Livre, Roman jeunesse

Batman : Nightwalker

Bruce Wayne vient d’avoir dix-huit ans. Alors qu’il rentre chez lui après sa somptueuse fête d’anniversaire, il arrête un criminel en fuite, faisant ainsi de l’ombre à la police avec qui il a un accrochage en voiture pendant la course-poursuite. Il est donc condamné à un service d’intérêt général dans l’Arkham Asylum de Gotham City, l’hôpital psychiatrique pour les criminels les plus dangereux de la ville. Bruce rencontre un personnage intrigant : Madeleine, en lien avec le gang Nightwalker qui terrorise Gotham City. Les Nightwalkers ciblent les riches, et le nom de Bruce est le suivant sur leur liste…

Tout d’abord, je souhaite remercier Babelio et les éditions Bayard pour l’envoi de Batman : Nightwalker, dans le cadre d’une Masse Critique spéciale.

Batman : Nightwalker, c’est l’histoire d’un personnage connu, celui de Bruce Wayne. Ce riche milliardaire de 18 ans dont les parents ont été assassinés par des malfrats dans une petite ruelle sombre alors qu’il n’était qu’un enfant. On connait son enfance, on connait sa vie d’adulte. Par contre, on ne connait pas ce qui s’est passé entre les deux. Marie Lu, auteur pour ado assez prolifique, s’est donc chargée d’écrire cette histoire.

L’idée originale de cette série de livre (Batman est le second après Wonder Woman) est assez plaisante. On retrouve nos héros créés par DC Comics à un âge dont les comics nous parlent peu : l’adolescence.

Pourtant, j’ai trouvé que l’histoire était peu crédible. Envoyer Bruce Wayne à Arkham Asylum juste parce qu’il a fait une petite course poursuite dans les rues de Gotham ? Euh, non. C’est l’endroit le plus dangereux de la ville, regroupant les pires criminels et les pires fous. Et on y envoie un « pauvre » adolescent pour accomplir ses heures d’intérêts généraux ? Crédibilité, zéro.

Bon, heureusement tout n’est pas mauvais. L’écriture est agréable, fluide. J’ai même eu l’impression de lire un roman d’espionnage pour ado, comme Cherub l’avait fait (mais en mieux) avant lui. Du coup, j’ai eu du mal à imaginer que l’histoire se déroule à Gotham.

Les personnages emblématiques de Batman sont là : Alfred, Lucius Fox, Harvey Dent… pourtant, ils sont censés être des personnages forts, avec un vrai caractère, une vraie identité. Je les ai trouvé pâles par rapport à leurs homologues adultes (je dois trop me laisser influencer par rapport aux films).
Bruce Wayne, quant à lui, est trop lisse. L’auteur est trop gentille avec lui. C’est un personnage sombre et là, elle le materne presque. Certes, il a perdu ses parents et il aura du mal à s’en remettre toute sa vie. Mais l’auteur s’est surtout basée sur ce fait là pour construire son personnage, ce qui en fait un ado presque lambda. Il est censé être plus compliqué, ce qui en ferait un personnage complet et complexe.

Bref, je n’ai pas été hyper convaincue par ma lecture qui semblait pourtant bonne ! Tout n’est pas à jeter, loin de là. Ce livre reste un bon divertissement, bien écrit. Il faut juste faire comme si on était dans un autre univers que celui de DC… Pour ma part, ce roman ne va pas rester dans ma tête très longtemps… 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.