceux des trois candidats cités plus haut.
J’ai bien aimé que chaque titre de chapitre soit le nom d’une chanson. Cela nous permet de nous plonger encore un peu plus dans le côté club.

Sa fin m’a laissée mitigée, mais intriguée. Je lirai la suite pour savoir ce qui est arrivé à Madison, mais ce ne sera sans doute pas une de mes lectures prioritaires.

Livre, Roman ado

Je t’ai rêvé

Vous, les gens normaux, êtes tellement habitués à la réalité que vous n’envisagez pas qu’elle puisse être mise en doute. Et si vous n’étiez pas capables de faire la part des choses ? Jour après jour, elle se retrouve confrontée au même dilemme : le quotidien est-il réel ou modifié par son cerveau détraqué ? Dans l’incapacité de se fier à ses sens, à ses émotions ou même à ses souvenirs, mais armée d’une volonté farouche, Alex livre bataille contre sa schizophrénie. Grâce à son appareil photo, à une Boule Magique Numéro 8 et au soutien indéfectible de sa petite sœur, elle est bien décidée à rester saine d’esprit suffisamment longtemps pour aller à l’université. Plutôt optimiste quant au résultat, Alex croise la route de Miles, qu’elle était persuadée d’avoir imaginé de toutes pièces… Avant même qu’elle s’en rende compte, voilà que la jeune femme se fait des amis, va à des soirées, tombe amoureuse et goûte à tous les rites de passage de l’adolescence. Mais alors, comment faire la différence entre les tourments du passage à l’âge adulte et les affres de la maladie ? Tellement habituée à la folie, Alex n’est pas tout à fait prête à affronter la normalité. Jusqu’où peut-elle se faire confiance ? Et nous, jusqu’où pouvons-nous la croire ?

9782221190241

Voilà un moment que ce livre me faisait de l’oeil avec sa très jolie couverture ! Et ce n’est que maintenant que j’ai réussi à trouver un peu de temps pour m’y pencher ! Mon avis ! 🙂

Alex est une adolescente qui souffre depuis ses 7 ans de schizophrénie. Elle tente de discerner ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas : elle voit et entend des choses qui n’existent pas. Sauf que parfois sa maladie prend le dessus, et c’est pourquoi elle a été obligée de changer de lycée. Elle va y rencontrer Miles, un garçon solitaire et un peu étrange. Serait-il le garçon aux homards rencontré des années plus tôt, ou l’a-t’elle rêvé ?

Ce roman aborde un thème difficile et peu évoqué dans les romans en général. La schizophrénie est quelque chose d’assez lointain pour celui qui ne s’y intéresse pas. On connait tous les symptômes, mais dans Je t’ai rêvé, on a une vision d’une personne qui le vit. Comment faire alors qu’on ne peut pas se faire confiance à soi-même, à ses sens ? Qu’est-ce qui est réel, qu’est-ce qui ne l’est pas ?

J’ai été surprise plus d’une fois. Le personnage principal est le narrateur, donc on croit plus ou moins ce qu’elle voit et entend. Certaines choses n’existent clairement pas, comme par exemple le phénix qui vole au-dessus de son quartier. Par contre, pour d’autres choses, c’est plus compliqué. On est habitué à faire confiance au personnage que l’on suit, à voir par ses yeux. On ne le remet jamais en question. Sauf que là, tout prend une autre proportion, tout est différent.
J’ai aussi eu des coups au coeur : comment ne pas être émue devant tant de souffrances ? Les mots font parfois mal, et l’auteur a pleinement exploité ce côté.

Alex est un personnage touchant. Comme d’autres, elle tente de passer outre sa maladie et de vivre une vie normale d’adolescente. Mais les choses se compliquent lors de crises incontrôlables, malgré les médicaments. Elle est obligée de tout prendre en photo pour distinguer le vrai du faux. Mais parfois, le faux rattrape la réalité, et Alex ne peut rien y faire… Elle tente de garder la face, de rester forte, mais bien souvent, elle craque. Et on la comprend, parce qu’on aurait sans doute fait pareil à sa place.
Le personnage de Miles est aussi un personnage attachant. Enfant battu par un beau-père alcoolique, il s’est enfermé dans une coquille de solitude. Il ne laisse personne l’atteindre. Jusqu’au jour où il rencontre Alex, cette fille différente des autres qui semble le comprendre.

Je vois le rapprochement qui peut être faire avec les romans de John Green : on aborde la maladie, l’adolescence et l’envie de s’en sortir, grâce à l’amour. L’auteur Francesca Zappia a réussi à rendre tout ça pas trop lourd malgré le thème et agréable à lire grâce à une jolie écriture.

Livre, Roman ado

Inaccessible

Dans un futur proche dominé par la toute-puissance de la science, Sera est retrouvée indemne dans les décombres d’un avion mais elle a tout oublié de son passé. Zen prétend être son petit ami et assure l’avoir sauvée d’un laboratoire secret. Privée de ses souvenirs, la jeune fille ne sait pas à qui faire confiance.

Inaccessible

Le roman ouvre sur une jeune fille, la narratrice, qui se trouve au milieu de l’océan. C’est la seule rescapée d’un crash d’avion. C’est un miracle. Sauf que la jeune fille a perdu tous ses souvenirs. Qui est-elle ? Pourquoi a-telle survécu ? Elle n’est pas inscrite sur la liste des passagers, alors que faisait-elle là, au milieu de l’océan ? Qui est le garçon qui est venu à elle et qui semble la connaitre ? Toutes ces questions vont nous accompagner pendant le roman.

Ce premier tome est pas mal, mais il n’a rien d’exceptionnel. Bien écrit, moyennement rythmé. Je me suis ennuyée à certains moments, j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose. J’ai trouvé qu’on tournait un peu en rond, à se poser toujours les mêmes questions, sans obtenir plus de réponses. Pourtant, quelque chose m’a poussé à continuer.

Le thème du roman est loin d’être inédit. Une ado qui a oublié qui elle est et qui cherche des réponses. Et tout cela va nous mener vers un croisement entre la dystopie et l’anticipation/la SF. La dystopie, je dis oui, mais l’anticipation, ce n’est pas trop ma tasse de thé. Certaines choses m’ont toutefois plu dans ce roman, car traitées de façon intelligente. Heureusement, sinon je ne serais pas allée jusqu’au bout !

Je tenais quand même à connaitre la fin de ce tome. Et c’est la partie que j’ai préféré bizarrement. Sans doute parce qu’on a droit à quelques réponses sur l’identité de Sera, ainsi que sur l’organisation qui la pourchasse. Des réponses qui font l’originalité de ce premier tome.

Je ne sais pas encore si je lirai la suite. Pour l’instant, la fin de ce premier tome me va et ne me donne pas forcément envie de lire la suite tout de suite.

Livre, Roman ado

Double Sens

Leur road-trip aurait dû être parfait… s’ils n’avaient pas rompu quelques jours plus tôt ! Pour Jordan, Courtney a renoncé à sortir avec son meilleur ami alors qu’elle avait enfin décidé de sauter le pas. Et voilà que Jordan l’a trompée avec une autre sur Internet. Enfin, trompée… pas vraiment, puisqu’il a rompu avec Courtney avant. Mais ça n’excuse rien ! Et il faut encore qu’ils traversent les Etats-Unis ensemble. Trois jours dans la même voiture… L’enfer. Selon Jordan, Courtney…- est psychorigide- et elle est flippée (c’est vrai)- et en plus elle écoute de la musique pourrie (de la pop !) Jordan a trahi Courtney. Enfin, pas vraiment. Il avait de bonnes raisons de la quitter. Mais il n’a pas le droit de les lui dire… Alors à la place, il s’est inventé une fausse petite amie. Et le comble, c’est qu’il l’aime encore, c’est évident. Selon Courtney, Jordan…- est un menteur- et il est toujours en retard (c’est vrai)- et en prime, il écoute de la musique pourrie (du rap !).

81dsadraK6L

Double sens est un livre qui se lit assez vite. Il raconte l’histoire de Jordan et Courtney, jeune couple d’adolescents. L’écriture de l’auteur est plutôt simple, mais agréable.

L’histoire alterne entre le présent (le road trip entre ex) et le passé de nos deux héros. Jordan et Courtney ont rompu il y a deux semaines, mais ont tenu à faire ce voyage vers l’université de Boston… Enfin, Courtney est obligée de faire ce road trip prévu depuis longtemps. Après s’être faite larguer en beauté pour une autre, elle n’a aucune envie de partir avec Jordan à Boston, ce que l’on peut comprendre.
Bien évidemment, les choses ne vont pas se passer simplement, cela aurait été trop facile. Eh oui, parce que, même séparés depuis deux semaines, les personnages s’aiment, mais ne veulent pas le reconnaitre. Ce voyage n’est pas de tout repos.

Courtney, 17 ans, est un personnage que j’ai trouvé insupportable dès la première page. Toujours à se plaindre, à ne pas savoir ce qu’elle doit, ni ne veut faire. Elle est le cliché de la jolie fille asociale qui n’a connu que très peu de garçons dans sa vie.
Jordan, 18 ans, quant à lui, est plutôt sympathique, même si par moment, ses hormones parlent pour lui, ce qui le rend pénible. C’est le cliché du mec populaire sympa, qui sait et aime en profiter.
Contre toute logique, ils vont se plaire… Oui sauf que le couple qu’ils vont former manque cruellement de maturité par moments. Ils agissent comme deux gamins qui ne réfléchissent pas. Et ce ne sont pas leurs amis, J.B., Lloyd et Jocelyn, qui vont les aider…

Malgré cela, l’auteur a su inclure des éléments dans son histoire qui m’ont poussée à continuer le livre. Notamment les motifs de la rupture de Courtney et Jordan. Cette partie là du roman est un peu plus profonde, et c’est sans doute ce que j’ai le plus aimé.

Malgré ces éléments, on sait toutefois comment l’histoire va se finir dès la lecture de la quatrième de couverture. On n’a pas trop de surprise de ce côté là, et c’est dommage.

Pas de prise de tête, une histoire pas compliquée, une écriture simple : cela en fait un livre parfait pour l’été, à lire sur la plage.