Livre, Roman ado

Everless

Julie vit dans la misère avec son père. Pour pouvoir payer ses dettes, celui-ci va consulter l’extracteur de temps. Car au royaume de Sempera, tout se paie en temps. On peut en effet transformer en métal précieux le temps de vie contenu dans le sang…
Pour éviter que son père, déjà très affaibli, se condamne en procédant à une nouvelle saignée, Julie se fait engager comme domestique à Everless, la résidence des Gerling, la famille la plus puissante du royaume. On va y célébrer les noces de Roan, le fils cadet de la famille, avec la fille adoptive de la reine. Cette dernière est agée de plusieurs centaines d’années grâce à ses richesses (la monnaie créée à partir du sang peut aussi se consommer pour allonger la vie…)
Or, Julie est depuis toujours secrètement amoureuse de Roan. Car elle a vécu à Everless dans son enfance. Mais suite à un tragique accident, son père et elle ont dû s’enfuir. Et son père lui a toujours interdit de retourner à Everless…

Julie, 17 ans, vit dans la misère, avec son père, dans le petit village paysan de Crofton. Seul moyen pour elle de s’en sortir, retourner à Everless, au palais des Lords, où son père lui avait fait promettre de ne jamais retourner…

J’ai beaucoup aimé ce premier tome d’une nouvelle saga de dystopie ! L’univers créé est fort et j’ai été embarquée dès les premières lignes à Crofton, puis à Everless et tout le royaume de Sempera.

Julie est un personnage fort qui avance autant qu’elle le peut pour sauver la seule famille qu’il lui reste, son père. Dans une société où le sang représente l’argent et où la magie est souveraine, elle réussi à s’en sortir comme elle le peut en tant que domestique au palais d’Everless. Sauf que les réminiscences qui viennent à elle de temps en temps lui font peur. Son père lui a caché beaucoup de choses et elle va tout faire pour découvrir qui elle est, pour découvrir la vérité. Ce roman de fantasy est donc surtout une quête d’identité, mais pas que.

Les autres personnages présentés sont presque tous aussi importants les uns que les autres, que ce soit Roan, Liam, les deux frères Gerling avec qui jouait Julie quand elle était petite, Ina Gold, ou encore la reine et sa servante Caro. Dommage toutefois que l’auteur ne passe pas plus de temps à creuser ces personnages. L’intrigue étant assez importante, on sent qu’il y a quelques manques de ce côté-là.

Ce qui m’a sans doute le plus plu dans cette histoire, c’est cette histoire de sang qui se transforme en or, puis en temps. J’ai trouvé cela très original car jamais lu dans aucun autre roman.
Et puis, il y a aussi cette histoire d’Alchimiste et d’Envouteuse qui m’a fait penser aux Conte des trois frères de J.K. Rowling. Cette mythologie rend Everless crédible. Au fil de la lecture, certains éléments se mettent en place assez finement. Puis finalement, on réalise ce que cela signifie : que l’auteur nous a baladé depuis le début, disséminant des indices de-ci de-là, pour un final inattendu.

Le rythme de ce roman est intéressant. Le lecteur n’a pas d’autre choix que de continuer s’il veut connaitre tous les petits secrets qui se cachent dans les couloirs du palais. On a pas mal de péripéties, le suspense est assez présent et on a aussi pas mal d’aventure.

Ce premier tome pose les bases d’une saga qui s’annonce très bonne. J’ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman ! L’écriture de Sara Holland est agréable, ce qui m’a permit d’apprécier d’autant plus cette lecture 🙂

Un grand merci à Bayard et à Babelio pour l’envoi de ce roman !