BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Le Chant des Souliers Rouges, vol. 5

Une ancienne étoile du flamenco. Un garçon qui a tout à prouver. Un défi lancé.
Madame Kawauchi, autrefois partenaire de flamenco de Madame Morino, est convaincue que jamais Kimitaka ne deviendra un véritable danseur !
De son côté, le jeune lycéen déteste cette femme cruelle dont les méthodes impitoyables sont à l’opposé de celles de sa professeur. 
Pour faire honneur à Madame Morino et à son enseignement, Kimitaka, Hana et Tsubura sont fermement décidés à lui en mettre plein la vue…

Un grand merci à Anita pour l’envoi de ce cinquième tome de Le Chant des Souliers Rouges. C’est l’avant-dernier tome, et j’ai hâte de suivre le dénouement de cette histoire originale.

On retrouve Kimitaka, Hana et Tsubura qui éprouvent toujours des difficultés avec le flamenco. Arrive dans l’histoire Mme Kawauchi, celle qui a formé leur professeur Mme Morino. Les garçons vont avoir un choix difficile à faire : avancer et se défoncer pour progresser sous les ordres de ce nouveau tyran, ou alors rester à leur maigre niveau de flamenco.

Plus ça va et plus j’aime cette série ! Elle gagne en qualité et en maturité tout au long des tomes. 

Les personnages sont de plus en plus attachants. Kimitaka sort petit à petit de la coquille qu’il s’est fabriquée. Il se sent prêt à être heureux à nouveau.
Ses camarades y sont en grande partie pour quelque chose : Hana et Tsubura ont aussi beaucoup changé. Ils sont désormais des amis proches et se donnent confiance les uns les autres pour mieux aller de l’avant. Ils veulent tous faire plaisir à Mme Morino, leur professeur de flamenco et pour cela, ils sont prêts à dépasser leurs limites.
Hana essaye de vaincre sa peur de la foule et Tsubura essaye d’avoir plus confiance en lui. Et pour cela, ils vont jusqu’à souffrir physiquement. Pieds en sang, voix cassée, doigts coupés par les cordes de la guitare. Ils souffrent, mais c’est pour mieux atteindre le bonheur.

Ce tome voit arriver Mme Kawauchi, la sévère et célèbre professeur de flamenco. Celle-là même qui entrainait Mme Morino avant qu’elle ne se blesse au genou. C’est un personnage assez affreux, cruel, qui dit ce qu’elle pense. Pourtant, avec elle, les garçons vont avancer de façon spectaculaire.
Sauf que tout cela, c’est en honneur de celle qui les a aidés. De celle qui a cru en eux alors qu’ils avaient le plus besoin d’aide, alors qu’ils n’y connaissaient rien en danse, chant et guitare. 

C’est donc un tome assez positif qu’on a là. Kimitaka, Hana et Tsubura font plaisir à voir car ils sont devenus rayonnants. Ils ont trouvé un but, des amis, des gens qui comptent sur eux. Ils sont lumineux, malgré les aléas de la vie, malgré les difficultés qui se mettent sur leur chemin.

On a à côté de ça quelques épisodes de la vie de famille de Kimitaka. Cela apporte une pointe d’humour et d’émotion à l’histoire.

Les graphismes sont toujours aussi beaux, détaillant bien les différentes émotions, rendant à merveille les expressions de bonheur, ainsi que les différents pas de danse et autres mouvements.

J’étais sceptique au début de cette série mais finalement c’est une série que j’apprécie énormément ! Il manque toujours la rencontre entre Kimitaka et celle qui lui a confié les souliers rouges, j’espère que ce sera pour le dernier tome 🙂

Publicités
BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Le Chant des souliers rouges, vol. 4

Une jeune fille éperdument amoureuse. Un prince aussi charmant que cruel. Des cadeaux qui se succèdent. En dépit des conseils de son entourage, Yuzu persiste à sortir avec un garçon manipulateur qui profite de ses sentiments. Seul Tsubura, lui-même très amoureux de la lycéenne, comprend son abnégation.

Bizarrement, ce volume 4 est celui que j’ai préféré de cette saga, pour le moment. Cela est sans doute dû à l’optimisme qu’il dégage, avec une histoire de plus en plus positive.

On apprend à connaitre d’autres personnages, comme Yuzu, véritable peste dans les premiers tomes. On se rend compte qu’en fait, c’est un personnage peu sûr de lui, avec une sœur jumelle qui fait tout mieux qu’elle. Son petit-ami la traite avec dédain, et leur relation parait donc inéquitable : elle, folle amoureuse, lui, qui n’en a rien à faire.

Tsubura, héros de ce tome-ci, est de son côté toujours plus amoureux de Yuzu. Il en est à prendre un petit boulot au même endroit que la jeune fille. Plus d’une fois, je me suis dit que c’était un cas désespéré : il aime souffrir, s’accroche à une fille qui aime un autre garçon. Pourtant, il est toujours là, et est prêt pour elle.

Le flamenco est assez présent dans la première partie de ce volume. On découvre toutefois d’autres pratiques : chacun a sa propre vision de la danse et sa propre façon de l’interpréter. 

On avance un peu du côté de Kimitaka et de sa rencontre avec la basketteuse… j’ai par contre été un peu déçue, car le jeune homme ne dévoile pas son visage, caché derrière un masque. Mais ce rapprochement nous amène toutefois à penser qu’ils vont se recroiser par la suite. Affaire à suivre, donc.

Si j’ai trouvé ce volume plus positif, c’est aussi parce qu’il est rempli d’humour. Un humour délicat qui nous tombe dessus sans qu’on s’en rende compte, sans qu’on l’attende. Entre Hana qui ne cesse de tomber dans les pommes et Kimitaka qui n’est pas vraiment doué, tout est fait pour que le lecteur se régale. Et plus d’une fois, je me suis retrouvée à rire.

Un grand merci à Anita et aux éditions Kazé pour l’envoi de ce tome 4 du Chant des souliers rouges 🙂

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Le Chant des Souliers Rouges, vol.3

Deux lycéens mal dans leur peau.

L’un gêné par son embonpoint et sa timidité, l’autre, par sa voix rauque.

Tsubura, souffre-douleur de la classe et Hana, le grand taciturne que tout indiffère, forment désormais une petite bande avec Kimitaka. Mais leur lien d’amitié naissant reste fragile…

En partageant les cours de flamenco de leur ami, ils trouveront peut-être, aux aussi, le moyen de s’épanouir…

Nous voici déjà à la moitié de la série Le Chant des Souliers Rouges. Voici donc mon avis sur ce troisième volume !

Tsubura, Kimitaka et Hana tentent tant bien que mal de suivre les cours intensifs de flamenco. La chose se révèle plus ardue que prévue, mais les garçons sont prêts à relever le défi !

Kimitaka, le « héros » des deux premiers tomes, laisse place à ses camarades : ce tome-ci se concentre sur les personnages de Hana et Tsubura. Le premier est complexé par sa voix adulée lorsqu’il était enfant, puis détestée lors de sa mue. Le deuxième est complexé par son poids.

J’ai trouvé que le flamenco, danse à laquelle je ne comprends absolument rien, est encore plus mise en avant dans ce troisième tome. Nos personnages persistent à s’entrainer et finissent par arriver à faire quelque chose de potable.
Pourtant, on se rend compte que cette danse n’est, en fait, qu’un prétexte pour l’auteur pour nous faire découvrir des personnages, des ados, mal dans leur peau. Le flamenco va finalement les décomplexer et les faire s’épanouir.

Grâce à cela, Kimitaka a enfin trouvé un but dans la vie : apprendre le flamenco, et maîtriser cette étrange danse d’origine espagnole. Il sort enfin la tête de l’eau, sort de sa coquille, grâce à ses deux camarades de classe qui y participent aussi.

J’ai apprécié toute la partie où ce sont Hana et Tsubura les héros. On apprend enfin à les connaitre, alors que jusque là, on s’était concentré sur Kimitaka. Heureusement, car grâce à cela, je renoue avec plaisir avec cette série. J’avais trouvé le second tome un peu plus mou (à l’image de Kimitaka), mais celui-ci est beaucoup plus dynamique.
Bien que les thèmes abordés avec Hana et Tsubura ne sont pas drôles (harcèlement à l’école, grossophobie, moqueries), j’ai trouvé que l’auteur Mizu Sahara abordait ces chapitres de façon plus légère, moins pesante, que d’habitude.

A la lecture, j’ai tout de même ressenti de l’amertume, à la fois dans l’histoire et dans les illustrations. Cette amertume est toutefois remplacée par des scènes qui donnent ou redonnent le sourire. L’amitié des trois garçons y est pour beaucoup. On y trouve aussi beaucoup de pudeur.

Seul bémol : en s’éloignant de Kimitaka, l’auteur a laissé aussi de côté sa famille et la jeune basketteuse du premier volume. On ne les voit que très peu dans ce volume, c’est un peu dommage. En espérant les y retrouver dans les prochains tomes !

Les graphismes sont de nouveau très beaux : avec très peu, Mizu Sahara en dit beaucoup ! Affaire à suivre dans le prochain volume 😉

Merci à Anita pour l’envoi de ce manga !