Livre, Roman jeunesse

Mamie Polar – Ramdam au musée

Mamie Jo est une grand-mère comme tout le monde aimerait en avoir une : elle habite à la campagne avec Papi mon chou, aime les randonnées, la photo, les séries policières, Facebook et son teckel, Don Quichotte. Le samedi, elle va à la ville pour garder ses deux petits-enfants, Lucas et Camille. Lucas a onze ans, n’aime pas le sport et a peu de copains, contrairement à Camille, la fonceuse. Un jour, les enfants découvrent que Momo, le sans-abri qu’ils croisent tous les jours près de l’école, a disparu. Ni une ni deux, Mami Jo et les enfants se lancent dans l’enquête, au mépris de toutes les règles et au grand dam du capitaine Duflair, bourru, pataud et complètement dépassé par cette tornade.

Momo, le SDF qui vit près de l’école de Camille et Lucas a disparu ! Les deux enfants se sont attaché à lui et vont charger leur grand-mère, Mamie Jo, de le retrouver. Mais l’enquête va s’avérer plus compliquée que prévu, surtout que la police locale n’est pas des plus malignes…

C’est avec plaisir que j’ai découvert l’un des deux tomes sorti de la série Mamie Jo, écrite par Régis Delpeuch, auteur connu et reconnu dans la littérature jeunesse.

Mamie Jo est un personnage dynamique, que l’on n’arrête plus quand elle est lancée. C’est elle qui raconte l’histoire, à la première personne. Ancienne directrice d’école, elle rend visite à ses petits enfants Camille et Lucas les samedis, avec son fidèle teckel, Don Quichotte. Elle va s’investir dans cette histoire de disparition, montrer tout son talent et tout son génie pour la résoudre.

L’histoire est certes peu crédible sur beaucoup de points : Mamie Jo qui assomme un policier et s’en sort sans soucis, qui envoie balader des hommes plus grands qu’elle pour les enfermer, qui rentre comme dans un moulin dans un musée surveillé. Mais elle est tellement bien écrite, dynamique, pleine de suspense et bourrée d’humour qu’on passe outre. On prend plaisir à lire ce roman jeunesse, destiné plutôt à un public à partir de 8 ans. Et pourtant, je ne suis pas fan du genre polar ! 🙂

C’est avec plaisir que je découvrirai Mamie Polar – Fallait pas toucher à l’école de Mamie Jo ! 🙂

Livre, Roman jeunesse

Malenfer, Terres de Magie, tome 4, Les Sorcières des Marais

Gabriel et Zoé se sont cachés dans les Terres de magie, après la disparition de leur ville Wallangar et de leurs amis. Parmi les sorcières des marais de Houquelande, ils découvrent un nouveau monde régi par ses propres règles. Alors que Zoé semble prendre conscience de son immense pouvoir, Gabriel doit l’aider à maîtriser mieux sa force pour défendre leurs amis. Un grand défi les attend…

Zoé, Thomas, Batavius et tous les professeurs de l’école ont quitté leur petite ville humaine bien tranquille, Wallangar, pour les Terres de Magie. Après avoir découvert leurs origines et la prophétie, Zoé et Thomas ne se sentent plus vraiment à l’aise parmi les humains, et ne sont plus vraiment les bienvenus, après l’attaque et la destruction qu’ont causées les sourciens. Batavius, le sorcier-lune, a décidé de trouver de l’aide en la personne de la reine des sorcières des marais de Houquelande, Esmera. Mais bien évidemment, tout ne va pas se dérouler comme prévu et leur périple va être semé d’embûches.

Après avoir enchainé les tomes 2 et 3 de Malenfer, je me suis lancée dans ce tome-ci. Un tome bien différent des premiers, tout d’abord parce que l’auteur Cassandra O’Donnell nous emmène dans un nouveau cycle, dans Les Terres de Magie, à la découverte des différents peuples qui règnent dans le royaume. Ensuite, parce que ce tome 4 s’adresse à un public un peu plus vieux que les 8-9 ans (on est plutôt vers les 13 ans). Le public grandit, donc Cassandra O’Donnell s’adapte à son lectorat, à la façon de J.K. Rowling et de Harry Potter. Le contenu s’en ressent donc énormément.

L’histoire de Les Sorcières des Marais est beaucoup plus sombre que les tomes précédents, avec des créatures effrayantes en la personne des sorcières, vivant et chassant dans les marais (je me suis cru dans L’Epouvanteur de Joseph Delaney par moment). Tout est brumeux, humide, ténébreux et l’auteur a su parfaitement rendre cet environnement flippant à souhait. 

Thomas et Zoé sont devenus un peu plus adultes, à cause des nombreuses responsabilités qu’ils ont sur le dos. Ils sont matures pour leur âge, mais chacun à leur façon : Zoé est plutôt déconnectée de la vie humaine, agissant souvent sans réfléchir. Pourtant, quand elle se met à réfléchir, c’est avec beaucoup de sagesse, les autres ont tendance à l’écouter. Thomas, quant à lui, suit de plus en plus les conseils de son dragon Elzmarh, et est de plus en plus dur, agissant souvent sur un coup de tête, sous le coup de l’émotion.
Ils restent toutefois des enfants, avec toutes les bêtises d’enfants que cela implique. Sauf que ces bêtises là ont de graves conséquences. On demande à Zoé et Thomas de grandir vite, trop vite.

Leurs pouvoirs grandissent aussi beaucoup : alors qu’au premier tome, ils ne savaient pas qu’ils étaient respectivement (attention spoiler) une Diseuse, un Sorcier-lune et un maître dragon, ils sont désormais capables de se servir de la magie comme ils le veulent (même s’ils manquent d’entrainement). Mais là encore, utiliser la magie a des conséquences, et ils vont en subir ces conséquences.

On en apprend enfin un peu plus sur ceux qui accompagnent les enfants, le loup-garou, l’elfe, la troll, le nain, etc. et ce n’est pas plus mal, car on se rend compte qu’on ne sait pas grand chose d’eux. Ils sont toujours présents, mais les personnages principaux restent Zoé et Thomas.

L’écriture reste agréable, c’est toujours bien écrit, et les pages tournent vite tellement on veut connaitre la suite de l’histoire. Cassandra O’Donnell a su donner un nouveau souffle à sa série, avec un superbe univers, de plus en plus complexe. On n’est jamais déçu par ses livres que l’on finit souvent trop vite, qu’ils soient destinés aux adultes ou  destinés aux enfants.

On retrouve les très belles illustrations de Jérémie Fleury (la couverture de ce tome-ci est magnifique !) 🙂

Ce quatrième tome de Malenfer est donc résolument différent des trois précédents et marque une rupture avec le premier cycle. On se rapproche un peu de Rebecca Kean, tout en restant dans un livre pour enfant… bref, c’est génial 😀

Merci à Cassandra O’Donnell et Flammarion jeunesse pour l’envoi du livre ! 

Livre, Roman jeunesse

Malenfer, tome 3, Les Héritiers

Gabriel et Zoé découvrent le secret qui entourait leur naissance. Ils doivent prendre une décision qui remet en question leur destin et celui des terres magiques.

Après avoir terminé le second tome de Malenfer, je me suis directement attelée à la lecture du troisième, Les Héritiers.

On repart directement là où on s’était arrêté : (gros spoilers pour ceux qui n’ont pas lu les autres tomes !) la destruction du cœur de Malenfer et de tous ceux qui se cachaient dans la forêt, les vilaines créatures tout comme les gentilles. Malenfer n’est donc plus, le jeune Thomas a réussi sa mission pour devenir sorcier-lune. L’histoire ne s’arrête toutefois pas là, étant donné que maintenant, on veut en savoir plus sur les origines de nos héros, car ils ne sont pas forcément qui on croit !

 J’ai bien fait de me mettre directement à la lecture de ce troisième tome étant donné la fin du second. On commence là où on s’était arrêté, du coup, pas le temps d’oublier les détails ! Surtout que la fin de La Source Magique était très prenante ! Les enfants, Zoé et Thomas, maitrisent un peu mieux leurs nouveaux pouvoirs, mais doivent faire face à un ennemi redoutable : les sourciens, armée de l’ombre et de la mort.

Ce troisième tome se lit à nouveau très vite, car l’histoire se déroule tambour battant. On ne s’arrête jamais, c’est riche en rebondissements. Du coup, on n’a pas non plus envie de lâcher le livre. On tourne les pages rapidement, attendant de voir ce qui va se passer, ce qui va advenir de nos héros et de leur entourage. 
Plus d’une fois, j’ai eu l’impression de me retrouver dans Le Seigneur des Anneaux version enfant, avec une armée de mort noire et redoutable que doit affronter nos valeureux héros, accompagnés d’elfes, d’humains, de nains, etc. Bref, une vraie communauté.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce troisième tome, au même titre que le second ! 🙂 

Heureusement, l’histoire ne s’arrête pas là : après le départ de Zoé et Thomas pour les Terres Magiques, Cassandra O’Donnell a décidé de continuer Malenfer dans un second cycle… En avant pour une nouvelle aventure 🙂

Livre, Roman jeunesse

Malenfer, tome 2, La Source Magique

Maintenant qu’il est lié au dragon Elzmarh, Gabriel suscite l’intérêt du sorcier de Gazmoria qui le prend comme apprenti. De son côté, Zoé se méfie du sorcier, ainsi que de tous les autres professeurs de l’école, notamment de Batavius qui tient absolument à les conduire dans les terres magiques.

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Thomas, Zoé et leur groupe d’amis. On reprend l’histoire là où on l’avait laissée, à sept jours près. Les deux enfants continuent de vivre comme ils le peuvent, sans leurs parents. Malenfer grandit toujours plus, s’étendant vers la maison de nos héros. Batavius, l’étrange sorcier, est toujours là. Là pour le Ténérit de Thomas, qui va bientôt fêter son 13e anniversaire. Ou là pour autre chose… Car le sorcier cache beaucoup de choses. 

J’ai bien aimé me replonger dans l’histoire de Malenfer. On a enfin un vrai aperçu de la forêt dans ce second tome, et cela m’a permis d’assouvir ma curiosité. Le combat des enfants face à cette immense forêt magique permet de réfléchir sur les notions du Bien et du Mal, et sur la notion de Choix. C’est traité intelligemment et cela est assez frustrant pour le lecteur qui n’est que spectateur. 

J’ai préféré ce second tome au premier car il est plus complexe. Les personnages comme Batavius sont assez tordus et cela m’a permis d’avoir un regain d’intérêt pour l’histoire. On apprend les origines du sorcier dans ce second tome et à ce moment-là, on commence sérieusement à douter de lui. Mais on a bien évidemment envie d’en savoir plus et donc on dévore le livre.
Les autres personnages ne sont pas en reste. Thomas qui a désormais pour « animal de compagnie » un puissant et ancien dragon, va devenir un sorcier, un vrai. Il va bientôt devoir quitter son école, ses professeurs, ses amis, pour un ailleurs, pour Gazmoria. L’histoire se centre donc plutôt sur lui, et on oublie un peu Zoé par moments. Cette dernière a tout de même bien sûr voix au chapitre étant donné qu’elle développe elle-même des pouvoirs. Des pouvoirs intrigants.

Nos deux jeunes héros ont encore beaucoup de choses à découvrir sur eux-même, mais aussi sur leur famille, et c’est ce qui fait l’objet du troisième tome du premier cycle de Malenfer ! Un troisième tome que j’ai hâte de découvrir 🙂

Livre, Roman jeunesse

Le Monde Secret de Sombreterre, tome 2 : Les Gardiens

Alina comprend que la situation s’est dégradée depuis son départ : le voile qui protège le monde de Sombreterre se fissure de plus en plus, laissant les monstres-esprits semer le chaos chez les humains.
Parmi les gardiens, on s’interroge : Victor est-il l’élu ? Pourra-t-il tous les sauver ? Les anciens sont fascinés par ses pouvoirs, mais Victor ne sait pas encore à qui accorder sa confiance…

cvt_le-monde-secret-de-sombreterre-tome-2_9016

Je remercie Cassandra O’Donnell et les éditions Flammarion pour l’envoi de  ce livre en SP ! 🙂

C’est avec une certaine impatience que je me suis lancée dans ce second tome de Sombreterre. En effet, la fin du premier tome s’était arrêté dans un moment critique : Victor, Lucas et Alina étaient en route vers le monde de Sombreterre. A quoi allaient-ils faire face ? Cette question, je me la suis posée et j’ai enfin eu la réponse.

Ce second tome commence donc directement là où on s’était arrêté. On est tout de suite immergé dans le monde magique de Sombreterre, peuplé de créatures féroces, bien plus dangereux que le notre. Victor et Lucas découvrent une planète qui leur est complètement inconnu et s’appuient donc sur la Gardienne Alina. Sauf que la quête de Victor s’annonce plus compliquée que prévue : le Voile qui maintient les créatures loin de la Terre est en train de se déchirer. Victor et Lucas vont devoir faire preuve de courage et se méfier des pièges et faux-semblants.

De nouveau, j’ai été happée par la plume de Cassandra O’Donnell. C’est bien écrit, fluide, riche. Le vocabulaire est adapté aux enfants, de même que l’histoire qui nous emmène loin. On oscille toujours entre action, suspense et révélations, ce qui fait qu’on est toujours pris dans le récit. Et surtout, on a envie de connaitre la suite 🙂

Livre, Roman jeunesse

Malenfer, tome 1, La Forêt des Ténèbres

Malenfer, la forêt maléfique, grandit et s’approche chaque jour davantage de la maison où vivent Gabriel et sa petite sœur Zoé. Seuls depuis le départ de leurs parents, partis chercher de l’aide en terre de Gazmoria, les enfants doivent faire face aux ténèbres qui recouvrent lentement Wallandar. Mais aussi à un tout nouveau danger : ni les visions de Zoé, ni les ses pouvoirs magiques ne parviennent encore à l’identifier

malenfer-couv-jeremie-fleury-flammarion

Malenfer est la première trilogie jeunesse de Cassandra O’Donnell. Elle a travaillé avec des classes de CM1 et CM2 du Nord (pardon, des Hauts-de-France), pour créer cette histoire destinée aux 9-12 ans. Curieuse de voir le résultat, je me suis lancée dans la lecture.

Les parents de Gabriel et Zoé, 12 et 10 ans, partis en mission, ne sont toujours pas revenus. Les deux jeunes s’inquiètent, mais ne peuvent pas faire grand chose : ils tentent de vivre leur vie normalement, entre école, amitiés et choses étranges. Car non, ils ne vivent pas dans le même monde que nous. Malenfer, la forêt maléfique se rapproche de jour en jour, avec son aura démoniaque. Elle est prête à avaler la maison des deux enfants. Et comme si cela ne suffisait pas, quelque chose de sombre semble s’être installé au fond du lac de l’école… Les ennuis ne font que commencer pour nos deux héros ! 🙂

J’ai bien aimé cette histoire, même si au final, je préfère Le Monde secret de Sombreterre, qui se destine à un public un peu plus vieux que Malenfer.

Gabriel et Zoé sont des personnages attachants. Ils se débrouillent comme ils peuvent alors que l’absence de leurs parents se prolonge. Se lever, prendre sa douche, déjeuner… tout ça nécessite de l’organisation, et les jeunes gens l’apprennent tous les jours. Ils sont même plutôt débrouillards pour leur âge.
Petite particularité : Zoé possède un don qu’elle essaye de comprendre, tout en le cachant. Elle ne fait que très peu confiance aux autres, et se réfère le plus souvent à son grand frère, qui est un vrai pilier. Leur lien de frère et soeur est solide, et ça fait du bien de voir ça.
Leurs amis, Morgane, Thomas et Ezéchiel, m’ont un peu tapé sur le système, même si parfois Thomas m’a bien fait rire ! Ils se mêlent de ce qui ne les regarde pas, ce qui est assez exaspérant, mais c’est pour mieux avancer dans l’histoire.

J’ai aimé l’univers dans lequel nous emmène l’auteur. Un monde magique, plein de fantasy, avec des créatures fantastiques plus ou moins sympathiques (loup-garou, walligow, elfe, troll, nain…).

Les choses vont assez vite, roman jeunesse oblige. Cela est un peu déconcertant au départ, mais on finit par s’y habituer. Le vocabulaire est adapté, simple mais pas trop, et c’est bien écrit.

Certains passages m’ont fait penser à Harry Potter, pour les liens d’amitié, le courage face à plus fort que soi et face au Mal. Et M. Plexus, gardien de l’école (et accessoirement nain des montagnes) m’a rappelé Gimli du Seigneur des anneaux, avec son caractère un peu rustre.

Bref, j’ai hâte de voir ce qu’il va se passer quand Malenfer sera véritablement aux portes de la maison de Zoé et Gabriel ! 🙂