Livre, Roman

Rebecca Kean, tome 6 – Origines

Un coup de fil en pleine nuit augure rarement une bonne nouvelle. Quand c’est pour apprendre qu’un petit rigolo a décidé de faire mumuse avec un sort interdit depuis des lustres, je commence à perdre mon sens de l’humour. Et si, en plus cette démonstration vise à éliminer un à un les chefs de clans officiant sur mon territoire, autant vous dire que je vois carrément rouge!
Avec tout cela, on voudrait que j’exerce avec un peu plus de sérieux mon rôle de reine des Vikaris. Pas de doute, les congés payés, c’est pas pour demain…

Voilà un moment que nous attendions, nous lecteurs de Rebecca Kean, le sixième tome, Origines. Je l’ai fait durer un maximum de temps car le tome suivant ne sort que l’année prochaine, et que ça va être horrible d’attendre 😉

Une nouvelle menace plane sur Burlington, la ville américaine où s’est établie Rebecca Kean, sorcière de guerre. L’assayim enquête sur l’assassinat de pontes, tels que le fils du maire, tués par cumurou archanta (un vilain sort interdit). On essaye aussi de la tuer elle. Elle a bien évidemment l’habitude, mais elle sent que cette fois, c’est différent : des opperstes, des renégats à leurs clans prêts à se soulever contre l’autorité du Directum, mettent le bazar sur son territoire. Bref, rien ne va, surtout qu’elle doit régler ses amours, gérer sa fille Léonora, et surtout découvrir ses origines. Pas de quoi s’ennuyer pour notre reine des Vikaris.

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé le personnage de Rebecca Kean et son univers. Elle n’arrête pas une seconde, tout lui tombe sur la tête en même temps, et on aperçoit enfin ses faiblesses. On sent que tout s’accélère dans cet avant-dernier tome, et que l’auteur Cassandra O’Donnell a encore plein de choses à raconter. Ce sixième tome reste toutefois un tome de transition, car il y a moins d’action que dans le précédent.

On a quelques révélations sur les origines de Rebecca. Enfin ! Même si ce sont des choses auxquelles on s’attendait un peu, on est maintenant fixé sur l’identité de son géniteur.
De même, on prend dans ce tome vraiment conscience qu’elle est la reine des Vikaris. Elle prend son rôle au sérieux, son peuple est enfin vraiment présent et montre toute sa puissance. Mais en même temps, elle prend aussi son rôle d’assayim au sérieux. Elle a réussi à se faire respecter par tous les chefs de clans et faire en sorte qu’ils se serrent les coudes au moindre problème. Et là, des problèmes, il y a en beaucoup beaucoup.

Ce tome s’appelle Origines. Nous apprenons donc les origines de Rebecca, mais ce n’est pas tout. La jeune femme qui a  de nombreux amours contrariés va apprendre quelque chose qui nous laisse bouche-bée en fin de tome : qui est réellement Raphael. 

On ne s’ennuie pas une seconde, et on n’a pas envie de lâcher ce tome, ni de le finir. Il manque toutefois un personnage que j’adore dans cette saga : Bruce. Son humour et sa présence m’ont manqué… j’espère le voir dans le tome suivant ! 🙂 

Le moins dans ce tome ? Aucun rapport avec l’histoire, mais avec le livre en lui-même. Le format a changé : il est deux fois moins épais pour le même contenu, je me suis donc arrachée les yeux au début de ma lecture tellement c’était écrit petit. De plus, il y a plein de coquilles, ce qui est très désagréable. A croire que le livre n’a pas été corrigé du tout. Heureusement, c’est le contenu qui importe ! 🙂

Publicités
Film, Films, Teaser - Trailer

Les Animaux Fantastiques – Trailer

fantastic-beasts-and-where-to-find-them

Le nouveau trailer des Animaux Fantastiques est sorti. Et ça donne plus qu’envie d’être au mois de novembre 🙂

On voit enfin des créatures, de la magie, des sortilèges, un monde parallèle au notre, et surtout, on voit enfin l’ombre d’une histoire très alléchante… Bref voilà une bande-annonce qui fait rêver tous les Potterhead de la Terre 🙂

Livre, Roman jeunesse

Le monde secret de Sombreterre, tome 1 : Le clan perdu

Orphelin, Victor n’est pas un garçon comme les autres. Il parle avec les fantômes et voit des choses que personne d’autre ne perçoit. Quand la jolie et captivante Aline fait irruption dans sa classe avec son horrible monstre invisible sur son épaule, le monde de Victor est bouleversé. Qui est-elle ? D’où lui viennent ses étranges et terribles pouvoirs ? Et surtout, pourquoi a-t-il l’impression de la connaître et qu’un lien ancien et magique les relie l’un à l’autre ?

GcOCywBJ_Bw21JJ6qW3e_fnSid8

Tout d’abord, je souhaite énormément remercier Cassandra O’Donnell et les éditions Flammarion qui m’ont permis de lire en avant-première ce livre en m’envoyant un service presse, et pour leur confiance ! 😀

Comme vous l’aurez sans doute remarqué, je n’ai pas pour habitude de lire des romans jeunesse. J’ai donc fait une exception pour cette fois-ci, et c’est avec plaisir que je me suis plongée dans ce livre.

Victor, jeune orphelin de 12 ans, est tout ce qu’il y a de plus normal. Sauf qu’il voit des fantômes et leur parle, et d’étranges créatures aux yeux jaunes rôdent dans le noir près de lui. Tout cela ne le rend guère populaire au collège, où il est vu comme un garçon dérangé. Il n’a pas vraiment d’ami, excepté Lucas, un garçon sympa mais un peu lunatique qui se moque des quand dira t’on. Un jour, ils voient débarquer dans leur classe Alina, gardienne à Sombreterre. Ils ne savent rien de son identité, mais les choses vont alors changer pour Victor, et pas forcément qu’en bien !

J’ai adoré ce roman ! L’histoire est un peu effrayante par moment, ce qui ne m’a pas dérangée outre mesure vu que je suis friande de films d’horreur. Cela m’a ramenée dans ma jeunesse, où je regardais Buffy contre les vampires. Certains des monstres de Sombreterre ressemblent à ceux de la série, comme par exemple les gentlemen muets, qui ont hanté mes nuits 😉

gentlemen1_2
Bouh les vilains  😦

De même, on y trouve des zombies (les humains possédés par des zombreurs), qui m’ont fait penser aux Macchabs, et une étrange créature appelée Chawak qui m’a fait penser, je ne sais pas pourquoi, à Stitch et ses cousins 😉
Bref, on trouve une mignonne (ou pas) petite troupe de créatures en tout genre qui montre une nouvelle fois que l’auteur a une imagination débordante !

Victor, Alina, Lucas et Lucie sont des jeunes gens tout à fait courageux et attachants. A leur place, je serais allée me cacher quelque part, pour ne plus jamais en sortir ! C’est à ça que l’on reconnait les vrais héros et les autres 😛 Ils ont des réactions certes un peu trop adultes par moment, mais je les ai trouvé crédibles quand même. La maturité des personnages permettra sans aucun doute aux adultes de lire ce livre et d’y prendre plaisir !

L’écriture, fluide, est très facile à lire. Le vocabulaire est adapté pour les 10-13 ans, le public visé. On avance donc plutôt vite. J’ai été happée dès les premières pages, et bien qu’ayant pris mon temps pour lire le livre, j’y suis revenue toujours avec plaisir. Au final, la fin est arrivée bien trop vite ! 🙂
L’histoire est quant à elle sympa, fraiche comme diraient les jeunes, pleine de rebondissements. J’ai adoré la fin, où tout s’enchaine à une vitesse folle, qui ne nous laisse même pas reprendre notre souffle jusqu’au point final de ce premier tome. 

L’histoire est sublimée par les magnifiques illustrations de Jérémie Fleury (la couverture et à l’intérieur). Il n’y en avait que trop peu à l’intérieur à mon goût ! 😉

Ce premier tome pose donc les bases d’une histoire qui s’annonce riche par la suite. J’ai hâte de lire le second tome ! (même si sa sortie n’est pas pour tout de suite…). Cela m’a même donné envie de lire l’autre série jeunesse de Cassandra O’Donnell, Malenfer, destinée à un public un peu plus jeune 🙂

Le livre sort le 6 avril !