Films, Séries TV & Films

Coco

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

Coco, c’est le Disney Pixar de cette année. On est bien loin de la Reine des Neiges ou de Vaïana. Coco se déroule au Mexique, le jour des morts.

Miguel, 12 ans, est fan de musique et veut devenir musicien comme Ernesto de la Cruz qu’il adule. Mais sa famille interdit la musique et autres chansons depuis qu’Imelda, l’arrière arrière grand-mère a été abandonné par un mari qui semblait aimer la musique plus que sa famille. Depuis des générations, cette famille crée des chaussures. Sauf que Miguel veut suivre sa propre voie. Une voie qui le mènera au pays des morts.

L’histoire de Coco est donc foncièrement différente de ce à quoi nous avait habitués Disney Pixar. Elle semble plus sombre au départ, avec un thème peu commun : le monde des morts. Sauf qu’avec ses couleurs chatoyantes, ses chansons espagnoles au rythme endiablé, on est bien loin d’un film d’animation qui fait peur.

On retrouve bien évidemment la fameuse tradition mexicaine du Dia de los muertos : pendant deux jours entiers, chaque famille va célébrer la mort de ses proches. C’est une fête festive, où chacun se retrouve : des offrandes sont ainsi offertes aux morts afin de guider leurs âmes, des pétales de fleur sont étalés pour leur montrer le chemin et de la musique est jouée.
Je ne connaissais pas tous détails entourant cette tradition : j’en ai appris un peu plus avec Coco. On retrouve aussi les peintures faites sur les visages, souvent magnifiques.

Les enfants s’y retrouveront avec un film d’animation haut en couleurs, avec des personnages attachants et des chansons entrainantes. Même si le thème abordé dans le film va sans doute leur faire poser des questions aux parents. Les adultes aussi s’y retrouveront avec un animé plein d’émotions (toute la salle a versé sa larme), qui parle de liens familiaux et de rêves à accomplir 🙂

Publicités
Film, Films, Séries TV & Films

Legend

Londres, les années 60. Les jumeaux Reggie et Ronnie Kray, célèbres gangsters du Royaume-Uni, règnent en maîtres sur la capitale anglaise. À la tête d’une mafia impitoyable, leur influence paraît sans limites. Pourtant, lorsque la femme de Reggie incite son mari à s’éloigner du business, la chute des frères Kray semble inévitable…

legend-poster

Ronald et Reginald Kray sont des gangsters vivant à Londres, dans les années 60. Ils sont frères jumeaux, l’un est le cerveau et l’autre, un peu dérangé, vit dans l’ombre de son frère, qui prend toutes les décisions.

Regarder Ronald Kray et croire à fond à son personnage. Regarder Reginald Kray et croire à fond à son personnage. C’est normal, me direz-vous : ce sont deux personnages, avec chacun leur physique, leur façon de parler, leur caractère. Mais en vérité, le phénomène est surtout dû à une sacrée performance d’acteur. Ronald et Reggie Kray ont en commun d’être frères, gangsters, et interprétés par Tom Hardy.

Legend, c’est l’histoire des frères Kray, jumeaux et gangsters, dans le Londres des années 60. Un film rudement efficace, dans le décor reconstitué du Londres des années 60. Violence des gangs, corruption et concurrence entre gangsters, folie d’un des frères : Legend n’est pas qu’un film de gangsters classique. Le parti pris de faire raconter l’histoire à Frances (Emily Browning) rend d’ailleurs l’histoire plus prenante, plus personnelle.

Legend, sorti en DVD depuis pas mal de temps, mérite qu’on aille le chercher. Un film de gangsters comme on les aime, avec un Tom Hardy au sommet de son art ! 🙂

Film, Films, Séries TV & Films, Teaser - Trailer

La Belle et la Bête – Trailer

On attendait la bande-annonce de La Belle et la Bête avec impatience. Et elle est enfin là ! Et elle donne franchement envie d’aller voir le film tout de suite maintenant. Sauf que le film ne sort pas avant le 22 mars 2017… 

On va donc se contenter de regarder et re-regarder cette belle bande-annonce, avec la Belle Emma Watson 🙂 

Film, Films, Séries TV & Films, Teaser - Trailer

Pirates des Caraïbes 5 – Trailer

L’affiche du prochain Pirates des Caraïbes est sortie ! 🙂

14522971_10154017542979072_7968431109403318538_n

Bien qu’esthétique et réussie, cette affiche rappelle fortement celle de Pirates des Caraïbes et le coffre maudit… Rien de bien nouveau donc. 

Le trailer est aussi disponible ! Pas de Capitaine Jack Sparrow dans cette première bande-annonce, mais un Javier Bardem tout vilain en Capitaine Salazar. On se demande dans quels problèmes s’est encore fourré notre pirate préféré… Réponse l’année prochaine 🙂

Film, Films, Séries TV & Films

Bridget Jones Baby : soirée girl power

Après avoir rompu avec Mark Darcy, Bridget se retrouve de nouveau célibataire, 40 ans passés, plus concentrée sur sa carrière et ses amis que sur sa vie amoureuse. Pour une fois, tout est sous contrôle ! Jusqu’à ce que Bridget fasse la rencontre de Jack… Puis retrouve Darcy… Puis découvre qu’elle est enceinte… Mais de qui ???

bridget_joness_baby_poster

Si je vous dis Bridget Jones, vous me répondez… ? Fille un brin godiche, pull avec renne (ou cerf, peut-être), le ridicule ne tue jamais les gentilles, journal de ? Bravo, tout juste ! Et là, si je vous dis avant-première de Bridget Jones Baby ? Vous me dites Limoges, jeudi soir, salle blindée ? Encore tout juste. Eh oui, j’y suis allée, pour voir… et vous raconter bien sûr.

Bon, première question, première réponse. Ça marche encore, Bridget Jones ? Ah mais oui ! Au cinéma Grand Ecran Ester, le boss en personne (attention, par « le boss », je veux dire celui du cinéma, hein, pas LE BOSS Bruce Springsteen, allez pas me faire courir des rumeurs), oui, le boss nous l’a dit : ils attendaient 200 réservations. Résultat : 497 dans la salle. Et que des filles ! D’abord c’était le concept, ensuite, il n’aurait plus manqué qu’un mâle au sourire goguenard vienne nous gâcher la soirée… Quoique, il doit bien y en avoir quelques-uns qui aiment les comédies romantiques, non ? Même s’ils font genre oh c’est trop nul. Alors oui, Bridget Jones a encore des fans.

Deuxième question, deuxième réponse. C’était une soirée spéciale, avec animations et tout et tout ? Oui. Dans mon petit sac en papier violet, j’ai ramené : mon ticket de ciné (avec, je pourrai, par exemple, me faire relooker, si je veux, 10% moins cher), un stylo Bridget Jones Baby, un bon de 10% de réduction pour un tatouage, et un autre de -30% pour des soins des ongles… Et une petite cuiller en plastique allant avec un pot d’un truc très bon que j’ai mis au congélateur en rentrant à la maison (cherchez dans le premier Bridget Jones et vous aurez une idée de la marque). Eh bien, moi je vous le dis, c’était bien cool cette soirée entre filles, on a bien rigolé. Et puis, il y a eu la bande-annonce de 50 nuances plus sombre aussi. Et le canapé, ainsi que le monsieur qui allait avec (non pas le vendeur, ni le boss, mais un monsieur parfaitement musclé et tatoué).

Troisième question, troisième réponse. Et le film alors, il est comment ? Pour un film que je ne voulais pas vraiment aller voir, je l’ai trouvé pas mal. On passe un bon moment, et dans une salle pleine à craquer de filles, il y a forcément des fous rires. Alors oui, Bridget Jones Baby est meilleur que le second film, mais le premier reste mon préféré. Ce troisième opus, c’est un peu celui de la maturité. Bridget, 43 ans, arbore la silhouette qu’elle a toujours voulu, a le boulot de ses rêves… Oui, mais elle est toujours célibataire… Marc s’est marié, Daniel a disparu, et Jack apparait. Mais tout cela n’est que le début des problèmes pour notre héroïne. Car elle attend un bébé. Fallait pas être grand clerc pour le deviner, vu le titre. Mais la vraie question du film, c’est : c’est qui le père ? Allez, si vous aimez les comédies romantiques pas fatigantes à regarder, allez-y, faites vous plaisir ! 🙂

Film, Films, Séries TV & Films

Conjuring 2 : le cas Enfield

Une nouvelle histoire vraie issue des dossiers d’Ed et Lorraine Warren : l’une de leurs enquêtes les plus traumatisantes.
Lorraine et Ed Warren se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère qui élève seule ses quatre enfants dans une maison hantée par des esprits maléfiques. Il s’agira d’une de leurs enquêtes paranormales les plus terrifiantes…

Conjuring_2

C’est, selon les époux Warren, leur enquête la plus terrifiante. Et c’est vrai qu’au vu de Conjuring 2 : le cas Enfield, il y avait de quoi avoir une sacrée trouille dans cette maison londonienne : meubles qui bougent tout seuls, possession, portes qui claquent… Ceux qui aiment les films d’horreur vont être servis.

Le réalisateur, James Wan, a mis dans son nouveau film toutes ces petites choses (apparitions soudaines du démon, visages transformés par la possession, petite musique qui vous vrille les nerfs) qui ravissent les amateurs du genre. Des amateurs alléchés, en plus, par la plongée dans les années 70 et le fait que le cas Enfield est tiré d’une histoire vraie. Brrrrr !!!!!!

J’ai tout de même préféré le premier film qui, pour moi, est assez terrifiant. C’est sans doute dû au fait que je ne supporte pas les poupées et autres clowns (donc avec Annabelle, c’était horrible), ni les ombres dans la nuit (le placard…)… Ce qui ne m’empêche pas de regarder ce genre de film 😉 Les cas de possession, bien que terribles, m’atteignent moins.
Le film n’en reste pas moins réussi : au moindre petit bruit suspect autour de soi, on sursaute, s’arrête, et observe 😉