BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Awa Koi, vol. 1

Trouver l’amour pour la première fois ? Pas si facile lorsqu’on qu’on a suivi toute sa scolarité dans des classes non mixtes… Yuka a 16 ans et n’a jamais eu de petit copain, mais elle a un plan diabolique pour que cela change : à son entrée au lycée, elle s’arrange pour intégrer LE groupe de filles cools de sa classe pour être invitée à un rancard commun. Malheureusement pour Yuka, le jour tant espéré arrive, mais rien ne se passe comme elle l’espérait. Il n’est pas toujours bon d’avoir recours à la ruse pour parvenir à ses fins…

Awa Koi, série publiée chez Panini mangas, signe le grand retour de Kanan Minami en France. C’est une illustratrice de talent, avec un graphisme que l’on reconnaît très facilement. Elle a sa patte, et c’est toujours un plaisir de la retrouver.

Awa Koi, c’est l’histoire de Yuka, 16 ans, qui recherche l’amour à tout prix. La lycéenne n’est jamais sortie avec personne, mais rêve de ce jour où un garçon lui déclarera sa flamme. Voir ses camarades sortirent avec des garçons la fait rêver, mais aucun ne s’est intéressé à elle pour le moment. Au cours d’un rendez-vous arrangé entre copines, elle rencontre Nanase, un garçon qui ne la laisse pas de marbre, mais qui semble avoir des choses à cacher…

Comme à chaque fois, j’ai plaisir à lire les histoires que nous propose Kanan Minami, même si parfois les filles sont trop nianians et les garçons ont un caractère trop marqué.

Awa Koi est une histoire plutôt mignonnette pour le moment. Yuka est une grande fan de poissons rouges. Phobiques des poissons, passez votre chemin, ce premier tome en est rempli ! Cela rend cette histoire plutôt originale car on n’a pas souvent d’animaux aquatiques dans un shojo.

Pour le reste, on reste dans du plus classique. Une lycéenne qui cherche l’amour et qui d’un coup va trouver le garçon de sa vie (enfin pour l’instant, ce n’est qu’une supposition).

Yuka est un personnage attachant mais qui reste assez superficiel. Elle est devenue amie avec un groupe de filles juste parce qu’elles étaient populaires et donc successibles de lui apporter des beaux garçons. Mais qui fait ça ? Sa vision de l’amour est complètement aberrante.
Pour le reste, elle reste choupinette, sans doute trop naïve, mais véritable héroïne de shojo. Elle est sensible et pleure souvent, elle est dynamique et n’abandonne jamais. Bref, un vrai bout-en-train qui fait plaisir à voir et ne cesse d’évoluer au fil des chapitres !

Nanase est un personnage assez sombre et mystérieux. Il a des choses à cacher et n’est sans doute pas très fiable. Ses agissements sont étranges, à tel point qu’on doute par moment de sa sincérité envers Yuka. Va-t’il lui faire faux-bond ? Va-t’il se moquer d’elle ? La faire souffrir ? Tomber amoureux d’elle ? La rejeter ?

Toutes ces questions restent en suspend pour ce premier tome. Je me suis laissée embarquée facilement dans ce shojo. Même si certaines choses arrivent et que le lecteur s’en doute totalement. Toutefois, cela ne m’a pas dérangée outre mesure.

Les graphismes sont à la hauteur de cette belle histoire, avec toujours de très grands yeux pour les personnages, un style soigné côté vêtements ! J’ai hâte de découvrir la suite 😊

Publicités
BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Psychic Detective Yakumo, vol. 2

L’inspecteur Goto sollicite l’aide de Yakumo : Makoto, la fille du commissaire, est possédée par un fantôme. Au même moment, la police retrouve, près d’une rivière, les corps de plusieurs jeunes filles, vraisemblablement assassinées. Yakumo va rapidement découvrir que les deux affaires sont étrangement liées…

Pour ce second tome, on reprend là où on avait laissé nos personnages : avec une nouvelle possession sur les bras.

Makoto est la fille du commissaire de police. Elle va être témoin d’un accident de voiture tragique, puis va s’écrouler sans raison. L’inspecteur Goto va faire appel à Yakumo Saito pour ses dons de « voyance » : le jeune étudiant peut voir les morts posséder les vivants avec l’aide de oeil gauche. Sauf qu’en creusant un peu, cette histoire va se révéler bien plus compliquée que prévu, avec des ramifications inattendues…

Les chapitres de ce second volume sont assez longs. Cela est appréciable car quand on est lancé dans cette histoire, on n’a pas forcément envie que cela s’arrête. On a peut-être un peu moins de suspense à la clé, mais ce n’est pas bien grave. Surtout que les fins des chapitres sont quand même bien faites et donnent envie de continuer sa lecture jusqu’au bout.

En ce qui concerne l’histoire, je trouve qu’elle fonctionne mieux que celle du premier volume. On est plus proche d’une possession façon L’Exorciste, avec un esprit qui parle par l’intermédiaire d’un corps, tandis que la pauvre victime prisonnière tente de tenir le coup. Ce n’est pas le plus gros des illustrations car on se concentre sur l’enquête, mais ces scènes « d’horreur » restent quand même présentes.
De plus, plusieurs enquêtes se recoupent, permettant à certains personnages de se croiser à nouveau, ce qui est agréable et mène à des situations inattendues.

On fait la connaissance de nouveaux personnages, avec notamment la famille de la victime, et surtout, le médecin légiste, Hata Hideyoshi. Ce dernier est aussi moche que dingue, mais parait tout à fait à sa place dans l’univers créé par Manabu Kaminaga.
On en apprend aussi un peu plus sur Yakumo lui-même : on découvre les liens traumatisants qu’il a avec sa mère, que son oncle a la même particularité que lui, et qu’il a été élevé avec une cousine un brin particulière.

J’ai envie de m’attaquer à la suite dès que possible ! Pour rappel, il y a 14 tomes dans cette histoire, ce qui laisse présager le meilleur pour cette série 🙂

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Psychic Detective Yakumo, l’enquêteur de l’occulte

Lorsque Haruka rencontre Yakumo, elle est plus que sceptique sur la capacité de ce garçon à l’œil rouge de voir des fantômes et autres esprits comme on le prétend. Pourtant elle a besoin de lui, son amie Miki est à l’hôpital dans un état de délire avancé. Une petite démonstration de sa capacité plus tard, et les voilà qui enquêtent sur une affaire aussi peu conventionnelle que terrifiante.

Voilà un moment que je voulais découvrir la série Psychic Detective Yakumo, toujours éditée chez Panini Manga. Ce manga est sorti il y a un moment déjà, mais il me faisait de l’oeil, et j’ai enfin pu me plonger dedans 🙂

Yakumo Saito est un jeune homme qui joue de sa réputation. On dit de lui qu’il a des pouvoirs et en profite pour se faire de l’argent sur le dos des autres. Impertinent, il n’a aucun ami, sauf peut-être l’inspecteur Goto. Haruka vient trouver Yakumo pour un gros problème : sa meilleure amie est possédée par un fantôme, mais il ne sait pas quoi faire pour l’aider. Le jeune homme va alors lui faire une révélation étonnante : avec son œil gauche, il peut voir les âmes des morts. C’est le début d’une amitié et d’une aventure un peu particulières qui commencent.

Au début de ma lecture, j’étais un peu mitigée. Je ne m’attendais pas à un ton aussi léger, alors que la couverture annonce quelque chose de sombre, avec des fantômes, de la possession. Je lis en parallèle la série de mangas Re/Member (en cours de publication chez Ki-Oon) qui fiche vraiment les jetons et je m’attendais donc à quelque chose d’un peu équivalent.

Finalement, au fil des pages, je me suis habituée à ce ton utilisé par Yakumo. Son impertinence amène de la légèreté au manga, de même que sa relation avec Haruka. La jeune fille est plutôt naïve, et Yakumo réussit toujours à se moquer d’elle. 
J’ai trouvé ce premier tome un peu brouillon, mais tout à fait prometteur pour la suite ! Il y a un petit quelque chose qui nous fait continuer notre lecture, qui intrigue. Je me suis facilement attachée aux personnages qui sont plutôt adorables.

Certaines illustrations sont flippantes, notamment avec l’apparition de phénomènes paranormaux. Même si on est largement en dessous de Re/Member niveau trouillomètre 😉 
Elles me font penser pour les personnages à un mélange de Death Note et de Black Butler, avec les détails en moins. Les illustrations sont donc très agréables pour un shonen.

J’attends avec impatience d’avoir la suite dans les mains ! 🙂