BD & Mangas, Livre, Manga, mangas

Biorg Trinity, coffret

Le monde est rongé par un mal étrange baptisé “Bio Bug”: des “trous” apparaissent chez certains individus, leur permettant d’absorber et de fusionner avec l’objet de leur choix. Le résultat peut se révéler utile, remarquable ou… terrifiant ! Cependant, les préoccupations des lycéens demeurent les mêmes et notre héros, Fujii, est moins intéressé par la capacité de son amie Kiwa à fusionner avec une moto que par la charmante Fumiho Enomoto. Malheureusement pour lui, il a comme rival le brillant Hosa, qui veille sur la jeune fille depuis sa plus tendre enfance… Car Fumiho, sous ses airs insouciants, cache un secret qui pourrait affecter la Terre entière ! Lorsque Fujii se découvre lui-même atteint d’un Bio Bug, quel choix fera-t-il pour obtenir une place dans le cœur de Fumiho ?

Un grand merci aux éditions Kazé pour l’envoi de ce coffret Biorg Trinity ! 😊

J’avoue que j’ai commencer cette série sans savoir si je l’aimais ou pas. La lecture du premier tome m’a laissée complètement perplexe. On saute du coq à l’âne, la lecture est assez difficile car pas assez lisible. Bref, pas très positif.

Pourtant, il y a un petit quelque chose dans cette histoire qui m’a accrochée, et à partir du tome 3, je me suis réellement amusée à lire ce grand n’importe quoi.

Le côté SF est bien fait, on est plongé dans un univers original et très WTF. On est bien au Japon, mais dans un futur proche. Les graphismes des monstres sont justes incroyables, c’est sans doute ce qui est le plus réussi dans cette série !

Une maladie inconnue appelée « bug » touche presque la quasi totalité de la population. Cette maladie se concentre dans les mains. Elle crée des « trous » qui permettent à la personne touchée de fusionner avec ce qu’il désire. Tout un programme, il fallait avoir l’idée !

A cela, on ajoute une histoire de cœur ! Car oui dans tout ce bazar, nous avons un héros, Fujii. Un héros au grand cœur, qui ferait tout pour sa camarade Fumiho Enomoto. Sauf qu’il n’est pas le seul à être amoureux d’elle !

Après un premier tome un peu bizarre, où il se passe tout et n’importe quoi sans aucunes explications, j’ai fini par m’habituer à l’ambiance un peu spéciale de ce manga. Ça va toujours un peu dans tous les sens, mais l’histoire devient un peu plus claire. Ouf. 

L’auteur prend enfin un peu de temps pour s’occuper de ses personnages. Il aime les martyriser, leur faire dire des gros mots, et montrer les fesses de jolies lycéennes. Pas trop ma tasse de thé. 

Heureusement, on suit une trame plutôt classique pour un manga : un lycéen qui aime la belle fille de sa classe, mais qui n’est pas assez courageux pour le lui avouer. Et puis il y a le rival qui arrive et plus rien ne va. Bref, le fameux le triangle amoureux. Le tout avec des monstres et décors apocalyptiques.

Je suis donc plutôt mitigée sur ma lecture de ces trois tomes ! J’ai vraiment accroché à partir du troisième tome. Je ne suis pas tout à fait sûre de lire la suite, car l’histoire comporte 14 tomes au total (dernier tome à paraitre chez Kaze au mois d’octobre 2018) ! 🙂

Série télé, Séries TV & Films

The handmaid’s tales

Dans une société dystopique et totalitaire au très faible taux de natalité, les femmes sont divisées en trois catégories : les Epouses, qui dominent la maison, les Marthas, qui l’entretiennent, et les Servantes, dont le rôle est la reproduction.

Odieux. Au premier épisode de The handmaid’s tales, j’ai failli appuyer sur stop à plusieurs reprises. Non parce que la série n’est pas bien, au contraire elle est excellente, mais parce que l’histoire est à hurler.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, c’est simple, imaginez-vous dans une société totalitaire, dans laquelle les femmes n’ont d’autre fonction que d’être un ventre reproducteur (pour celles qui le peuvent car la majorité des femmes sont devenues stériles) ou d’entretenir les maisons, ou d’épouser un homme qui ne leur laissera que peu de place dans quelque décision que ce soit (et encore, peu de place, c’est pour celles qui ont de la chance).

Je n’ai pas lu le livre (en français La servante écarlate), mais la série est, à mon sens, une totale réussite, tant sur le plan des décors et costumes que sur le plan du jeu des acteurs. La scène de la « cérémonie » dans le premier épisode, est terrible, alors que tout y reste feutré, enfermé dans cette chambre bourgeoise comme dans l’esprit de chacun.

La diffusion de la saison 2 vient de commencer, une saison 3 est déjà annoncée. C’est le moment, si vous ne l’avez pas encore vue, de regarder la saison 1. En réfléchissant à la condition féminine et, au-delà, à l’inestimable privilège que nous avons dans notre société, que nous soyons homme ou femme, d’être libres.