BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Rikudo, la rage aux poings, vol.5

Sorti vainqueur de son combat contre Tsuwabuki, Riku doit désormais affronter le redoutable Hyôdô. Fils de boxeur professionnel et doté de capacités hors du commun, ce dernier évolue dans le monde de la boxe comme un poisson dans l’eau. Face à un adversaire aussi avantagé, Riku parviendra-t-il à surmonter ses faiblesses pour remporter le East Rookie King ?

Merci à Anita et aux éditions Kazé pour l’envoi de ce manga ! Il sort la semaine prochaine en librairie, et j’ai eu le plaisir de le lire en avant-première. Voici mon avis !

Voici venu le temps du combat tant attendu entre Riku et Hyôdô. Le poids lourd du East Rookie King, Hyôdô, attend avec impatience ce combat. Il est redoutable, avec des capacités incroyables. Pas sûr que Riku s’en sorte face à cet adversaire !

Cela faisait un moment que l’auteur Toshimitsu Matsubara faisait attendre le lecteur avec ce combat. Et pour ma part, j’ai trouvé que l’attente est à la hauteur de ce qui nous est présenté. Puissance, coups bas, stratégie, retournements de situation… tout y est. Plus d’une fois, j’ai retenu mon souffle, le suspense et la tension se faisant plus présents au fil de la lecture.

On a à la fois la vision de Riku pour ce combat, comme pour les autres tomes, mais l’auteur s’attarde aussi sur le ressenti de Hyôdô. Pourquoi il attend tant de ce combat, pourquoi il est aussi impatient.
Nous connaissons donc quelles sont les motivations des deux boxeurs : l’un pour attirer l’attention de son père, l’autre pour faire comme Tokorozawa, grand vainqueur de l’East Rookie King.

Franchement, j’ai trouvé agréable que le lecteur ait toutes les cartes pour comprendre ce qui se passe, contrairement à Riku. 
Ce dernier est perdu dans ce cinquième volume. Il doit faire face au doute, faire face à un adversaire plus puissant et expérimenté que lui et faire face aux propos de Tokorozawa, son mentor.

Le graphisme est encore largement à la hauteur de ce manga.  J’aime beaucoup l’effet « couleurs inversées » qui est très présent dans ce volume. Cela nous montre les chocs encaissés par Riku, qu’ils soient physiques ou mentaux.
De même, certaines illustrations sont marquantes, puissantes, à l’image de cette série.

J’ai juste trouvé que ce cinquième tome manquait de Yuki Naeshiro (personnage féminin que j’aime beaucoup). Toute la place est prise par le combat des deux boxeurs, et donc elle n’apparaît que très peu. Elle ramène Riku sur Terre, le fait un peu plus ressembler à un lycéen qu’à un garçon paumé. Avec elle, il ne semble pas perdu. J’espère que ce personnage reviendra en force dans les prochains tomes ! 😉

J’attends donc avec impatience la suite de ce combat de titans ! 😀

Publicités
BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Le Chant des Souliers Rouges, vol.3

Deux lycéens mal dans leur peau.

L’un gêné par son embonpoint et sa timidité, l’autre, par sa voix rauque.

Tsubura, souffre-douleur de la classe et Hana, le grand taciturne que tout indiffère, forment désormais une petite bande avec Kimitaka. Mais leur lien d’amitié naissant reste fragile…

En partageant les cours de flamenco de leur ami, ils trouveront peut-être, aux aussi, le moyen de s’épanouir…

Nous voici déjà à la moitié de la série Le Chant des Souliers Rouges. Voici donc mon avis sur ce troisième volume !

Tsubura, Kimitaka et Hana tentent tant bien que mal de suivre les cours intensifs de flamenco. La chose se révèle plus ardue que prévue, mais les garçons sont prêts à relever le défi !

Kimitaka, le « héros » des deux premiers tomes, laisse place à ses camarades : ce tome-ci se concentre sur les personnages de Hana et Tsubura. Le premier est complexé par sa voix adulée lorsqu’il était enfant, puis détestée lors de sa mue. Le deuxième est complexé par son poids.

J’ai trouvé que le flamenco, danse à laquelle je ne comprends absolument rien, est encore plus mise en avant dans ce troisième tome. Nos personnages persistent à s’entrainer et finissent par arriver à faire quelque chose de potable.
Pourtant, on se rend compte que cette danse n’est, en fait, qu’un prétexte pour l’auteur pour nous faire découvrir des personnages, des ados, mal dans leur peau. Le flamenco va finalement les décomplexer et les faire s’épanouir.

Grâce à cela, Kimitaka a enfin trouvé un but dans la vie : apprendre le flamenco, et maîtriser cette étrange danse d’origine espagnole. Il sort enfin la tête de l’eau, sort de sa coquille, grâce à ses deux camarades de classe qui y participent aussi.

J’ai apprécié toute la partie où ce sont Hana et Tsubura les héros. On apprend enfin à les connaitre, alors que jusque là, on s’était concentré sur Kimitaka. Heureusement, car grâce à cela, je renoue avec plaisir avec cette série. J’avais trouvé le second tome un peu plus mou (à l’image de Kimitaka), mais celui-ci est beaucoup plus dynamique.
Bien que les thèmes abordés avec Hana et Tsubura ne sont pas drôles (harcèlement à l’école, grossophobie, moqueries), j’ai trouvé que l’auteur Mizu Sahara abordait ces chapitres de façon plus légère, moins pesante, que d’habitude.

A la lecture, j’ai tout de même ressenti de l’amertume, à la fois dans l’histoire et dans les illustrations. Cette amertume est toutefois remplacée par des scènes qui donnent ou redonnent le sourire. L’amitié des trois garçons y est pour beaucoup. On y trouve aussi beaucoup de pudeur.

Seul bémol : en s’éloignant de Kimitaka, l’auteur a laissé aussi de côté sa famille et la jeune basketteuse du premier volume. On ne les voit que très peu dans ce volume, c’est un peu dommage. En espérant les y retrouver dans les prochains tomes !

Les graphismes sont de nouveau très beaux : avec très peu, Mizu Sahara en dit beaucoup ! Affaire à suivre dans le prochain volume 😉

Merci à Anita pour l’envoi de ce manga !

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Kuroko’s Baket Replace Plus, vol. 2 & 3

Vol. 2 :

Afin de clore les stages d’été du club de basket de Seirin, Riko a mis au point une épreuve de courage censée “détendre” son équipe. Et pour ce faire, quoi de mieux que la visite d’une maison hantée ? Kagami et Kuroko s’improvisent détectives et vont devoir collaborer avec sang-froid pour venir à bout de ce défi !
Découvrez également la suite des aventures de Kise lors d’un group dating hors du commun !

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé la Team Miracle dans Kuroko’s Basket Replace plus. J’aime bien le principe de cette série : nous parler d’autre chose que de basket, de ce qu’il se passe entre les matchs, de ce qu’on ne voit jamais.

Ce volume est divisé en trois histoires différentes :

Kiyoshi perd son portefeuille au collège et va embarquer ses camarades d’équipe dans ses recherches.

Puis on retrouve Kise et une partie de l’équipe. Ils sont tous célibataires et bien évidemment, l’un d’entre eux va décider qu’il est temps que cela se termine. Sauf qu’ils ne sont réellement pas doués et cela va nous amener à des situations très drôles.

En troisième partie, je me suis régalée. L’équipe doit affronter une dernière épreuve de courage que la coach Riko a préparé. Cela va se dérouler dans une vieille bâtisse abandonnée, de nuit. L’équipe est divisée en plusieurs groupes de deux, que l’on va suivre successivement. Qui dit vieille bâtisse dit phénomènes étranges, parquets qui grincent, suspense qui monte petit à petit. Les réactions des personnages sont tellement excellentes que l’on n’a pas peur un instant.

Je trouve dommage que les histoires soient si courtes. On passe du coq à l’âne entre chaque chapitre et il n’y a aucune logique. Pourtant, il y a un quelque chose qui m’enchante dans cette série. Sans doute cela est dû au fait que les différentes histoires sont légères et pas très compliquées à suivre. De plus, elles sont pleines d’humour. Bref, de quoi passer un bon moment.

Vol. 3 :

La fête du collège Teikô est sur le point de commencer ! Pour Momoi, c’est l’occasion idéale d’attirer l’attention de l’objet de son affection, le discret Kuroko. Par chance, ce dernier, de sa propre initiative, lui propose de devenir son binôme lors des différentes épreuves du festival. Mais attention, l’enjeu est de taille : on raconte que les gagnants trouveraient le bonheur… à deux !

Nouvelle histoire avec ce troisième tome. On revient dans quelque chose de plus classique : la fête du collège Teikô. Chaque classe est invitée à faire des préparatifs, selon un thème. Momoi, pas très douée dans la réalisation des crêpes, va déambuler tout au long de ce tome sur les différents stands, et croiser les membres de l’équipe de basket.

Chacun des joueurs de la Team Miracle est dans une classe différente, ce qui nous amène à passer de stand en stand avec Momoi. J’avoue que j’ai trouvé les premiers chapitres assez longs et ennuyeux. On passe de scène en scène sans trop d’intérêt. On a certes un peu d’humour, mais cela n’amène pas grand chose. Mais quand arrive l’épisode de la course aux tampons, j’ai trouvé un regain d’intérêt pour le manga. On a des énigmes, des choses ingénieuses, de l’humour. Bref, j’ai apprécié cette fin de tome, alors que c’était mal parti.

On voit que ce thème de fête au collège est important pour les Japonais car, pour le moment, aucun des autres volumes n’est complètement dédié à un thème précis : on retrouve un chapitre pour une histoire, voire deux, mais cela s’arrête là. Dans ce troisième tome, on commence avec la fête du collège et on finit avec. Et encore, cela va se poursuivre dans le volume quatre… j’attends donc la suite ! 🙂

Ce troisième volume sort demain en librairie !

Merci à Anita pour l’envoi de ces deux volumes !

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Rikudo, vol. 4

Dans ce premier tour du East Japan Rookie King, Riku affronte Tsuwabuki, un ancien kick-boxer que Tokorozawa a secrètement entraîné. Pour la première fois de sa jeune carrière, Riku est en sérieuse difficulté et même envoyé au tapis !

Parviendra-t-il à trouver la faille et faire plier cet adversaire aussi endurci physiquement que mentalement ?

RIKUDO-4_3D_0x233

Voici déjà sorti le quatrième tome de Rikudo ! C’est toujours un plaisir de retrouver l’univers et les personnages créés par Toshimitsu Matsubara.

On reprend l’histoire là où on avait laissée, lors du premier tour du East Japan Rookie King. Riku est en plein combat de boxe, face à un adversaire qui ne paye pas de mine, Tsuwabuki. Sauf que ce dernier a secrètement été entraîné par l’idole de Riku, Tokorozawa. Les choses se compliquent alors énormément pour le jeune boxeur. 

Les graphismes sont toujours au top, montrant à nouveau tous les talents de l’auteur. Vitesse et force de frappe, émotions, gros plans sur les visages, tout y est. Les traits sont à la fois délicats et intenses, puissants.

L’histoire, quant à elle, continue son petit bonhomme de chemin. Les adversaires de Riku sont de plus en plus compliqués à battre. Chacun a sa raison d’être dans le concours et tout le monde se bat pour obtenir la victoire. Riku entre dans un monde qui ne lui ressemble pas vraiment, et il semble perdu au milieu des gros caïds qui boxent depuis un moment déjà. Tous les coups sont permis. Pas sur le ring, bien sûr, mais en dehors.

L’histoire avance aussi du côté de Nae, la jeune demoiselle amoureuse de Riku. On a tout un chapitre assez intense en émotions. Sans rien spoiler, on peut affirmer que les choses changent entre les deux jeunes gens : certaines choses gardées trop longtemps enfouies sont enfin révélées. Est-ce que cela aura un impact pour la suite ? Je l’espère bien.

C’est encore un très bon tome que nous présentent là les éditions Kazé et c’est avec une impatience grandissante que j’attends (oui déjà) le cinquième volume ! 

Merci à Anita pour l’envoi de ce tome en service presse ! Le manga sort aujourd’hui en librairie 🙂

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Kuroko’s Basket Replace Plus, volume 1

Satsuki Momoi vient une nouvelle fois de refuser les avances d’un garçon. Manager de l’équipe de basket du collège Teiko, elle est en réalité secrètement amoureuse de Tetsuya Kuroko, un joueur plutôt discret, et sans charisme. Un jour, après l’entraînement du club, elle est chargée par Seijûrô, le capitaine, de rentrer avec Kuroko. D’abord aux anges, elle déchante rapidement lorsque le reste de la bande décide de se greffer à eux.

Avec Kuroko’s Basket Replace Plus, on revient sur les années collège (à Teiko) de la Génération Miracle, cette équipe de basket japonaise surdouée qui a marqué les mémoires.
On laisse le basket un peu de côté pour nous montrer un côté plus « normal » : les examens, les devoirs, les sorties entre copains, les amours, etc.

Une partie de l’équipe est mise en valeur dans ce premier volume : les joueurs les plus marquants de la Génération Miracle, avant que leur ego surdimensionné ne prenne le dessus. Et surtout, Momoi, personnage féminin et coach de l’équipe, est mise en avant ! Ça change. Car la jeune fille en pince pour Kuroko, le joueur fantôme. Sauf que Kuroko, discret, ne se rend compte de rien. Surtout que le garçon a d’autres préoccupations : manger une nouvelle saveur de chips. Momoi se retrouve embarquée avec l’équipe pour une sortie à laquelle elle n’est pas préparée…

Kuroko’s Basket Replace Plus est donc foncièrement différent de Kuroko’s Baket et Kuroko’s Basket Extra Game. Exit le basket, bonjour les relations adolescentes. J’ai beaucoup aimé ce premier volume car on connait enfin les relations entre les joueurs, en dehors des terrains. Et franchement, ça ne vole pas haut, mais cela reste drôle, frais, plein d’humour.

Les personnages sont tous mis en valeur, même si Momoi reste « l’héroïne » de ce volume, et Kuroko, par conséquent, aussi. Les membres de l’équipe sont assez différents dans la vie : alors qu’ils sont vifs et incisifs sur un terrain de basket, là, ils ont la vitesse d’escargots, et les neurones qui vont avec.

Le graphisme reste agréable pour un shonen, du coup, le manga se lit tout seul. Je m’en vais de ce pas de lire le deuxième volume (pour l’instant 6 tomes dispo au Japon) 🙂

Merci à Anita et Kazé pour l’envoi de ce manga 🙂

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Rikudo, la rage aux poings, vol. 3

Riku Azami est un jeune garçon dont la vie est placée sous le signe de la tragédie. Son père avec qui il vivait vient de se pendre et le jeune homme en profite pour lui rendre tous les coups que son géniteur lui avait donnés. Il demande alors à sa mère de vivre avec elle, mais ce qu’il ignore c’est qu’elle vit avec un dealer violent et sadique. Voyant sa mère maltraitée, il essaie de s’interposer et lui envoie un direct du droit comme Kyozuke lui a appris. Il saisit ensuite un cendrier et tue son assaillant. Riku demande à Kyozukede de lui enseigner la boxe afin de pouvoir défendre ceux qu’il aime. Kyozuke refuse et l’envoie chez Shinji Baba son ancien entraîneur de boxe. Shinji accepte de l’entraîner car il décèle du potentiel chez Riku. Quelques années plus tard, Riku, continue à s’entraîner et s’apprête à passer l’examen pour obtenir sa licence de boxe professionnelle.

Voilà déjà le troisième volume de Rikudo, un manga de caractère qui ne laisse pas indifférent ! C’est avec beaucoup d’attente que je me suis lancée dans sa lecture. Merci à Kazé et à Anita pour son envoi 🙂

Riku Azami poursuit son aventure dans le monde pro de la boxe. Il se fait remarquer, mais pas forcément pour des choses positives : les autres athlètes ont entendu parler de son passé, de la mort violente de son père, et lui imputent cette mort. Il effraie donc beaucoup, mais impressionne aussi. Si bien que ses adversaires se bousculent au portillon ! Mais le passé de Riku va-t’il lui permettre de monter au sein du tournoi, ou au contraire le desservir et le faire plonger dans d’affreux souvenirs ? 

J’ai trouvé que ce troisième volume de Rikudo était sans doute plus un tome de transition qu’autre chose. On continue sur la lancée des deux premiers tomes, et il réunit tous les éléments. Un passé qui se fait très présent, qui hante Riku, mais qui lui sert de tremplin sur le ring. C’est donc un habile mélange de l’auteur.
Rikudo montre à nouveau toute sa noirceur, sa puissance, sa violence. C’est intense, tout comme le regard de Riku.

Des choses se mettent toutefois en place dans ce tome. Notamment avec le coach de Riku. C’est un personnage que je n’apprécie pas trop. La raison ? Il se sert du passé de Riku lors des matchs de boxe, de sa souffrance lorsque son père le battait. Tout ça pour quoi ? Faire des bénéfices. Ou a-t’il quelque chose en tête ? J’espère le savoir dans les tomes suivants.

J’ai bien envie de savoir à quoi joue Tokorozawa que Riku adule. Il est celui qui a sorti le jeune homme de la misère et qui a vu son potentiel. Par contre, dans ce tome-ci il aide le concurrent de Riku, Kôji Tsuwabuki. Pour quelle raison ? Cela reste encore flou. Surtout que la copine de Kôji a aussi une certaine importance. Enfin une seconde figure féminine dans ce manga avec Nae ! 

Point positif, l’auteur Toshimitsu Matsubara prend le temps de présenter les adversaires de Riku. Par exemple avec le personnage de Tsubasa Misehaya que l’on aperçoit dans le tome précédent. On apprend à le connaitre, à savoir comment il fonctionne, quelles sont ses motivations pour la boxe, mais aussi sa cruauté envers les autres qu’il écrase.

Les illustrations sont impressionnantes car elles montrent toute la puissance physique et mentale des athlètes, toute la puissance engagée lors des matchs. Riku reste sans doute le plus impressionnant de tous, avec des regards de fou. Les illustrations sont bourrées de petits détails grâce aux traits précis de l’auteur. On sent presque la douleur des personnages lorsqu’ils boxent !

Et toujours dans ce troisième volume le spectre de Kaede Hyôdô qui plane sur le destin de Riku. Le boxeur, favori du tournoi de boxe, étoile montante du Japon, s’immisce petit à petit dans l’histoire et prend son importance. Cela nous promet un grand match à venir dans les tomes suivants ! 🙂