BD & Mangas, Coup de Coeur, Livre, Manga, mangas

Reine d’Egypte

C’est le début d’une nouvelle ère dans l’Égypte des pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère Séthi fait de ce dernier l’héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmosis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures et forment à première vue un couple parfait. Seulement, sous ses airs d’épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde… Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père ! Enfant, elle ne cessait d’humilier Séthi au combat à l’épée, et elle est imbattable au tir à l’arc. Pourquoi ne serait-elle pas digne d’accéder au rang suprême, juste parce qu’elle est née femme ? Pour Hatchepsout commence alors un combat pour s’affranchir des conventions ancestrales d’une des plus grandes civilisations du monde !

Chie Inudoh a décidé de s’intéresser à l’histoire de la première des plus grandes reines d’Egypte : Hatchepsout. Grâce à l’auteur, on découvre la jeunesse de la reine, son accession au trône et surtout son obsession : devenir l’égale d’un homme, elle qui est née dans un corps de femme et ne peut donc rien accomplir.

Aventureuse, intelligente, fière, généreuse et indépendante : ainsi apparaît Hatchepsout. Chie Inudoh nous dépeint un formidable portait féministe de cette reine :

  • Aventureuse, elle l’est tout d’abord car elle souhaite se rendre sur le terrain, aux côtés des soldats.
  • Intelligente, elle le prouve tout au long de ce premier tome : elle manie la ruse comme personne au palais, et montre tout son intérêt pour le peuple égyptien.
  • Généreuse, elle essaye de l’être autant qu’elle peut en essayant de s’occuper des personnes qui l’entourent.
  • Fière et indépendante, car même si elle s’est mariée avec son demi-frère qui est un abruti total, elle réussit à se détacher de lui afin de mener sa propre existence au palais royal.

Arbres généalogiques, liens avec les dieux, pyramide des castes, flash back, moitié documentaire, moitié narrative, tout est fait pour que l’histoire soit pédagogique tout en restant intéressante. Une histoire qui est tout de même romancée. Est-ce que tout est vrai ? Aucune idée, mes connaissances en Egypte antique sont assez limitées, mais certains éléments se rapprochent de la réalité telle que la dépeignent les historiens.

Au-delà de l’histoire très bien amenée, c’est un manga magnifique que nous apporte là Chie Inudoh. Il n’est d’ailleurs pas sans rappeler un autre manga des éditions Ki-Oon, Bride Stories, avec le même souci du détail. Les personnages sont magnifiques, les décors très travaillés, et on a presque l’impression de partir en Egypte.
L’objet-livre lui-même est beau, avec une jaquette que l’on pourrait presque prendre pour du papyrus.

Ce premier tome de Reine d’Egypte est pour moi un coup de coeur, et j’attends avec impatience la suite (au mois de juin) ! En attendant, je pense me renseigner un peu sur Hatchepsout, cette formidable reine qui a régné il y a bien longtemps 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s