Livre, Roman ado

Harry Potter et l’enfant maudit

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

harry_potter_and_the_cursed_child_special_rehearsal_edition_book_cover

Voilà bien longtemps que je n’avais pas lu de théâtre ! Mais bon, Harry Potter, c’est Harry Potter, alors en roman ou non, c’est toujours un plaisir de retrouver l’univers de J.K. Rowling.

Harry Potter et l’enfant maudit se lit relativement vite, étant donné qu’il n’y a que des dialogues, si on ne compte pas les indications scéniques.
On n’est pas perdu puisqu’on retrouve nos personnages et héros préférés. Mais cette fois, le héros n’est plus vraiment Harry, mais son fils Albus, un de ses trois enfants. C’est un ado mal dans sa peau, qui déteste Poudlard, et pour qui le poids de la célébrité de son père est trop lourde à porter. Un ado qui doute de lui, et qui n’a pas vraiment d’ami. Un ado qui veut que les choses changent.

J’ai bien aimé les nouveaux personnages : Albus et Scorpius, le fils de Draco Malefoy, sont tous les deux attachants… et tous les deux à Serpentard. Ils ont tous les deux des difficultés face à la célébrité de leurs parents, et ont du mal face aux rumeurs qui courent. Ils décident alors que les choses doivent changer. Mais j’ai trouvé que leur choix était un peu bizarre : avec l’aide d’un Retourneur de Temps, ils décident de changer le passé. Pourquoi un choix bizarre ? Parce que ce n’est sans doute pas ce moment là que j’aurais choisi, bien au contraire, même si cela nous emmène dans un univers que l’on connait bien.
De même, j’ai bien aimé Delphi, seul nouveau personnage féminin qui se révèle être plus important que prévu. 

J’ai trouvé que les choses allaient parfois trop vite dans l’histoire. Cela est sans doute lié à la forme théâtrale. On passe de scènes en scènes sans vrai arrêt. Par exemple, on passe beaucoup trop vite la cérémonie du Choixpeau. Il est intéressant qu’Albus aille à Serpentard, mais la chose n’est absolument pas exploitée.
De même, les personnages ont grandi, certes, mais des petites choses m’ont gênée, voire déçue : depuis quand Harry, Ron, Draco et Hermione parlent comme s’ils étaient de grands amis avec le Professeur McGonagall, voire des supérieurs ? Depuis quand Ron ne fait-il que de la figuration et est devenu bien pâle (pas son teint hein, son personnage) ? Où sont passés certains personnages ? Pourquoi Harry Potter est-il aussi déprimant et déprimé ? Depuis quand les personnages font du Polynectar avec une baguette magique en 10 secondes ? Bref, il y a de nombreuses incohérences et autres petits bugs qui déçoivent.

L’écriture est bof, sans réel style, loin des textes de J.K. Rowling.

Donc vous l’aurez compris, j’ai adoré retrouver l’univers inventé par J.K. Rowling, mais beaucoup d’éléments font que Harry Potter et l’enfant maudit est une petite déception. A voir si les choses rendent mieux sur scène ! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s