BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

L’Atelier des sorciers, vol. 2

On naît sorcier, on ne le devient pas. C’est la règle. Pourtant, Kieffrey a pris Coco sous son aile et a fait d’elle sa disciple : d’humaine normale, la voilà devenue apprentie sorcière !
Kieffrey, Coco et ses trois camarades se sont rendus à Carn, petite ville de sorciers, pour acheter des fournitures magiques. Mais soudain, les quatre fillettes tombent dans un piège tendu par un mystérieux sorcier encapuchonné : elles sont coincées dans une dimension parallèle et doivent échapper à un dragon !

J’avais adoré le premier tome de l’Atelier des sorciers, et c’est avec un réel plaisir que j’ai retrouvé l’univers inventé par Kamome Shirahama.

Après être passée dans un univers parallèle avec ses camarades sorcières alors qu’elles se trouvaient à Carn, Coco doit montrer toute son intelligence pour sortir de ce mauvais pas. Les jeunes filles font face à un dragon effrayant et vont devoir mettre leurs connaissances à l’épreuve. Car le dragon semble n’être que la première étape vers quelque chose de plus grand et plus dangereux…

Ce second tome est de la même qualité que le premier ! Graphiquement, il n’y a rien à dire. C’est impeccablement bien dessiné, façon gravures. C’est bourré de détails et de références. Rien que la jaquette est la preuve d’un boulot de dingue. Les traits sont assez fins, ce qui montre une certaine délicatesse, mais aussi beaucoup de travail pour l’auteur.

Coco est un personnage qui m’intrigue beaucoup. Jeune humaine cachée par Maitre Kieffrey parmi les sorciers à cause d’une énorme bourde, elle semble être au coeur de quelque chose de plus grand. Quelque chose que le lecteur n’est pas encore capable de voir.

Agathe, une des autres apprenties de Kieffrey, est intelligente, une dingue de boulot. Alors quand elle voit que Coco est couvée par leur Maitre, elle prend un peu la mouche. C’est un personnage qui m’énerve car c’est une mademoiselle je-sais-tout, mais elle a tout à fait sa place dans l’histoire (à la manière d’Hermione dans Harry Potter).

Ce tome-ci se concentre sur les liens des jeunes filles, sur leur travail en groupe. Elles sont toutes plus douées les unes que les autres dans leur domaine, et ensemble, elles sont capables d’accomplir des miracles. La question reste : jusqu’à quand ? Car quelque chose de sombre semble se profiler avec ce mystérieux sorcier encapuchonné.

Bref, j’ai plus que hâte de découvrir la suite de L’Atelier des sorciers. Par contre, le prochain tome ne sort qu’au mois d’octobre, il va donc falloir faire preuve de patience 🙂

Publicités
Livre, Roman ado

La Magie de la Paris, t1 : Le coeur et le sabre

Du haut de son mètre quatre-vingt trois, Chloé est capable de vaincre n’importe qui à l’escrime.

Mais lorsqu’elle aide Thomas, un garçon de sa classe, attaqué par une étrange créature, sa vie bascule. Gravement blessée, elle perd connaissance.

A son réveil, son corps ne conserve aucune trace de ce combat et elle se sent… différente et plus puissante. L’heure des révélations a sonné : Thomas possède des pouvoirs magiques et, pour la sauver, il a utilisé un rituel interdit qui l’a liée à lui.

Devenue sa protectrice contre son gré, Chloé va découvrir le monde des Mages. Un monde fait de duels à l’épée, de courses sur les toits, de puissants sortilèges et d’ennemis implacables.

Un monde dans lequel elle n’a pas sa place.

C’est avec un réel plaisir que j’ai retrouvé la plume d’Olivier Gay ! Après sa super saga Le Noir est ma couleur, j’avais hâte de découvrir une nouvelle histoire avec de nouveaux personnages 😀

Chloé, parisienne, fait partie du club d’escrime de son lycée. Elle est plutôt douée et va bientôt devoir aller aux régionales. Très grande (1m83), elle n’aime pas son physique car elle se fait remarquer et n’est pas très dégourdie. Pourtant, un soir où elle est restée plus tard que les autres à s’entrainer, sa vie va  changer du tout au tout. Le nouveau du lycée, Thomas, va entrer dans le gymnase, poursuivi par de mystérieux hommes en capes…

J’ai beaucoup apprécié ma lecture ! Tout d’abord parce que l’héroïne s’appelle comme moi. Oui, c’est beau. Je ne fais pas 1m83, je ne fais pas d’escrime (n’en ferai sans doute jamais), mais par certains moments je me suis reconnue en elle. Jusqu’au moment où Thomas fait son entrée dans l’histoire.

C’est à ce moment là que le côté fantastique arrive dans l’histoire. Car Thomas n’est autre qu’un mage poursuivi par des goules. Pendant tout le roman, il reste assez mystérieux, cachant ses secrets. Des secrets qui ne lui appartiennent pas. La vie de Chloé va être liée à la sienne suite à un léger accident : une des goules a malheureusement mis son épée dans le coeur de la jeune fille, qui va par conséquent mal réagir et mourir. Oui tout simplement, c’est bête.

Franchement, j’ai adoré ce roman ! Après une légère déception sur Faux frère, vrai secret, j’ai retrouvé des choses que j’ai aimé. Le côté urban fantasy est bien mis en avant avec des gentils mages contre des vilaines goules qui arrivent à Paris. L’univers créé est largement crédible et j’y ai cru pendant toute ma lecture : on retrouve comme dans les autres romans de l’auteur plein d’éléments de la vie de tous les jours, des références à la pop culture.

Les personnages sont attachants (bon sauf le chef Mickael, et peut-être un peu David, même si ce dernier m’intrigue), j’ai presque envie de devenir amie avec eux pour vivre plein d’aventures flippantes. Car oui, c’est en réalité flippant : se faire filer par une goule, non merci.

Chloé est une héroïne forte, qui sait se battre (enfin un peu), et tente d’épauler aussi bien qu’elle le peut Thomas. L’histoire est servie par une écriture dynamique et on ne s’ennuie pas une seule seconde. L’action est quasi présente à toutes les pages, les choses ne tournant pas forcément comme on l’espère. L’humour, arme secrète de l’auteur, est aussi très présente et plus d’une fois j’ai éclaté de rire.

Il y a un petit côté romance que j’aimerais voir évoluer. Ce n’est pas le sujet principal, mais c’est mon côté fleur bleue qui veut ça 😉

C’est un roman pour ados qui se lit très vite et qui en ravira sans doute plus d’un (dont moi) ! Je le conseille et me hâte de lire la suite qui est déjà sortie 😉

Film, Films, Teaser - Trailer

Les Animaux Fantastiques – Trailer

fantastic-beasts-and-where-to-find-them

Le nouveau trailer des Animaux Fantastiques est sorti. Et ça donne plus qu’envie d’être au mois de novembre 🙂

On voit enfin des créatures, de la magie, des sortilèges, un monde parallèle au notre, et surtout, on voit enfin l’ombre d’une histoire très alléchante… Bref voilà une bande-annonce qui fait rêver tous les Potterhead de la Terre 🙂

Livre, Roman, Roman ado

Nuit Rouge

Ça y est, Nathan est un vrai sorcier, il a reçu son don. Il va lutter à armes égales contre les sorciers blancs. Mais un terrible choix se présente à lui : choisir entre Marcus, son père, et Annalise, son amour.

half-bad,-tome-2---nuit-rouge-641020

J’avais adoré le premier tome de la trilogie Half Bad. Sa forme spécifique, avec le tutoiement du personnage pour lui-même autant que pour le lecteur et ses chapitres courts.

C’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé Nathan dans ses cruelles aventures.

Ce second tome commence environ un mois après les évènements qui ont conduit Marcus, le père de Nathan, à lui offrir les trois présents qui font désormais du héros un vrai sorcier. Certes, un sorcier mi-noir mi-blanc (semi-code – half bad), mais un sorcier ayant désormais son Don.
Mais sa rencontre avec Van, sorcière noire, va changer les choses : une guerre s’annonce, et Nathan va devoir choisir s’il veut s’impliquer ou non, s’il veut faire confiance à ceux qui l’ont torturé et exclu pendant toute son enfance. Ces choix permettront peut-être de changer le monde dans lequel il vit, et il pourrait ainsi peut-être se faire accepter comme un être à part entière…

J’ai trouvé que le début de ce roman traînait un peu en longueur. Nathan attend un Gabriel qui ne revient pas. Son ami était poursuivi par les Chasseurs à la fin du premier tome, et depuis un mois, il n’est pas revenu. En attendant, Nathan pense à Annalise, qu’il veut sauver des griffes de Mercury, redoutable sorcière noire. Cela se comprend, sauf que ses pensées de jeune amouraché m’ont plus ennuyé qu’autre chose. Je n’aime que moyennement le personnage d’Annalise, ce qui fait que j’ai trouvé ses réflexions un peu longuettes. Heureusement, Gabriel revient ! Par la suite, il y a de l’humour grâce au personnage de Nesbitt (sorcier noir), l’assistant de Van, qui ne rate pas une occasion de faire une blague ou de taquiner notre héros. Le roman repart donc un peu… ouf ! 😉

Nathan essaye de comprendre et contrôler son Don. Il sait qu’une bête se cache au fond de lui. Elle fait de nombreuses victimes, aussi bien des Chasseurs que des animaux, et cela lui fait peur. Surtout qu’il ne se souvient pas de ces meurtres.
Parlons en des meurtres : ils sont présents tout au long des romans. Rien n’est épargné au lecteur, ni à Nathan, dont l’histoire est et reste dramatique et cruelle. La couleur rouge du titre et des tranches du roman (celui-là est en édition limité) prend toute sa signification. Nathan baigne presque littéralement dans le sang. Tout comme son père Marcus, il résout les choses par la violence et la colère, jusqu’à aller jusqu’au meurtre par arme blanche (avec le Faiborn, le poignard magique de la famille), qu’il préfère aux pistolets. Ils se ressemblent plus qu’ils ne le pensent, que ce soit physiquement ou dans leur façon d’être : à la fois sauvages et indomptés, incompris et craints.

J’ai trouvé un peu dommage que l’on ne retrouve pas vraiment ce qui avait fait l’originalité du premier tome : ces gros caractères qui emplissaient certains chapitres se font très rares et on ne retrouve le tutoiement qu’au début et à la fin de ce second tome.
Le reste m’a toutefois plu, et j’ai retrouvé l’essence même du premier tome, ce qui est quand même le plus important. Sally Green écrit bien, ce qui permet au roman de rester agréable.
L’histoire, originale, avance surtout dans la seconde partie du roman, et on retrouve la plupart des personnages que l’on avait croisés dans le tome 1, ce qui fait que l’on n’était pas perdu. Bon, j’avoue que je ne me souvenais pas forcément d’eux 😉 , mais les choses sont revenues au fur et à mesure de ma lecture.
J’ai beaucoup aimé la fin de ce deuxième tome étant donné que l’histoire repart vraiment à partir de ce moment là. Ce qui fait que j’ai hâte de lire la suite ! 🙂

J’ai donc aimé ce second tome (mais un peu moins que le précédent)… Et dire qu’il va falloir attendre l’année prochaine pour lire la suite et la fin des aventures de Nathan ! 🙂

Roman, Roman ado

Half Bad

Tome 1 : Traque Blanche

 Tu ne sais ni lire ni écrire,
mais tu guéris vite, 
pour un sorcier.

Tu ne supportes pas
de rester enfermé une fois
la nuit tombée.

Tu détestes les sorciers
blancs, mais tu aimes
Annalise.

Tu es enfermé dans une cage
depuis tes quatorze ans.

Maintenant, tu n’as pas
le choix : tu dois fuir
et retrouver Mercury,
la sorcière noire qui dévore
les petits garçons.

Et tout ça avant ton 
dix-septième anniversaire.

Facile…

half bad

Half Bad, c’est le roman évènement des Éditions Milan lancé en grande pompe à travers la France, la Belgique et la Suisse, avec une chasse aux livres dans les plus grandes villes de ces trois pays et sur internet.

Me prenant au jeu, aussi excitant qu’inhabituel pour la sortie d’un livre, j’ai réussi à trouver une édition numérique et me suis lancée à corps perdu dans la lecture de ce roman intriguant ayant de très bonnes critiques.

Eh bien, je n’ai pas été pas déçue ! 🙂

Half Bad, c’est l’histoire de Nathan, que l’on suit tout au long de sa vie, jusqu’à ses 17 ans. Quand on commence le roman, il est enfermé dans une cage, sans que l’on sache ce qu’il a fait pour mériter ce sort. On apprend à connaitre ce personnage, mi-sorcier blanc, mi-sorcier noir, dont le père est le plus puissant des sorciers noirs, recherché dans le monde entier et dont le seul nom fait trembler, et la mère une sorcière blanche, qui s’est suicidée lorsqu’il était tout petit. On le suit dans son enfance difficile, ses coups durs, ses premiers émois, et ses doutes au fur et à mesure qu’il grandit.
En dire plus sur l’histoire de ce roman reviendrait à spoiler, ou du moins enlever tout l’intérêt que l’on pourrait porter au roman de Sally Green.

C’est un roman original de par son histoire, avec un univers plus complexe qu’il n’y parait au départ, avec des frontières floues entre le bien et le mal, mais aussi de par sa forme : des chapitres bien souvent courts qui ont parfois une forme peu habituelle, mais qui permettent d’aller droit au but rapidement, et une narration à la deuxième personne par le héros. Le rythme de Half Bad est assez décousu, avec des scènes violentes, des passages de suspense, mais aussi des moments plus calmes, où rien ne se passe vraiment. Le tout est assez déconcertant, mais très bien mené.

Half Bad, c’est haletant, intense, stressant, parfois cruel pour Nathan, mais c’est tellement bien que l’on ne lâche plus le roman avant la fin. On est loin de l’univers de Harry Potter, des baguettes magiques, de Poudlard, même si quelques détails font penser à l’histoire du sorcier le plus célèbre au monde. 

Un point négatif peut-être ? Le roman est vraiment, mais alors vraiment, trop court ! 😉

La suite en mars 2015… L’attente va être longue…