BD, BD & Mangas, Livre

Maliki Blog : l’Union fait la force

Maliki Blog est une compilation au format papier de plus d’un an de petites bandes dessinées, publiées en ligne sur mon site maliki.com. Alors oui, le numérique, c’est très chouette, mais un vrai livre, qu’on peut trimbaler partout, prêter ou offrir (ou laisser aux toilettes…) c’est encore mieux !

Maliki Blog : L’Union fait la force, c’est le résultat d’une sacrée aventure qui a eu lieu il y a quelques mois déjà sur le site Ulule. Maliki ne passant plus par un éditeur classique, c’est aujourd’hui une des seules chances pour la lire sur papier que de passer par un site de financement participatif. Bon sinon, vous pouvez aussi la lire chaque semaine sur son site, mais c’est pas tout à fait pareil !

Dans ce second tome d’un peu plus de 300 pages, on retrouve les planches qui ont été publiées il y a un presque un an déjà (oui, je suis très à la bourre !).

Entre petits et gros malheurs, grands bonheurs, vacances en Thaïlande, on retrouve avec plaisir les personnages de Maliki, Becky et tous les chats et poules ! Cette BD, c’est la vie quotidienne de chacun, accompagnée de ses photos, la vie d’auteur en dédicace, en galère et surchargé de boulot, tout ça tout ça. Bref c’est un concentré de bonne humeur mais pas que ! On retrouve l’humour qui est toujours présent, de même que quelques coups de gueule écolos qui sont toujours bienvenus !

On retrouve aussi les jolis personnages fantastiques Ladybird et Electro, présentes depuis un moment déjà. On a aussi un côté geek avec des jeux vidéos, des fans arts et pour finir un super Bonus collector nous expliquant la campagne Ulule. Pas de quoi s’ennuyer donc !

Et tout ça sur du papier de grande qualité et avec une super jaquette ! N’hésitez pas à demander à votre libraire, avec un peu de chance, vous pourrez obtenir ce petit bijou qui vous fera passer d’une émotion à l’autre 🙂

Publicités
Livre, Roman

Deux milliards de battements de cœur

 » Il paraît que la durée de vie des mammifères est invariablement de deux milliards de battements de cœur, qu’ils soient très lents ou très rapides. Pour les éléphants, cela correspond à cinquante ans. Les chevaux, vingt. Les chats, dix. Les souris, deux. Pour les humains, le compte est bon aux alentours de soixante-dix années.  »

Trente ans. C’est l’âge du narrateur de cette histoire. Et son médecin est formel : il est atteint d’une maladie incurable, il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre.
D’émotion, il perd connaissance de retour chez lui. Au réveil, deux visages sont penchés au-dessus de sa tête : celui de son chat et celui de son sosie… version extravertie !
Cet homme haut en couleur est le Diable en personne. Et il lui propose un marché : chaque jour, supprimer quelque chose du monde réel pour gagner vingt-quatre heures de vie supplémentaires.
Il accepte. Quelques journées extraordinaires passent, où, confronté à des choix difficiles et à leurs conséquences pour ceux qu’il aime, il apprend à réévaluer son existence, son histoire, sa place dans le monde. Et puis, au cinquième jour, le Diable lui propose de supprimer les chats. La vie du narrateur va alors basculer une deuxième fois…

Je me suis tournée vers Deux milliards de battements de cœur uniquement parce qu’il y avait un chat. Oui, c’est léger, mais quand on aime, on ne compte pas 😉

Et surprise, j’ai beaucoup aimé ce roman japonais, signé par Genki Kawamura (Le Garçon et la bête).

Ce roman, c’est plus un testament qu’autre chose. Le narrateur, dont on ne connait pas le nom, apprend qu’il va bientôt mourir. Il est atteint d’une maladie incurable alors qu’il est dans la trentaine et personne ne peut plus rien faire pour lui. Personne ? Si si, le diable pourra faire quelque chose. Une chose de supprimée dans le monde des mortels contre un jour de vie supplémentaire, rien de plus simple ! Oui, mais…

Voilà la trame de ce roman ! Un peu étrange, mais assez sympa.

La suppression des différents objets va permettre au personnage de faire une introspection inattendue. Chacun des objets va lui rappeler des souvenirs, des choses qu’il avait enfui au plus profond, des choses qu’il avait oublié.

Mais là où Genki Kawamura fait fort, c’est que l’introspection de ce personnage amène le lecteur à réfléchir aussi. Si nous étions à la place de ce narrateur, que ferions-nous ?

Je me suis plus d’une fois retrouvée en lui, en ses actes. Par conséquent, ce roman m’a pas mal émue. Il nous fait réfléchir sur le monde qui nous entoure, sur nos actes et sur les moments de bonheur qu’il ne faut pas manquer. Bref, pas mal de philosophie !

Quelle est notre place dans ce monde ? ; Quelle est la portée de nos actes ? ; Qui sommes-nous pour les autres ?, etc. etc. sont des questions que l’on se pose en même temps que le narrateur.

Heureusement, c’est très bien écrit et très facile à lire : en trois fois, j’étais au bout, en train de pleurer comme une madeleine 😀 Le découpage aide beaucoup à la lecture : un chapitre = un jour de survie.

Et les chats dans tout ça ? Vous le découvrirez en lisant ce très bon roman, phénomène au Japon 🙂

autres, Livre

miaou

Miaou, c’est le nouveau magazine qui m’a tapé dans l’oeil. Bien épais, rose, avec un chaton tout mignon tout doux, je ne pouvais que craquer.

Miaou, c’est un magazine sur les chats, pour les amoureux des chats, mais pas que. C’est aussi pour les amoureux de littérature, d’histoire, de développement personnel. Bref, c’est du feel good autour de la culture du chat.

Les articles sont tous plutôt intéressants : des interviews, des idées d’achats, des données chiffrées, de l’Histoire, de l’art, la culture du chat à l’étranger, etc. Il y a pas mal de lecture, entrecoupée de très belles photos. J’avoue que j’ai mis plusieurs jours avant de finir cette revue assez épaisse (170 pages) ! 

Il est beau visuellement, avec des graphismes très travaillés, un papier épais. On s’attarde sur chaque page, on prend plaisir à regarder les détails. Les photographies sont de qualité, les illustrations aussi.

Il y a en plus des petits cadeaux en bonus : des cartes postales, des fiches à collectionner, des étiquettes, etc. C’est agréable et on se sent presque privilégié d’y avoir accès.

Cette revue, ce n’est que du bonheur, et je ne peux que vous la conseiller ! J’attends tout de même de voir si le numéro 2 (revue trimestrielle) est de même qualité, auquel cas je m’abonnerai avec plaisir 🙂

Beaux Livres, Coup de Coeur

Facéties de Chats

Oublié le chat ronronnant sur les genoux de mémé à longueur de journée ! Balayé le matou se lustrant le poil de l’aube au couchant, jusqu’à briller comme un diamant !

Les héros moustachus de cet ouvrage ont du caractère, des envies, des manies … une vie intérieure ! Ils se posent des questions, ne retombent pas toujours sur leurs pattes, ont des avis bien tranchés et de l’ambition.

Sous forme de poèmes illustrés, ces portraits drôles ou tendres, largement imprégnés d’humour noir, vous présentent d’étranges spécimens …

9782954115788_cg

De retour du Salon du livre de Brive où il faisait beau, chaud, et où il y avait énormément de monde ! 🙂

Je suis ravie de cette « expédition », car j’ai rencontré plein d’auteurs. Evidemment. J’y allais un peu pour ça quand même… Bon, passons sur les inaccessibles-sauf-si-tu-veux-faire-la-queue-pendant-trois-heures ou les pas-là-quand-je-suis-passée, vu le nombre d’écrivains au mètre carré, il y avait de quoi faire.

Parmi les auteurs présents dès vendredi soir, il y avait Sébastien Perez, co-auteur de Facéties de Chats. Benjamin Lacombe arrivait le lendemain, donc je n’ai pas eu le droit à une dédicace dessinée (ses dédicaces sont personnalisées : j’en avais décroché une il y a quelques temps à Limoges. Un lapin trop mignon). Tant pis pour moi ! 😉 Mais j’ai eu droit à une dédicace écrite et à un super joli badge 😀

IMG_1243
Oui, ceci est un badge 😉 Et il est beau!!!

Facéties de Chats rassemble 15 histoires de chats malins et taquins. Les auteurs se sont amusés à deviner, à imaginer, ce que nos amis les bêtes font lorsque nous ne sommes pas là. Car oui, que font nos amis les bêtes une fois que nous avons le dos tourné, que nous dormons, bref, que nous vivons notre vie ? 🙂

Chacune de ces histoires est racontée du point de vue du matou (sauf une). Sous forme de poésie, on suit les aventures de ces adorables petites bêtes. Les textes sont plein d’humour, et souvent, on sent le vécu. Chaque poème est accompagné de sa magnifique illustration, et du portrait du chat.
Toutes les races y passent, les dessins de Benjamin Lacombe sont toujours aussi beaux. On retrouve la patte de l’auteur, qui a réussi, comme à son habitude, à inclure un de ses animaux (Virgile en l’occurrence).

Les deux auteurs réussissent de nouveau à combiner leur talent à merveille, pour notre plus grand bonheur. On s’émerveille à chaque page devant tant de beauté, autant pour les illustrations que pour les textes. J’aime, j’adore, c’est un coup de coeur, surtout quand l’oeuvre en question parle de mon animal préféré 😛

bcf99a13fb9931348421331b6c5f2935