Livre, Roman ado

Double Sens

Leur road-trip aurait dû être parfait… s’ils n’avaient pas rompu quelques jours plus tôt ! Pour Jordan, Courtney a renoncé à sortir avec son meilleur ami alors qu’elle avait enfin décidé de sauter le pas. Et voilà que Jordan l’a trompée avec une autre sur Internet. Enfin, trompée… pas vraiment, puisqu’il a rompu avec Courtney avant. Mais ça n’excuse rien ! Et il faut encore qu’ils traversent les Etats-Unis ensemble. Trois jours dans la même voiture… L’enfer. Selon Jordan, Courtney…- est psychorigide- et elle est flippée (c’est vrai)- et en plus elle écoute de la musique pourrie (de la pop !) Jordan a trahi Courtney. Enfin, pas vraiment. Il avait de bonnes raisons de la quitter. Mais il n’a pas le droit de les lui dire… Alors à la place, il s’est inventé une fausse petite amie. Et le comble, c’est qu’il l’aime encore, c’est évident. Selon Courtney, Jordan…- est un menteur- et il est toujours en retard (c’est vrai)- et en prime, il écoute de la musique pourrie (du rap !).

81dsadraK6L

Double sens est un livre qui se lit assez vite. Il raconte l’histoire de Jordan et Courtney, jeune couple d’adolescents. L’écriture de l’auteur est plutôt simple, mais agréable.

L’histoire alterne entre le présent (le road trip entre ex) et le passé de nos deux héros. Jordan et Courtney ont rompu il y a deux semaines, mais ont tenu à faire ce voyage vers l’université de Boston… Enfin, Courtney est obligée de faire ce road trip prévu depuis longtemps. Après s’être faite larguer en beauté pour une autre, elle n’a aucune envie de partir avec Jordan à Boston, ce que l’on peut comprendre.
Bien évidemment, les choses ne vont pas se passer simplement, cela aurait été trop facile. Eh oui, parce que, même séparés depuis deux semaines, les personnages s’aiment, mais ne veulent pas le reconnaitre. Ce voyage n’est pas de tout repos.

Courtney, 17 ans, est un personnage que j’ai trouvé insupportable dès la première page. Toujours à se plaindre, à ne pas savoir ce qu’elle doit, ni ne veut faire. Elle est le cliché de la jolie fille asociale qui n’a connu que très peu de garçons dans sa vie.
Jordan, 18 ans, quant à lui, est plutôt sympathique, même si par moment, ses hormones parlent pour lui, ce qui le rend pénible. C’est le cliché du mec populaire sympa, qui sait et aime en profiter.
Contre toute logique, ils vont se plaire… Oui sauf que le couple qu’ils vont former manque cruellement de maturité par moments. Ils agissent comme deux gamins qui ne réfléchissent pas. Et ce ne sont pas leurs amis, J.B., Lloyd et Jocelyn, qui vont les aider…

Malgré cela, l’auteur a su inclure des éléments dans son histoire qui m’ont poussée à continuer le livre. Notamment les motifs de la rupture de Courtney et Jordan. Cette partie là du roman est un peu plus profonde, et c’est sans doute ce que j’ai le plus aimé.

Malgré ces éléments, on sait toutefois comment l’histoire va se finir dès la lecture de la quatrième de couverture. On n’a pas trop de surprise de ce côté là, et c’est dommage.

Pas de prise de tête, une histoire pas compliquée, une écriture simple : cela en fait un livre parfait pour l’été, à lire sur la plage.

Publicités
Coup de Coeur, Livre, Roman

Blacklistée

« En allant vers mon casier, j’aperçus de loin quelque chose sur la porte : un mot écrit au marqueur noir. Plus j’approchais, plus je voyais nettement l’inscription. Elle me criait, claire comme de l’eau de roche : « SALOPE ». »

La vie de Regan bascule le jour où, en arrivant en cours, elle découvre ses messages privés placardés sur tous les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun.
En une seconde et quelques clics, la vie de Regan bascule…
Elle devient une véritable paria. Ses amies lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un enfer.
Du jour au lendemain, Regan n’a plus d’autre choix que de devenir transparente. Mais qui, parmi ses soi-disant fidèles alliées a pu la trahir ainsi ? Et pourquoi Nolan, mystérieux jeune homme au charme trouble, est-il toujours sur son chemin ?
La chute de Regan n’est qu’un début. Et personne n’en sortira indemne…

BLACKLISTEE_HD-507x800

Regan Flay, 17 ans, est une jeune fille populaire dans son lycée. Elle est adulée par les autres élèves, qui voient en elle une fille parfaite, à qui il faut ressembler. Elle est la fille d’une députée républicaine ultra-conservatrice. Les apparences comptent donc plus que tout pour elle : comment elle est habillée, comment les gens la perçoivent. Sauf que le jour où toutes les méchancetés qu’elle textote avec ses amies sur les gens sont affichées sur son casier, elle est blacklistée, devenue la risée du lycée, détestée de tous, même de ses amies… De bourreau, elle devient victime.

Regan m’a fait penser, au départ, à l’insupportable (mais géniale) Chanel Oberlin de Scream Queens : populaire, bourgeoise, qui veut parvenir à ses fins par tous les moyens, qu’importe la manière, qu’importe si elle blesse quelqu’un au passage.

Et puis, finalement, on se rend compte que ce n’est pas le même type de personnage : autant Chanel est méchante pour être méchante, autant Regan est en fait sous pression. Sa mère veut qu’elle soit parfaite, exige d’elle des choses que Regan ne se sent pas forcément capable de faire. Par conséquent, la jeune fille a des crises de panique violentes, dues au stress, dont sa mère ne veut pas entendre parler. Regan commence alors à devenir dépendante aux médicaments…
Bien souvent, Regan veut impressionner ses « amies », blessant tous ceux qui se trouvent sur son passage, quitte à regretter ensuite ses actions. Amies qui elles aussi cachent leurs souffrances… Après tout, pourquoi seraient-elles aussi méchantes sinon ?

On suit donc la chute rapide et douloureuse de Regan au sein de son lycée. Abandonnée et détestée de tous, elle tente de rester à la surface. Elle souhaite absolument retrouver son statut de reine du lycée. Mais le harcèlement moral des élèves fait qu’elle touche rapidement le fond. C’est sans compter le frère de son ancienne meilleure amie, Nolan, qui va l’aider à ne pas perdre pied.

J’ai adoré ce livre ! Je ne m’attendais pas à me prendre une claque pareille. Même si le sujet a déjà été traité de nombreuses fois, cette histoire m’a touchée. Regan est en fait un personnage qui souffre énormément, qui fait parfois pitié. Tout ce qu’elle fait est en fait une conséquence de ce que sa mère lui dicte. Même si cette dernière ne veut pour elle que le meilleur avenir possible…   Regan est malheureuse. Conséquences : le personnage que la jeune fille s’est créé fait donc souffrir les autres.

Ce livre permet de réfléchir à nos propres actions, et nous apprend presque à devenir meilleur. Car qui n’a jamais fait un commentaire méchant sur une personne qu’il ne connaissait même pas ? Personne.
Il permet aussi de réfléchir sur les réseaux sociaux : l’auteur les utilise pour nous montrer le mal que cela peut provoquer.

Ce roman se lit très facilement, très vite. Il traite d’un sujet grave, le harcèlement moral au lycée, avec intelligence 🙂

L’auteur, Cole Gibsen, a fait une petite vidéo intéressante où elle présente et explique pourquoi elle a écrit ce livre :

Film, Films, Séries TV & Films, Teaser - Trailer

La 5e Vague -Trailer

Oh joie ! Oh excitation !

La première bande-annonce de l’adaptation du génial roman La 5e Vague est en ligne (bon, elle a fuité, d’où les sous-titres dans je ne sais quelle langue 😉 ) ! J’ai adoré le livre (une dystopie) et sa suite.

la 5e vague rick yancey

La bande-annonce donne envie, et le film semble fidèle à l’oeuvre de Rick Yancey  🙂

https://vid.me/e/tiRl?autoplay=1&stats=1&tools=1

Livre, Roman, Roman ado

In the after

Ils entendent le plus léger des bruits de pas…
Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs…
Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle !

Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en quelques jours à peine. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ?

Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu’elles survivent en autarcie, quand d’autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé… mais il ne fait que commencer !

in the after tome 1

Un monde devenu inhospitalier, dans lequel les humains sont des proies. Déjà vu, déjà lu ? Oui. Et non. Dans In the after, on est dans l’après. Bon, une fois que je vous ai dit ça, je n’ai pas vraiment dévoilé quoi que ce soit, sauf si vous ne savez pas ce que veut dire after en anglais 😉
Vous voulez en savoir plus ? Alors voilà : In the after, dans l’après donc, les humains se font bouffer par des sortes de bestioles d’une rapidité inégalée (on pourrait peut-être tenter un croisement de Superman et Flash pour sauver la planète ? Bon, passons, ce n’est vraiment pas le sujet), les Floraes. C’est comme ça qu’en trois ans, la plupart des humains ont disparu… Flippant, non ?

Seule solution pour échapper aux Floraes : être totalement silencieux quand on va se ravitailler en nourriture, boisson, et toutes autres choses utiles à une vie quotidienne. Il faut aussi avoir de la chance (on ne sait jamais, on peut faire l’effort d’être silencieux et quand même tomber par mégarde sur un Florae si on fait partie des gens qui n’ont pas de bol…). Se ravitailler, on peut le faire dans les magasins, quand ils n’ont pas déjà été pillés, dans les maisons dont les habitants ont été mordus par les Floraes (certes, il faut faire abstraction du sang sur les murs) et partout où il reste à manger. Et tout ça dans le plus parfait silence. Facile ? Vous avez essayé de marcher un trottoir sans faire claquer vos chaussures sur le bitume ? De prendre une bouteille dans un rayon sans la faire heurter sa voisine de rayon ? De faire du vélo sans que l’on entende le pédalier ? De manger sans faire le moindre bruit ?

Amy, elle, est toujours là. C’est une ado, mais comme toujours dans les romans young adult, elle a des réactions beaucoup plus mûres que celles d’une ado. Elle a trouvé une maison où elle est à l’abri. A l’abri des Floraes, mais aussi des autres humains. Ah oui, on ne vous a pas dit : certains humains sont aussi des ennemis (le fameux « l’homme est un loup pour l’homme », ça vous parle ?). Ils ne sont pas bien nombreux, ces humains, mais une pomme pourrie, c’est bien connu, ça suffit pour pourrir tout un panier…

Je pourrais vous raconter le reste, la rencontre d’Amy avec Amber, avec Baby, son arrivée dans cette colonie qui s’est elle aussi mise à l’abri, mais je préfère vous laisser découvrir par vous-même ce qui se passe dans In the after. Je vous préviens juste d’une chose : à un moment de votre lecture, vous allez peut-être vous surprendre à parler plus bas, à marcher pieds nus sur la pointe des pieds, à maudire le voisin qui passe la tondeuse. Vous serez mûr, à ce moment-là, pour commencer à (sur)vivre In the after. Mais peut-être pas encore à faire face à ses bassesses, que je compte bien retrouver vite fait bien fait dans In the end, le second tome.

Livre, Roman, Roman ado

Le Remède Mortel

Le temps des mensonges est terminé.

Le WICKED a tout volé à Thomas : sa vie, sa mémoire et maintenant ses seuls amis. Mais l’épreuve touche à sa fin. Ne reste qu’un dernier test… Terrifiant. Cependant, Thomas a retrouvé assez de souvenirs pour ne plus faire confiance à l’Organisation. Il a triomphé du labyrinthe. Il a survécu sur la terre brûlée. Il fera tout pour sauver ses amis, même si la vérité risque de provoquer la fin de tout.

Couverture_2_le_remede_mortel

Le Remède Mortel signe la fin de la trilogie L’Epreuve de James Dashner.

Thomas et ses amis sont sortis de la Terre Brûlée, mais ça n’a pas été sans douleur. Certains sont morts, d’autres ont été blessés. Désormais, Thomas est enfermé, seul, dans une pièce blanche, clinique. Mais il va bientôt en sortir, et le temps des réponses, tant attendu, est désormais arrivé. Mais tout ne va pas se passer dans le calme et la bonne humeur…

Ce dernier tome m’a moins convaincue que La Terre Brûlée. On est plus dans un livre de dystopie/SF classique que dans quelque chose de vraiment nouveau, comme l’avaient été les deux premiers tomes. Par moments, il m’a fait penser à Blade Runner, Bobby Pendragon ou encore Walking Dead pour son ambiance.

Cette fois, les épreuves imposées par le WICKED sont terminées. Les choses ne se règlent toutefois pas comme ça. Rapidement, Thomas, Minho, Newt, Brenda et Jorge réussissent à échapper à l’Organisation. Mais ce n’est que pour se retrouver à Denver, ville en perdition face à la Braise. Le virus fait rage sur ce qu’il reste des Etats-Unis, et la population touchée, zombifiée, devient de plus en plus violente car elle est « au bout du rouleau ». La Braise ronge le cerveau des gens contaminés, inlassablement, tandis que le WICKED tente depuis des années de trouver un remède. Sauf qu’il s’est embourbé au fil des années, et les gens à sa tête ressemblent plus à des scientifiques fous, eux aussi au bout du rouleau, qu’à des sauveurs de l’humanité.

Beaucoup de choses se passent dans ce troisième tome. Bien plus que dans les précédents. Ce qui est à la fois bien et à la fois moins bien.
Bien, parce que le lecteur est satisfait, du côté action, aventure. Thomas sort enfin des murs de l’Organisation, voit enfin le monde tel qu’il est. Il se rend compte que même si les épreuves ont été éprouvantes, ce n’était presque rien face à la vie difficile des habitants de Denver. Le héros a aussi des réponses dans ce tome. Réponses que l’on attendait depuis un petit moment déjà 😉
Moins bien, parce qu’il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte, et certaines choses sont mises de côté. J’aurais bien voulu que Thomas, Minho et autres rencontrent la mystérieuse Chancelière Paige par exemple. De plus, j’ai trouvé ce tome un peu plus brouillon que les précédents, dû à ces trop nombreux éléments. L’auteur s’égare par moment, ce qui est dommage.

J’ai été aussi un peu déçue que Thomas refuse de recouvrer entièrement la mémoire. Les souvenirs qui lui sont revenus lui suffisent. Tout aurait pu être clair, mais il a peur des actions qu’il a pu commettre, peur de changer d’avis, peur de se ranger aux côtés du WICKED…. ce qui peut se comprendre. Mais on aurait enfin pu connaitre son implication réelle dans cette histoire. On sait que ce qu’il a fait n’est pas joli joli, mais ça s’arrête là. Et le fait qu’il fasse la tête à Teresa et ne lui parle pas ne nous permet pas d’en savoir plus de ce côté là.

J’ai trouvé que la fin était bien menée, mais restait trop classique et déjà vue. J’ai toutefois bien aimé les derniers mots de ce roman… 😉

Je n’en ai toutefois pas fini avec les romans de James Dashner, puisqu’il me reste désormais à lire le premier préquel L’Ordre de Tuer… j’espère avoir enfin les réponses à toutes mes questions ! 🙂 

Livre, Roman, Roman ado

Retour

Survivre. 
Le manque d’oxygène à bord de la Colonie a déclenché une panique meurtrière. Seuls les plus chanceux ont pu emprunter les dernières navettes partant en direction de la Terre.
Aimer. 
Cette nouvelle apocalypse plonge les 100 dans l’angoisse : qui parmi leurs proches a survécu à l’atterrissage ? Les retrouveront-ils à temps ?
Manipuler. 
Bien décidé à conserver le pouvoir, le vice-chancelier n’hésitera pas à faire taire quiconque tentera de lui résister.
Combattre. 
Prêts à tout pour garder leur nouvelle liberté, Clarke, Bellamy, Wells et Glass devront chacun affronter leur destin pour sauver leur idéal. L’ultime compte à rebours a commencé.

les-100,-tome-3---retour-594648

Retour est le troisième et dernier tome de Les 100. Après deux tomes qui m’avaient laissé un sentiment plutôt mitigé, je crois que je suis enfin réconciliée avec cette trilogie (plus ou moins, quand même).

Cette fois, le moment est venu : la station qui accueillait des milliers d’habitants dans l’espace n’a plus d’oxygène. Le tome 2 se finit sur l’évacuation et le départ vers la Terre de plusieurs navettes. Sauf que c’est un départ précipité, et que l’atterrissage va se transformer en catastrophe.
Les 100, eux, déjà sur Terre depuis des semaines, assistent impuissant au crash des différentes navettes. Ils ont appris à découvrir les secrets dont regorgent notre planète, sa beauté, mais aussi ses dangers. Certains Nés-Terre qui ont fait sécession se montrent hostile à l’arrivée de nouveaux sur la planète bleue, et se montrent violents. L’arrivée de centaines d’habitants ne va donc pas arranger les choses. Surtout que le vice-chancelier Rhodes se trouve à bord d’un des vaisseaux…

C’est, de nouveau, un livre qui se lit tout seul, grâce à une écriture fluide. Cette dernière reste neutre, ce qui me gêne un peu. Du coup, pour moi, les personnages sont lisses, sans vraie personnalité, alors que je sais que ce n’est pas le cas. Ce sont des personnages forts, qui vivent des choses dures pour des jeunes gens comme eux.

L’auteur montre un côté désagréable propre au genre humain : nous sommes incapables de rester unis, pas même pour notre bien. Alors pour le bien de la planète… Il ne faut pas y compter. C’est comme si nous étions nés pour détruire ce qui nous entoure. Le Cataclysme, qui a eu lieu il y a plusieurs centaines d’années, n’a pas de servi de leçon. Il y a toujours quelqu’un qui veut être plus puissant que son voisin, qui veut avoir le pouvoir et commander. Cette personne est ici représentée par le personnage du vice-chancelier Rhodes, qui va jouer au « chefaillon » ôtant tout bonheur autour de lui.
Ce côté « maître du monde » est cassé par les personnages de Clarke, Glass, Wells, Bellamy, Olivia, Max, Sasha. Ils font preuve d’altruisme : seule leur survie, et celles des autres, compte. Il n’y a pas, dans leur esprit, de volonté d’être au pouvoir. Clarke, Wells et Bellamy, qui sont sur Terre depuis le début, ont appris à survivre, et à faire le bien autour d’eux. Clarke soigne, Bellamy chasse pour les 100, et Wells tente de les guider vers une vie qui se veut meilleure.
Au final, ceux qui avaient été condamnés sur la station spatiale pour des crimes plus ou moins horribles se trouvent être les plus humains de l’histoire, et les moins dangereux. Comme quoi, tout le monde change.

J’ai aimé comment a été traité la fin du roman. Sans spoiler les évènements, je peux vous dire qu’on finit sur une note d’espoir. Même si la vie peut rester compliquée à certains moments, on sent qu’on n’a pas besoin de s’inquiéter pour les nouveaux habitants de la Terre 🙂