BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Psychic Detective Yakumo, vol. 2

L’inspecteur Goto sollicite l’aide de Yakumo : Makoto, la fille du commissaire, est possédée par un fantôme. Au même moment, la police retrouve, près d’une rivière, les corps de plusieurs jeunes filles, vraisemblablement assassinées. Yakumo va rapidement découvrir que les deux affaires sont étrangement liées…

Pour ce second tome, on reprend là où on avait laissé nos personnages : avec une nouvelle possession sur les bras.

Makoto est la fille du commissaire de police. Elle va être témoin d’un accident de voiture tragique, puis va s’écrouler sans raison. L’inspecteur Goto va faire appel à Yakumo Saito pour ses dons de « voyance » : le jeune étudiant peut voir les morts posséder les vivants avec l’aide de oeil gauche. Sauf qu’en creusant un peu, cette histoire va se révéler bien plus compliquée que prévu, avec des ramifications inattendues…

Les chapitres de ce second volume sont assez longs. Cela est appréciable car quand on est lancé dans cette histoire, on n’a pas forcément envie que cela s’arrête. On a peut-être un peu moins de suspense à la clé, mais ce n’est pas bien grave. Surtout que les fins des chapitres sont quand même bien faites et donnent envie de continuer sa lecture jusqu’au bout.

En ce qui concerne l’histoire, je trouve qu’elle fonctionne mieux que celle du premier volume. On est plus proche d’une possession façon L’Exorciste, avec un esprit qui parle par l’intermédiaire d’un corps, tandis que la pauvre victime prisonnière tente de tenir le coup. Ce n’est pas le plus gros des illustrations car on se concentre sur l’enquête, mais ces scènes « d’horreur » restent quand même présentes.
De plus, plusieurs enquêtes se recoupent, permettant à certains personnages de se croiser à nouveau, ce qui est agréable et mène à des situations inattendues.

On fait la connaissance de nouveaux personnages, avec notamment la famille de la victime, et surtout, le médecin légiste, Hata Hideyoshi. Ce dernier est aussi moche que dingue, mais parait tout à fait à sa place dans l’univers créé par Manabu Kaminaga.
On en apprend aussi un peu plus sur Yakumo lui-même : on découvre les liens traumatisants qu’il a avec sa mère, que son oncle a la même particularité que lui, et qu’il a été élevé avec une cousine un brin particulière.

J’ai envie de m’attaquer à la suite dès que possible ! Pour rappel, il y a 14 tomes dans cette histoire, ce qui laisse présager le meilleur pour cette série 🙂

Publicités
Film, Films, Séries TV & Films

Conjuring 2 : le cas Enfield

Une nouvelle histoire vraie issue des dossiers d’Ed et Lorraine Warren : l’une de leurs enquêtes les plus traumatisantes.
Lorraine et Ed Warren se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère qui élève seule ses quatre enfants dans une maison hantée par des esprits maléfiques. Il s’agira d’une de leurs enquêtes paranormales les plus terrifiantes…

Conjuring_2

C’est, selon les époux Warren, leur enquête la plus terrifiante. Et c’est vrai qu’au vu de Conjuring 2 : le cas Enfield, il y avait de quoi avoir une sacrée trouille dans cette maison londonienne : meubles qui bougent tout seuls, possession, portes qui claquent… Ceux qui aiment les films d’horreur vont être servis.

Le réalisateur, James Wan, a mis dans son nouveau film toutes ces petites choses (apparitions soudaines du démon, visages transformés par la possession, petite musique qui vous vrille les nerfs) qui ravissent les amateurs du genre. Des amateurs alléchés, en plus, par la plongée dans les années 70 et le fait que le cas Enfield est tiré d’une histoire vraie. Brrrrr !!!!!!

J’ai tout de même préféré le premier film qui, pour moi, est assez terrifiant. C’est sans doute dû au fait que je ne supporte pas les poupées et autres clowns (donc avec Annabelle, c’était horrible), ni les ombres dans la nuit (le placard…)… Ce qui ne m’empêche pas de regarder ce genre de film 😉 Les cas de possession, bien que terribles, m’atteignent moins.
Le film n’en reste pas moins réussi : au moindre petit bruit suspect autour de soi, on sursaute, s’arrête, et observe 😉