Livre, Roman ado

Red Queen

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

red-queen,-tome-1-576564-250-400

Royaume de Norta. La société dans laquelle vit Mare Barrow est divisée en deux catégories. D’un côté les Argents, les nobles qui obtiennent tout ce qu’ils veulent, et de l’autre, les Rouges, les pauvres qui ont du mal à survivre, et que l’on envoie au front. Mare fait partie de cette seconde catégorie. C’est une voleuse de 17 ans dont la vie est loin d’être facile. Sauf qu’un jour, elle tente de voler la mauvaise personne… Le prince héritier Cal. Commence alors pour Mare une vie à laquelle elle ne s’attendait pas : une vie à la cour royale, où tout n’est que faux-semblants et trahisons.

Red Queen est le premier tome d’une saga écrite par Victoria Aveyard. L’auteur a su créer un vrai univers, riche, plein de surprises. D’un côté la population qui tente de survivre par tous les moyens, alors que l’on envoie les adolescents et les adultes à la guerre. De l’autre côté, un monde fait de richesses, mais où tout semble empoisonné : ils se font la guerre entre eux, prêts à prendre le pouvoir dès qu’il y en a un qui trébuche.
Ce roman ressemble toutefois à un mélange d’Hunger Games, de La sélection ou encore de Red Rising. Cela ne m’a toutefois pas vraiment dérangée, même si cela est perturbant par moment. 

Mare est un personnage plutôt fort. Elle se retrouve plongée de force dans un univers qui n’est pas le sien. Rouge avec des pouvoirs parmi les Argents, elle tente de se faire une place alors que les conflits entre les deux groupes montent de plus en plus, notamment avec l’apparition de la Garde Ecarlate. Elle peut cependant compter sur le soutien de Maven, le second prince, à qui elle est fiancée de force.
J’ai toutefois trouvé que les autres personnages n’étaient pas assez travaillés. Ils sont plutôt insipides, les méchants pas assez méchants (sauf la reine peut-être), les princes sont sans vrai charisme, et j’attends de voir plus de la Garde Ecarlate… Bref, moyen.

J’ai bien aimé ce roman, mais sans plus. Contrairement à Mare, il n’a pas fait des étincelles. Le début est pas mal, le milieu un peu creux. Seule la fin est réussie : c’est là que se concentre toute l’action, tout ce qui est intéressant, et tout ce que l’on attendait depuis 200 pages. N’importe qui peut trahir n’importe qui. Je n’ai pas été totalement surprise par cette fin toutefois, la voyant arriver « grosse comme une maison ».
Ce roman reste bien écrit, mais le style n’a rien de particulier, rien d’absolument remarquable.

Je vais lire le tome 2, Glass Sword, mais ce ne sera sans doute pas une des mes lectures prioritaires ! 🙂

Livre, Roman ado

L’élite, tome 2 : Sous surveillance

Avant.
Avant, Cia menait une vie simple auprès des siens.
Et puis, il y a eu le Test.
Cia l’a réussi.
Elle est entrée à l’université, prête à appartenir à l’Elite.
Mais elle sait. Elle sait que beaucoup sont morts, que le gouvernement condamne les plus faibles.
Maintenant, Cia doit faire un choix. Le bon.

l--lite,-tome-2---sous-surveillance-540500-250-400

Et voilà, je vous l’avais bien dit dans ma chronique du premier tome (L’Elite) : impossible de ne pas se prendre au jeu !

Vous avez aimé L’élite ? Vous aimerez L’élite : Sous surveillance. Parce que dedans, il y a les mêmes ingrédients. Les mêmes personnages + d’autres, mais aussi intéressants que les premiers. Les mêmes interrogations sur ce monde post-apocalypse qui vous a comme un goût de « je te préviens monde d’aujourd’hui, voilà ce qui va t’arriver si tu continues tes guerres et ta pollution« . Bon, autant vous le dire tout de suite, le « nouveau monde », celui de L’élite, a beau avoir l’air d’avoir retenu quelques leçons, tout est loin d’y être rose.

Ce qui suit spoil le premier tome ! Lecteur, te voilà prévenu 🙂

Cia a réussi le Test. Elle est entrée à l’université de Tosu. Mais elle n’est pas tirée d’affaire pour autant !
D’abord, il y a l’induction. Un nouveau test, préparé cette fois par les étudiants plus âgés. Une sorte de bizutage, mais en bien plus dangereux. Certains, d’ailleurs, n’en reviendront pas…
Puis il y a les cours supplémentaires. Comme ça, ça a l’air de vouloir dire « tu es meilleure que les autres alors tu auras plus de travail que les autres« . Mais ça aussi ça peut être dangereux, si on n’arrive pas à faire face au surcroit de travail. On peut être redirigé. Redirigé ? En général ça veut dire un aller sans retour pour… mais pour où d’ailleurs ? Personne n’a jamais revu ceux qui ont été redirigés. Et puis il y a aussi cette rébellion qui se cache…

Allez, je ne vous en dis pas plus que ça : vous avez aimé le premier L’Elite ? Lisez le second ! 🙂

Livre, Roman ado

L’élite

Oserez-vous passer le Test ?

Profil idéal :
Être déterminé. Compétent. Débrouillard.
Et avoir de parfaites connaissances en sciences naturelles. Utile pour survivre.

Objectif :
Le Test récompense à la fois les guerriers et les sages. Les candidats qui ne réussiront pas les épreuves seront éliminés dans tous les sens du terme.

Les candidats peuvent-ils renoncer à passer le Test ?
Non. Une fois le Test commencé, une seule issue : réussir les épreuves.

La sécurité des candidats est-elle assurée pendant le Test ?
La Communauté Unifiée n’est pas en mesure de divulguer ce genre de détail.

Est-il déjà arrivé que des candidats meurent durant le Test ?
La Communauté Unifiée n’est pas en mesure de divulguer ce genre de détail.

couv47730884

Vous pensez qu’entrer à l’université, c’est un peu un parcours du combattant ? Lisez L’élite et vous ne direz plus jamais ça. Parce qu’à côté de ce que vivent les candidats au Test, n’importe lequel de nos examens, de nos tests et concours, n’est que de la petite bière (et encore, sans alcool, la bière).

Réussir le Test, être admise à l’université de Tosu, Cia en rêve (c’est, évidemment, avant de savoir ce que recouvre réellement le Test). Dans sa colonie des Cinq Lacs, comme dans toutes les autres, on travaille à revitaliser et à faire revivre une terre que la folie des hommes a autrefois polluée, abimée, maltraitée au point qu’elle s’est vengée. Tremblements de terre, cyclones et tornades, eaux impropres à la consommation, mort de la végétation. Peu à peu, les hommes, qui ont aussi été assez fous pour se faire la guerre (plusieurs guerres, même), ont malgré tout regagné du terrain, se servant des connaissances des anciens et inventant leurs propres techniques. Dans la colonie des Cinq Lacs donc, le père de Cia, mais aussi ses frères et tous les habitants travaillent à la survie et à une meilleure condition pour chacun.

Le centre du pouvoir est à Tosu. La capitale. Avant de la rejoindre les « élus », ceux qui sont admis à l’université, doivent satisfaire aux épreuves du Test. Une capitale centre du pouvoir, des colonies, des jeunes invités à participer à un Test, ça ne vous rappellerait pas quelque chose ? Tosu = Capitole ? Colonies = districts ? Test = Hunger games ? Plus on avance dans L’élite, plus on fait de rapprochements entre les deux. A raison et à tort. A raison, parce que la même apocalypse ou presque, provoquée par des hommes tout aussi inconséquents, mène dans les deux cas à un même (nouveau) monde sans pitié pour les faibles. A tort parce que dans L’élite, il ne s’agit pas de tirer au sort de la chair humaine destinée à se faire tuer pour amuser le peuple, mais de choisir les meilleurs pour entrer à l’université de Tosu. Avec malgré tout quelques conséquences similaires…

Si comme moi vous avez adoré Hunger Games bien avant que le livre ne fasse un carton planétaire, ne croyez pas que L’élite est une pâle copie. Je suis entrée dans l’histoire de Cia dès les premières pages et je ne l’ai plus lâchée. Vous voulez que je vous dise ? J’ai attaqué le volume 2. Eh bien ça m’a fait le même effet. Ça fait juste froid dans le dos.

Livre, Roman ado

Le labyrinthe, tome 1 : L’épreuve

Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d enfants. Il s agit d une ferme située au centre d un labyrinthe peuplé de monstres d acier terrifiants. Les ados n ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu ils font là. Ils n ont qu un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les coureurs parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu il veut être coureur et résoudre l énigme du labyrinthe.

9782266200127

Si je vous dis labyrinthe, vous pensez mythologie ou au contraire loisir rigolo ? Si je vous dis labyrinthe + danger + roman, vous pensez… post-apocalypse, monde inhospitalier, jeunes héros, bref  Le labyrinthe ? C’est bien de ce labyrinthe-là que je veux vous parler. Celui de James Dashner, livre qui a aussi donné un film. Curieusement, je vous avais déjà parlé de ses deux suites, mais pas encore de ce premier tome. Un oubli, que je répare immédiatement. Pour tous ceux qui n’ont ni lu les livres ni vu le film, il n’est pas trop tard. Et puis franchement, il mérite qu’on (re)parle de lui, ce Labyrinthe.

Bon alors l’histoire d’abord. Thomas se réveille dans « la boîte ». Amnésique et entouré d’ados, arrivés comme lui dans « la boîte », un jour plus ou moins lointain. Son nouveau lieu de vie : le labyrinthe, peuplé de monstres de chair et d’acier, dont les portes se referment chaque soir et se rouvrent chaque matin. D’où vient Thomas ? D’où viennent les autres ? Nul ne le sait. Et ce n’est pas « la boîte » qui va leur permettre de le savoir : elle n’est qu’un aller simple pour le labyrinthe, sans voyage de retour possible. Bref, on le comprend tout de suite : ils sont coincés là. Les plus anciens y vivent depuis deux ans. Chaque jour, l’équipe des coureurs part dans le labyrinthe. Leur objectif : trouver la sortie. Chaque soir, ils rentrent avant que les portes ne se referment. Avant que les Griffeurs ne prennent possession des lieux… et ne s’attaquent aux malheureux qui ne seraient pas rentrés à temps. Une vie rythmée par le rythme du labyrinthe, jusqu’au jour où « la boîte » amène une fille. C’est la seule dans ce monde de garçons. Et elle est accompagnée d’un message : elle sera la dernière. Le début de la fin…

Le rythme ensuite. C’est bien mené et l’auteur maîtrise parfaitement l’art du suspense. Alors attendez-vous à ne pas pouvoir vous arrêter à la fin de chaque chapitre… Commencez Le labyrinthe quand vous avez pas mal d’heures devant vous, histoire de pouvoir le lire vite à un rythme aussi soutenu que celui de l’histoire de James Dashner.

La fin. Vous ne croyez quand même pas que je vais vous la raconter ? Je vous dis juste un truc : elle annonce un deuxième tome encore plus flippant que le premier. Même sortis du labyrinthe, Thomas et ses copains ne sont pas sortis de l’auberge…

Film, Films

La Terre Brûlée

Dans ce second volet de la saga épique LE LABYRINTHE, Thomas et les autres Blocards vont devoir faire face à leur plus grand défi, rechercher des indices à propos de la mystérieuse et puissante organisation connue sous le nom de WICKED. Or le monde qu’ils découvrent à l’extérieur du Labyrinthe a été ravagé par l’Apocalypse. Leur périple les amène à la Terre Brûlée, un paysage de désolation rempli d’obstacles inimaginables. Plus de gouvernement, plus d’ordre… et des hordes de gens en proie à une folie meurtrière qui errent dans les villes en ruine. Les Blocards vont devoir unir leurs forces avec d’autres combattants pour pouvoir affronter WICKED et tenter de défier son immense pouvoir.

968348terrebrulee

J’avais beaucoup aimé le second tome des aventures de Thomas, La Terre Brûlée. C’était donc avec une certaine impatience que j’attendais le film. Bien évidemment, je savais, après avoir vu ce qu’ils avaient fait du premier, qu’il y aurait des changements. Et puis, ce n’est pas comme si les acteurs n’avaient pas prévenu qu’il y aurait pas mal de divergences.

C’est donc avec plaisir que j’ai regardé ce film. Bien sûr, je ne vais pas vous cacher qu’effectivement, ils ont changé pas mal de choses. Presque tout en fait. Mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas aimé le film. Bien au contraire.

Pour ressituer un peu le contexte : Thomas et ses amis blocards sont sortis du Labyrinthe. Certains sont morts pour que les autres survivent. Ils se croient donc en sécurité, loin du WICKED. Sauf que rapidement, ils se rendent compte que des choses ne vont pas, et que le WICKED, auquel ils croyaient avoir échappé, se révèle en fait être leur sauveur…

C’est un film qui est très bien mais il ne faut pas penser au livre, car très peu de choses correspondent : ils ont mis un peu du troisième tome dedans, Le Remède Mortel, ce qui est pas mal perturbant. Je me suis moi-même un peu perdue dans mes souvenirs de l’oeuvre de James Dashner. Bref, il faut donc se faire plaisir et juste regarder, sans trop réfléchir.

Le film est bourré d’action, et presque à aucun moment le spectateur n’a de répit. Les héros ne cessent de courir dans tous les sens. Bizarrement, les personnes atteintes de la Braise sont devenues des zombies sans yeux. Ils ressemblent beaucoup à ceux de World War Z, qui étaient déjà bien flippant. Alors quand les héros croisaient ces zombies, j’étais entre le ricanement et la peur. Le ricanement, car après tout, les gens atteints de la Braise sont censés encore être un minimum humains. Les producteurs surfent sur la mode du zombie. Et la peur car ces zombies sont affreux. Et bien souvent, j’ai trouvais que le suspense était presque insoutenable (même si bon, on sait qu’ils ne vont pas tuer le héros hein 😉 ). A un moment, j’ai eu la peur de ma vie, sursautant comme une folle face à un zombie qui n’existait pas dans le livre 😉

Le jeu des acteurs est plutôt pas mal (mention spéciale à Aidan Gillen (Petyr Baelish de GoT) en vilain que l’on a envie d’étriper à chaque fois qu’on le voit !), on s’y croirait presque. Bon, sauf pour l’actrice qui joue Teresa, qui, je trouve, rend mal le personnage. Je m’étais déjà fait la réflexion dans le premier film.

Je pense qu’ils auraient pu couper les 10 dernières minutes qui font le film trop long. Mais sinon, j’ai aimé et vous le conseille ! Le film sort aujourd’hui en salle 🙂

Film, Films

Mockingjay – Part 2 – Trailer Final

C’est la fin d’une aventure cinématographique qui nous a donné la chair de poule. La bande-annonce finale de Hunger Games vient de sortir, et je n’aurais qu’un mot : Hâte ! Hâte de voir se finir une histoire intense, hâte de voir qui va gagner au final (j’ai lu les livres, mais on ne sait jamais 😉 ), etc…

12096619_1099956513350598_4985520874746806640_n

Voici la dernière bande-annonce de la célèbre saga ! 🙂