BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Betwin you & me, vol. 6

Kaede part pour un petit boulot d’été, l’éloignant de Shizuku, ce qui laisse à Nishina le champ libre pour approcher cette dernière…

De son côté, Kaede recroise son amie d’enfance : Mio. Alors qu’il est plutôt réservé, celle-ci est carrément familière avec lui.

Des complications semblent s’annoncer de tous les côtés !?

J’ai craqué pour la série Betwin you & me de Saki Aikawa et par conséquent, la lecture de ce sixième tome s’est faite assez rapidement !

C’est les vacances scolaires et Kaede doit travailler. Cela l’éloigne de Shizuku qui se languit de son retour. Surtout que Mio, ancienne voisine de Kaede, vient de faire son apparition et semble un danger potentiel pour la jeune fille…

L’histoire de Betwin you & me fait totalement midinette, mais qu’est-ce que j’adore ce genre de lecture ! C’est léger, ça se lit vite, ça fait bouger les papillons dans le ventre et remuer les émotions. Ça n’est jamais méchant ou de mauvais goût.

Shizuku est un personnage que j’apprécie. Elle gagne en maturité au fur et à mesure des tomes, même si elle reste un peu bêtasse par moment. L’éloignement avec Kaede permet à Nishina, ami de son petit frère, de se rapprocher d’elle. J’ai grincé des dents, mais ça met pas mal de piment à l’histoire. La jeune fille ne voit rien venir alors que le lecteur le voit arriver gros comme une maison.

Toutefois, la vraie nouveauté dans ce sixième tome, c’est l’arrivée de Mio, ancienne voisine de la famille de Kaede. La jeune fille autrefois amoureuse de Tamaki, le frère jumeau de Kaede, avoue aujourd’hui avoir été amoureuse de Kaede. Elle vient tenter sa chance avec le jeune homme. Sauf que ce dernier commence à s’attacher à Shizuku. Mio va alors mettre en oeuvre tous ses talents de peste pour garder le jeune homme à ses côtés…

J’ai hurlé (silencieusement) à l’arrivée de Mio dans le manga. Je savais que ce personnage allait poser problème. C’est le type de personnage que je trouve insupportable car il vient casser l’ordre établit jusque-là par l’auteur. Bien évidemment, c’est le genre de personnage essentiel à ce genre d’histoire, car sans, il n’y aurait aucun intérêt. Dilemme !

Vous l’aurez compris, je suis sous le charme de Betwin you & me ! 😉

Publicités
Livre, Roman

Le Jardin des fleurs secrètes

Londres. Comme chaque année, les amoureux des fleurs se pressent au Chelsea Flower Show, la plus grande exposition florale au monde. Sous les arches chargées de roses, Iris Donati se sent chez elle. Depuis toujours, les fleurs sont ses confidentes. Mais alors qu’elle admire une incroyable composition, Iris se fige. Une jeune femme lui ressemblant trait pour trait la regarde. Mais leur ressemblance ne s’arrête pas là. Comme Iris, Viola, adore les fleurs et ses bouquets sont parmi les plus recherchés de Londres. L’univers des deux jeunes femmes s’effondre. Séparées dès la naissance, les deux soeurs ont grandi en ignorant l’existence l’une de l’autre. Pourquoi ? C’est ensemble au milieu d’un vaste jardin toscan, dans l’immense demeure qui abrite les secrets des Donati depuis des générations, que les jumelles enfin réunies chercheront une vérité que seules les fleurs pourront leur délivrer.

J’ai reçu Le jardin des fleurs secrètes dans le cadre d’une Masse critique, sur le site Babelio, de la part des éditions Presse de la cité. Je les remercie de cette belle découverte.

Dans ce roman de Cristina Caboni, on découvre une famille, les Donati. Iris, qui vit à Amsterdam et qui travaille pour un magazine de jardinage. Viola, qui vit à Londres et qui aide sa mère à la boutique de fleurs. Une famille qui s’est déchirée il y a des années pour une raison inconnue. Toutefois, leur passion commune pour les fleurs va les rapprocher et faire éclore des secrets de famille enfouis bien profondément.

Le jardin des fleurs secrètes est un roman parfait pour lire en ce moment. Les fleurs sont omniprésentes et c’est un vrai bonheur. On a presque l’impression de pouvoir les toucher, de les sentir. Les Caboni vivent fleurs, et par conséquent le lecteur aussi.

On découvre tout d’abord Iris à Amsterdam. Jeune femme d’une vingtaine d’année qui adore les fleurs. Elle essaye de percer dans le journalisme. A l’occasion d’un super article sur le Chelsea Flower Show, qui est une énorme opportunité pour elle, Iris va devoir voyager à Londres. C’est là qu’elle va rencontrer Viola, une jeune femme d’une vingtaine d’année qui est sont portait craché.

Viola est quant à elle une londonienne qui apprécie sa liberté. Elle passe son temps entre les parcs et le magasin de fleurs que tient sa mère. Jusqu’au jour où elle croise Iris. Sa vie va alors être chamboulée comme elle ne l’aurait jamais cru possible.

Au milieu de tout ça, on a les parents des deux jeunes femmes, les affreux secrets qu’ils ont gardé pour eux, mais aussi un autre personnages, Bianca. Tout cela reste très mystérieux pendant tout une partie du roman.

Les secrets de famille sont très présents dans ce roman et j’avoue que c’est ce qui m’a intrigué le plus. Les soeurs jumelles sont attachantes, mais c’est autre chose qui m’a poussé à avancer dans le roman : pourquoi ont-elles été séparées ? pourquoi à ce moment-là ? qu’est-ce qui pousse des parents à de telles extrémités ?.

L’écriture de Cristina Caboni est très belle est amène facilement à la lecture. Je me suis laissée transportée dès les premières lignes. J’ai toutefois trouvé qu’il y avait un peu trop de descriptions par moment, voire un peu trop de fleurs. Mais ça n’est qu’un goût personnel.

Bref, c’est une belle lecture que je vous recommande. Elle vous fera voyager dans plusieurs pays d’Europe et surtout vous vous sentirez apaisé au milieu de toutes ces fleurs, comme un cocon confortable 🙂

Livre, Roman ado

La Légende des quatre, tome 1 : Le clan des loups

Ils sont quatre, héritiers de leurs clans… Ils doivent s’unir pour survivre.
Loup, tigre, serpent, aigle : quatre clans ennemis. Les Yokaïs, créatures tantôt humaines, tantôt animales, vivent dans une harmonie fragile. Maya, l’héritière du clan des loups, et Bregan, du clan des tigres, sont les garants de la paix. Mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus ?

J’ai enfin réussi à terminer ce premier tome de La Légende des quatre ! Après l’avoir reposé et repris plusieurs fois, je suis enfin allée jusqu’au bout de ma lecture.

Maya fait partie du clan des loups. Elle est l’héritière de son clan, mais c’est aussi une ado. Mi-humaine mi-animale, elle va devoir faire face à quelque chose d’inattendu : une révolte qui gronde. Elle va devoir s’associer aux autres héritiers Yokaïs, ce qui ne va pas être de tout repos !

C’est toujours un plaisir de lire un roman de Cassandra O’Donnell. Toutefois, sur ce titre là, j’ai eu un peu plus de mal que d’habitude. Je n’ai pas réussi à rentrer dans le roman tout de suite, d’où le temps infini que j’ai mis à le lire…

L’écriture est toutefois agréable et facile à lire, comme d’habitude.

Une fois rentrée dans le roman, j’ai été plongée dans un univers post-apocalyptique dans lequel les humains ne sont plus réellement qui ils étaient. Ils ont perdu de leur prestance, vivant dans les habitations en bois, revenant aux produits de la terre.
Vivant parmi eux, les Yokaïs. Des êtres mi-humains mi-animaux (serpent, loup, tigre et aigle) divisés en clans. Chaque clan a son territoire propre.  Au milieu  de tout ça, nos héritiers, Maya, Wan, Nel et Bregan. Ennemis, ils vont toutefois devoir se montrer diplomates et s’allier quand un ennemi commun va montrer le bout de son nez.

L’intrigue est très bien construite. On rentre dans un monde tout à fait crédible, où on allie à la fois le suspense et l’action. Les personnages sont attachants, avec du caractère. La légende des quatre amène aussi à réfléchir à notre société d’aujourd’hui, avec des thèmes tels que la différence, la tolérance, et bien d’autres !

Cette nouvelle série qui compte déjà deux tomes est une série à découvrir. Je vous la recommande ! 🙂

BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

The Promised Neverland, vol. 3

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

L’étau se resserre autour d’Emma, Norman et Ray : Don et Gilda ont de sérieux doutes sur ce qu’ils leur ont raconté, sœur Krone continue à fouiner et la redoutable Isabella passe à l’action ! La détermination et la perspicacité des trois héros suffiront-elles pour sortir de cette situation désespérée ?!

J’avoue que j’ai pris beaucoup de retard dans mes lectures, après une pause de près de deux mois… La série Promised Neverland n’y a pas échappé. C’est donc du tome 3 dont je vais vous parler aujourd’hui !

Emma, Norman et Ray sont encore bloqués à l’orphelinat et complotent toujours pour s’échapper. Mais c’est sans compter sur Maman et sur Soeur Krone qui vont leur mettre des bâtons dans les roues…

Promised Neverland est une série très prenante, sans aucun conteste. Elle est aussi pleine de mystères, pleine de secrets et pleine de retournements de situation. Ce troisième tome n’y échappe pas, mais c’est ce qui fait le succès de ce manga.

  • Pleine de mystères : on ne sait toujours pas ce qu’il y a dehors, au-delà du mur qui entoure l’orphelinat. On apprend dans ce tome (attention spoiler) qu’il reste tout de même quelques humains et qu’il existe des écoles pour Mamans.

 

  • Pleine de secrets : les personnages ne sont pas tous aussi nets qu’ils veulent bien l’avouer. Ray joue un double-jeu, Soeur Krone aussi. Des choses se cachent aussi dans les murs de l’orphelinat, ce qui oblige le lecteur à garder un oeil attentif sur les décors.

 

  • Pleine de retournements de situation : le jeu du chat et de la souris continue ! Il prend même une autre dimension avec la rivalité qui unie Maman et Soeur Krone. Nos héros sont en danger. Le danger arrive de partout, même de leurs propres rangs…

C’est donc une réussite pour ce volume 3 de l’excellente Promised Neverland ! Le rythme est à tambour battant, l’histoire est complexe (on a enfin une réelle vision du passé), remplie de suspense, bref, un tome comme on les aime ! 🙂

Album, Livre

La Dent du Chat

Connaissez-vous la véritable légende de la Dent du Chat, ce rocher pointu qui surplombe le lac du Bourget ? Il y a un petit pêcheur, de gros poissons, une belle Marguerite, un félin monstrueux, de la bagarre et un peu d’amour.

Merci à Babelio et aux éditions Boule de neige pour l’envoi de ce livre jeunesse, dans le cadre d’une Masse Critique.

J’avoue avoir mis ce livre dans mes choix car il y a… un chat ! J’ai donc été surprise en recevant ce livre de voir qu’il s’agissait de l’adaptation d’une légende bien réelle.

Il s’agit de la Légende de la Dent du Chat. C’est une adaptation moderne, avec une vision personnelle de l’auteur David Gautier. Là, Dieu a un téléphone portable et le vocabulaire utilisé ne laisse aucun doute sur l’époque à laquelle se déroule l’histoire. J’ai trouvé ça étrange et pas forcément nécessaire.

On retrouve heureusement à la fin la vraie légende. Je trouve dommage que l’auteur ne s’y soit pas tenu.

Pour les illustrations : on voit qu’il y a un grand boulot de découpage et de collages. On voit les différentes textures de papier, et on peut ainsi apprécier le travail de l’auteur. C’est coloré, agréable.

Ce que j’ai sans doute le plus apprécié dans cet album, c’est sans doute les deux dernières pages plus documentées. On y apprend la vraie légende, on a des photos de la fameuse Dent du Chat qui se trouve au dessus du Lac du Bourget.

Livre, Roman

Deux milliards de battements de cœur

 » Il paraît que la durée de vie des mammifères est invariablement de deux milliards de battements de cœur, qu’ils soient très lents ou très rapides. Pour les éléphants, cela correspond à cinquante ans. Les chevaux, vingt. Les chats, dix. Les souris, deux. Pour les humains, le compte est bon aux alentours de soixante-dix années.  »

Trente ans. C’est l’âge du narrateur de cette histoire. Et son médecin est formel : il est atteint d’une maladie incurable, il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre.
D’émotion, il perd connaissance de retour chez lui. Au réveil, deux visages sont penchés au-dessus de sa tête : celui de son chat et celui de son sosie… version extravertie !
Cet homme haut en couleur est le Diable en personne. Et il lui propose un marché : chaque jour, supprimer quelque chose du monde réel pour gagner vingt-quatre heures de vie supplémentaires.
Il accepte. Quelques journées extraordinaires passent, où, confronté à des choix difficiles et à leurs conséquences pour ceux qu’il aime, il apprend à réévaluer son existence, son histoire, sa place dans le monde. Et puis, au cinquième jour, le Diable lui propose de supprimer les chats. La vie du narrateur va alors basculer une deuxième fois…

Je me suis tournée vers Deux milliards de battements de cœur uniquement parce qu’il y avait un chat. Oui, c’est léger, mais quand on aime, on ne compte pas 😉

Et surprise, j’ai beaucoup aimé ce roman japonais, signé par Genki Kawamura (Le Garçon et la bête).

Ce roman, c’est plus un testament qu’autre chose. Le narrateur, dont on ne connait pas le nom, apprend qu’il va bientôt mourir. Il est atteint d’une maladie incurable alors qu’il est dans la trentaine et personne ne peut plus rien faire pour lui. Personne ? Si si, le diable pourra faire quelque chose. Une chose de supprimée dans le monde des mortels contre un jour de vie supplémentaire, rien de plus simple ! Oui, mais…

Voilà la trame de ce roman ! Un peu étrange, mais assez sympa.

La suppression des différents objets va permettre au personnage de faire une introspection inattendue. Chacun des objets va lui rappeler des souvenirs, des choses qu’il avait enfui au plus profond, des choses qu’il avait oublié.

Mais là où Genki Kawamura fait fort, c’est que l’introspection de ce personnage amène le lecteur à réfléchir aussi. Si nous étions à la place de ce narrateur, que ferions-nous ?

Je me suis plus d’une fois retrouvée en lui, en ses actes. Par conséquent, ce roman m’a pas mal émue. Il nous fait réfléchir sur le monde qui nous entoure, sur nos actes et sur les moments de bonheur qu’il ne faut pas manquer. Bref, pas mal de philosophie !

Quelle est notre place dans ce monde ? ; Quelle est la portée de nos actes ? ; Qui sommes-nous pour les autres ?, etc. etc. sont des questions que l’on se pose en même temps que le narrateur.

Heureusement, c’est très bien écrit et très facile à lire : en trois fois, j’étais au bout, en train de pleurer comme une madeleine 😀 Le découpage aide beaucoup à la lecture : un chapitre = un jour de survie.

Et les chats dans tout ça ? Vous le découvrirez en lisant ce très bon roman, phénomène au Japon 🙂