Livre, Roman jeunesse

Le Monde de Sombreterre, tome 3 : Les Âmes perdues

Alina, Victor et Lucas découvrent que les gardiens du nouveau monde ont menti depuis des siècles. Ils doivent affronter les esprits pour sauver Sombreterre.

Tout d’abord, un grand merci aux Editions Flammarion Jeunesse et à Cassandra O’Donnell pour l’envoi de ce livre en service presse.

Victor, Alina et Lucas poursuivent leurs aventures sur le monde de Sombreterre dans ce troisième tome. Nos trois héros sont loin d’imaginer ce à quoi ils vont devoir faire face : se retrouver sur les terres des monstres-esprits, faire face aux horribles zombreurs, et surtout découvrir la vérité sur le mal qui couve sur Sombreterre. Et tout ça dans l’espoir de sauver ce monde et notre monde… Pas facile tous les jours d’être un héros !

Ce troisième tome est le dernier de la trilogie Le Monde de Sombreterre, et c’est bien dommage. Je m’étais bien habituée à nos trois petits héros qui sont attachants.
C’est un tome tout en émotion pour Victor qui va devoir faire face à un grand dilemme. Mais c’est un héros, et il agit par conséquent avec sagesse. Il sort grandit de ces expériences et on oublie le petit garçon terrien du début de la saga.
Alina, quant à elle, a appris à faire confiance à son instinct et à ses amis. Alors qu’elle voit tout ce qu’elle connait s’écrouler, elle montre une force incroyable et fait face avec un grand courage.
Lucas est le petit rigolo de la bande. Sans cesse en train de se plaindre. Ses jérémiades apportent de la légèreté dans le récit. Seul humain ayant réussi à passer le voile, mais un peu trouillard quand même, il réussit à apporter l’équilibre qu’il faut à ce trio.

Ce troisième tome se révèle plein de surprises. Après un second tome en perte de souffle, on repart sur de bonnes bases, avec des alliés inattendus, des méchants inattendus, des rencontres forfuites, de nouvelles amitiés et une quête qui s’achève. Bref, une fin de trilogie parfaite, pleine de rebondissements et d’action dans un univers fantastique bien ancré !

C’est toujours un réel plaisir de retrouver la plume de Cassandra O’Donnell. Ses livres se lisent tout seuls, d’une traite. On arrive à la fin sans s’en rendre vraiment compte. C’est bien écrit, avec un rythme soutenu, et un vocabulaire ni trop compliqué ni trop simple pour les enfants. 

Les illustrations de Jérémie Fleury sont toujours aussi belles et agrémentent bien l’histoire. Cela aide bien le lecteur quand on a un peu de mal à imaginer les vilaines créatures ou une scène d’action 😉

Je trouve ça triste de finir une saga comme celle-ci, surtout que par certains côtés, elle n’est pas sans rappeler celle d’un petit sorcier à lunettes rondes et cicatrice sur le front 🙂

Livre, Roman ado

Half Bad, tome 3 : Quête Noire

Nathan Byrn court de nouveau. L’Alliance des Sorciers Libres a été presque détruite. Dispersé et démoralisé, constamment poursuivi par les Chasseurs du Conseil, seule une nouvelle stratégie audacieuse peut sauver les rebelles de la défaite totale. Ils ont besoin de la moitié manquante de l’amulette de Gabriel – un artefact antique avec le pouvoir de rendre son porteur invincible dans la bataille. Mais le gardien de l’amulette – la recluse et prodigieusement puissante Sorcière Ledger – a son propre agenda. Pour gagner sa confiance, Nathan doit voyager jusqu’en Amérique et la persuader de lui donner l’amulette. Combiné avec ses propres Dons, l’amulette pourrait être juste assez puissante pour retourner la tendance pour l’Alliance et mettre fin à la guerre civile sanglante entre les Sorciers Noirs et Blancs une fois pour toutes..

half-bad-3-quecc82te-noire

Marcus est mort. Ce père que Nathan attendait de connaitre depuis si longtemps est mort, assassiné par celle qu’il aime, Annalise. Nathan souhaite le venger, en tuant la jeune fille, la faisant souffrir. Ses pensées sont de plus en plus noires, ses instincts sauvages prennent le dessus.
Mais la révolte gronde : Soul est proche, les attaques de chasseurs de plus en plus fréquentes, alors que l’Alliance a été défaite et dispersée. Nathan est l’un des pions encore vivants, et surtout le seul espoir pour sortir de cette guerre entre sorciers blancs et sorciers noirs qui n’en finit plus.

Ce troisième tome marque la fin d’une trilogie intense et originale. Et cette fin est juste parfaite, si belle, mais pourtant si triste. J’avoue que j’ai versé ma larmichette 😉

J’ai réussi à faire durer le roman, mais la fin, terrible, est arrivée bien trop vite…

Nathan restera sans doute un des personnages les plus marquants. Dur comme la pierre, brutal, bestial, parfois insensible… Son côté sorcier noir ressort plus que jamais au début de ce troisième tome. Cependant, il a un coeur énorme, reste un personnage touchant, bon, qui essaye de faire les choses comme il faut. 
Il a touché mon coeur de lectrice : c’est un personnage unique, comme on en voit peu. Il nous embraque dans une Angleterre pervertie par les manigances de quelques uns, mais aussi dans une Angleterre sauvage, nature.
Gabriel prend enfin la place qui lui revient dans cette histoire : le premier plan. Il est le soutien, la béquille, de Nathan. C’est un personnage altruiste qui fait tout pour aider la personne qu’il aime, quitte à être rejeté.

La bataille finale, bien qu’un peu courte, est plutôt impressionnante. Il y a de l’action et des rebondissements, on est partout à la fois.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai aimé, adoré, pleuré. J’avais peur, au premier tome, d’avoir un Harry Potter bis (Grande-Bretagne, monde de sorciers, élu), mais c’est loin d’être le cas. L’histoire est originale, éprouvante, et nous inculque de belles valeurs.

La trilogie Half Bad est sans aucun doute devenue l’une des mes sagas favorites ! 🙂

Livre, Roman ado

L’élite, tome 2 : Sous surveillance

Avant.
Avant, Cia menait une vie simple auprès des siens.
Et puis, il y a eu le Test.
Cia l’a réussi.
Elle est entrée à l’université, prête à appartenir à l’Elite.
Mais elle sait. Elle sait que beaucoup sont morts, que le gouvernement condamne les plus faibles.
Maintenant, Cia doit faire un choix. Le bon.

l--lite,-tome-2---sous-surveillance-540500-250-400

Et voilà, je vous l’avais bien dit dans ma chronique du premier tome (L’Elite) : impossible de ne pas se prendre au jeu !

Vous avez aimé L’élite ? Vous aimerez L’élite : Sous surveillance. Parce que dedans, il y a les mêmes ingrédients. Les mêmes personnages + d’autres, mais aussi intéressants que les premiers. Les mêmes interrogations sur ce monde post-apocalypse qui vous a comme un goût de « je te préviens monde d’aujourd’hui, voilà ce qui va t’arriver si tu continues tes guerres et ta pollution« . Bon, autant vous le dire tout de suite, le « nouveau monde », celui de L’élite, a beau avoir l’air d’avoir retenu quelques leçons, tout est loin d’y être rose.

Ce qui suit spoil le premier tome ! Lecteur, te voilà prévenu 🙂

Cia a réussi le Test. Elle est entrée à l’université de Tosu. Mais elle n’est pas tirée d’affaire pour autant !
D’abord, il y a l’induction. Un nouveau test, préparé cette fois par les étudiants plus âgés. Une sorte de bizutage, mais en bien plus dangereux. Certains, d’ailleurs, n’en reviendront pas…
Puis il y a les cours supplémentaires. Comme ça, ça a l’air de vouloir dire « tu es meilleure que les autres alors tu auras plus de travail que les autres« . Mais ça aussi ça peut être dangereux, si on n’arrive pas à faire face au surcroit de travail. On peut être redirigé. Redirigé ? En général ça veut dire un aller sans retour pour… mais pour où d’ailleurs ? Personne n’a jamais revu ceux qui ont été redirigés. Et puis il y a aussi cette rébellion qui se cache…

Allez, je ne vous en dis pas plus que ça : vous avez aimé le premier L’Elite ? Lisez le second ! 🙂

Livre, Roman ado

L’élite

Oserez-vous passer le Test ?

Profil idéal :
Être déterminé. Compétent. Débrouillard.
Et avoir de parfaites connaissances en sciences naturelles. Utile pour survivre.

Objectif :
Le Test récompense à la fois les guerriers et les sages. Les candidats qui ne réussiront pas les épreuves seront éliminés dans tous les sens du terme.

Les candidats peuvent-ils renoncer à passer le Test ?
Non. Une fois le Test commencé, une seule issue : réussir les épreuves.

La sécurité des candidats est-elle assurée pendant le Test ?
La Communauté Unifiée n’est pas en mesure de divulguer ce genre de détail.

Est-il déjà arrivé que des candidats meurent durant le Test ?
La Communauté Unifiée n’est pas en mesure de divulguer ce genre de détail.

couv47730884

Vous pensez qu’entrer à l’université, c’est un peu un parcours du combattant ? Lisez L’élite et vous ne direz plus jamais ça. Parce qu’à côté de ce que vivent les candidats au Test, n’importe lequel de nos examens, de nos tests et concours, n’est que de la petite bière (et encore, sans alcool, la bière).

Réussir le Test, être admise à l’université de Tosu, Cia en rêve (c’est, évidemment, avant de savoir ce que recouvre réellement le Test). Dans sa colonie des Cinq Lacs, comme dans toutes les autres, on travaille à revitaliser et à faire revivre une terre que la folie des hommes a autrefois polluée, abimée, maltraitée au point qu’elle s’est vengée. Tremblements de terre, cyclones et tornades, eaux impropres à la consommation, mort de la végétation. Peu à peu, les hommes, qui ont aussi été assez fous pour se faire la guerre (plusieurs guerres, même), ont malgré tout regagné du terrain, se servant des connaissances des anciens et inventant leurs propres techniques. Dans la colonie des Cinq Lacs donc, le père de Cia, mais aussi ses frères et tous les habitants travaillent à la survie et à une meilleure condition pour chacun.

Le centre du pouvoir est à Tosu. La capitale. Avant de la rejoindre les « élus », ceux qui sont admis à l’université, doivent satisfaire aux épreuves du Test. Une capitale centre du pouvoir, des colonies, des jeunes invités à participer à un Test, ça ne vous rappellerait pas quelque chose ? Tosu = Capitole ? Colonies = districts ? Test = Hunger games ? Plus on avance dans L’élite, plus on fait de rapprochements entre les deux. A raison et à tort. A raison, parce que la même apocalypse ou presque, provoquée par des hommes tout aussi inconséquents, mène dans les deux cas à un même (nouveau) monde sans pitié pour les faibles. A tort parce que dans L’élite, il ne s’agit pas de tirer au sort de la chair humaine destinée à se faire tuer pour amuser le peuple, mais de choisir les meilleurs pour entrer à l’université de Tosu. Avec malgré tout quelques conséquences similaires…

Si comme moi vous avez adoré Hunger Games bien avant que le livre ne fasse un carton planétaire, ne croyez pas que L’élite est une pâle copie. Je suis entrée dans l’histoire de Cia dès les premières pages et je ne l’ai plus lâchée. Vous voulez que je vous dise ? J’ai attaqué le volume 2. Eh bien ça m’a fait le même effet. Ça fait juste froid dans le dos.

Livre, Roman ado

L’Eveil des Macchabs

Si vous les voyez, votre cauchemar ne fait que commencer

William Ritter, 12 ans, mène une vie normale. Jusqu’au jour où il s’aperçoit que son voisin, pourtant bien vivant, a l’aspect d’un cadavre : les yeux hors des orbites, la peau en putréfaction… Horrifié, Will se précipite au collège, où le même phénomène se reproduit : un certain nombre de professeurs sont devenus des macchabées, eux aussi ! Le garçon, terrifié, est rapidement repéré par ces espèces de zombies, que personne d’autre que lui ne semble voir. Personne, sauf Helen, une camarade de classe, qui lui sauve la vie et l’entraîne dans une fuite éperdue à travers les rues de Philadelphie. Pour Will, le cauchemar ne fait que commencer.

LEveil_des_macchabs_extraitWEB_Page_00-300x444

En ouvrant ce livre, je m’attendais à trouver un énième livre pour ado sur les zombies. Eh bien j’ai été surprise de trouver un livre un peu original, loin de ce que je pensais. J’ai été embarquée dès les premières lignes dans cette histoire.

Will, 12 ans, collégien, se lève comme tous les matins. Il se prépare, prend son petit-déjeuner. Puis sort de chez lui, et tombe sur son voisin. Rien d’anormal jusque là. Oui sauf que son voisin qui était vivant la veille est désormais un cadavre ambulant. Will a-t’il la berlue ? Non, pas vraiment. Car une fois arrivé au collège, sa prof est elle aussi un cadavre. Mais que se passe-t’il ? Ses camarades ne semblent s’apercevoir de rien, sauf Helen, nouvelle élève. Il n’y a qu’en la suivant qu’il saura de quoi il retourne. Car oui, il est tombé dans une guerre entre Clairvoyants et Macchabs. Et ça, Will ne l’avait pas vu venir.

Une fois n’est pas coutume, je commence par les points négatifs : le héros, Will, a 12 ans. C’est sans doute ce qui m’a le plus dérangé, car il a des réactions d’ado de 16 ans, voire d’adulte par moment. Et ce genre de truc, même si je n’y pense pas forcément pendant ma lecture, a plutôt tendance à m’énerver. Il est un peu trop jeune pour toutes les actions qu’il accomplit. C’est dommage.
Seul autre point négatif, c’est que le roman est un poil long.

Je passe au positif. J’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteur, Ty Drago. Elle est claire, simple, précise et fluide. Cela aide grandement à rentrer dans l’histoire, dans l’univers qu’il a créé.
De plus, les chapitres sont plutôt courts, ce qui permet d’avancer vite dans ce pavé de 550 pages. On se laisse embarquer avec plaisir au fil des pages, où se mêle action, suspense, amitié.

L’univers du livre, parlons-en. Les zombies n’en sont pas vraiment. Ce sont des Macchabs : vifs, rapides, intelligents, mais terriblement morts. De quoi flipper un peu. Et si les gens que l’on croisait dans la rue étaient en fait des morts ? Un peu à la façon de 28 Jours plus tard ou encore World War Z. Ils sont apparus sur Terre il y a trois ans. D’où viennent-ils ? Pourquoi sont-ils là ? Les Fossoyeurs n’en ont aucune idée, surtout qu’ils sont les seuls à les voir. Pourquoi eux ? Aucune idée non plus. Les Fossoyeurs/Clairvoyants ont tous entre 12 et 17 ans (les adultes ne  voient pas les Macchabs, sauf le père de Will, mort il y a deux ans), et n’ont rien demandé à personne. Imaginez vous vous réveiller un matin, et votre voisin, qui était normal la veille, est devenu (ou était déjà) un cadavre pourrissant. Ça a de quoi surprendre 😉

L’auteur ne nous lâche pas dans un univers post-apocatlyptique, façon Walking Dead. Non, c’est de nos jours, à Philadelphie. Ty Drago nous emmène plus dans la SF, avec l’invasion de parasites. Parasites qui envahissent les corps de personnes mortes. Sympa. Les détails sont d’ailleurs croustillants (si l’on peut dire…) : morceaux de membres qui tombent, fluides en tout genre qui dégoulinent, têtes décapitées, yeux qui ont quitté leurs orbites.
Ce roman m’a plus fait penser à La 5e Vague qu’à un livre de zombies classique (même si on trouve quelques éléments). Et ça, je ne m’y attendais pas.

Les personnages sont sympa, courageux. Au-delà de l’âge qui me pose problème, j’ai trouvé qu’ils étaient crédibles, car même s’ils sont courageux, les enfants sont terrifiés face aux monstres qui leur font face. Obligés de rester loin de chez eux pour ne pas faire prendre de risques à leurs proches, souvent la nostalgie se fait sentir. Après tout, ce ne sont que des enfants. Les moments de détente sont rares. Tous les personnages m’ont plu, ce qui est rare. Aucun préjugé sur l’un ou l’autre, aucune appréhension ni ennui lorsqu’on voit un autre intervenir.

Après ce premier tome réussi, je peux vous affirmer que je lirai avec plaisir le second tome ! Rien que le titre me fait trépigner : La Reine des Macchabs. Alléchant 🙂

Livre, Roman ado

Le Programme, tome 3

Zach travaille pour Le Programme depuis quatre ans. À chaque nouvelle mission, il a changé de nom, d’histoire et de passé, pour atteindre sa cible, avant de disparaître sans laisser de trace. Avec le temps, il a fini par devenir une ombre, par devenir personne. Lorsqu’il décide de fuir Le Programme pour retrouver sa vie d’avant, Zach entame sa dernière mission. Mais cette fois, il sera son propre chef. Il libère Howard, son ami geek, des griffes du Programme, et Tanya, une jeune fille dont il ignore tout, elle aussi retenue captive.Mais alors qu’Howard l’aide à glaner des informations sur son passé et sur son père, Zach réalise qu’à nouveau, il ne peut faire confiance à personne.

61C3LE-Q2sL._SX322_BO1,204,203,200_

L’Ultime mission est le troisième et dernier tome d’une trilogie plutôt géniale, bourrée d’action et de suspense.

Dans ce troisième tome, Zach va vivre sa dernière mission au sein du Programme. Découvrir qui il est et surtout découvrir si ses parents sont toujours en vie.

Alors qu’il a grandi au sein de cette organisation, accomplissant des missions toutes plus dangereuses que les autres, Zach se met à avoir de plus en plus de doutes à propos du Programme : a-t’il tué son père ? Pourquoi ? Pourquoi lui ? Pourquoi lui cache-t’on des choses ? Qui dirige le Programme ? Qui sont les autres tueurs du Programme ? etc.
Et le fait que son seul ami, Howard, qu’il a rencontré lors d’une de ses missions, soit enlevé par l’organisation, ne le rassure pas. Zach décide alors de faire cavalier seul, s’émancipant de l’organisation, cachant ses recherches, jouant un double jeu dangereux. Il décide alors de récupérer Howard, qui faisait des recherches sur ce qui est arrivé à son père. Sauf que les choses ne vont pas bien se passer pour le sauvetage : Mike, celui qui dit avoir tué son père, intervient, et surtout, Howard n’est pas seul. Une jeune fille, Tanya, est là, enfermée. Mais qui est-elle, et surtout, peut-on lui faire confiance ?

J’ai beaucoup aimé les deux premiers tomes de cette trilogie dynamique. L’histoire est très bien menée, très bien écrite, et on a envie d’en savoir plus sur le passé de Zach. Et c’est donc dans ce troisième tome que les réponses arrivent. Enfin ! Je n’ai pas été déçue des révélations, mais pas vraiment surprise non plus. L’auteur a plutôt joué la sécurité sur ce coup là.

Zach se sert de tout ce que le Programme lui a appris pour le contrer, le fuir. Et tout ça dans un déluge d’action ! Le héros n’a pas beaucoup le temps de souffler que déjà il doit repartir. C’est un James Bond ado qui est bon dans ce qu’il fait.
Alors qu’il apparaissait, dans le premier tome, comme un personnage sans faille, sans coeur, sans peur, on se rend compte qu’en fait, ce n’est pas le cas. Il a juste besoin de réponses, lui qui ne s’était jamais posé de questions. Et l’arrivée d’Howard dans l’équation n’a fait qu’accélérer le processus.

Les personnages sont toujours aussi plaisants. Zach qui jusque là n’avait jamais eu d’ami, ni d’attache, prend des risques pour un garçon, au risque de tout perdre. L’amitié qui lie Howard et Zach est forte. Chacun prend des risques pour l’autre.
Je me suis aussi rapidement attachée à Tanya, jeune fille un peu paumée au départ qui finit par révéler son vrai visage tout au long du roman.

Ce troisième tome est à l’image des deux premiers : de l’action, de l’action et de l’action. Et un peu de romance aussi. Zach évite les pièges du Programme, les uns après les autres, et cela ne se fait pas sans danger.

Moi qui au départ pensais que cette trilogie n’allait être qu’une pâle copie de Cherub (un ado recruté dès son plus jeune âge pour servir une organisation), j’ai été très surprise. J’ai beaucoup aimé, et c’est avec regret que je quitte ces personnages et cet univers attachants ! 🙂