Livre, Roman

La danse des vivants

Eté 1918. Dans un hôpital militaire, un jeune homme se réveille amnésique. Il a tout oublié de son passé, jusqu’à son nom, mais parle aussi bien le français que l’allemand.
Les services secrets français voient en lui l’espion idéal. Ils lui donnent l’identité d’un mort allemand. Mais peut-on être un autre quand pour soi-même on est personne ?

ppm_medias__image__2016__9782226328786-x

La guerre. Celle de 14-18. Celle des tranchées, de la bataille de la Marne et de Verdun. Les milliers et milliers de morts et de blessés, les gueules cassées, l’armistice, le traité de Versailles… Vous croyiez à peu près tout savoir, en tout cas l’essentiel, sur celle que l’on appela la Der des Der? Moi aussi. Et voilà que m’arrive par le biais de Babelio (merci Babelio, vraiment) La danse des vivants, d’Antoine Rault. 491 pages bien denses, bien écrites, qui racontent autre chose de cette guerre pas encore finie lorsque commence le roman, ses effets sur l’humain et ses suites.

Nous sommes en juillet 1918, pas dans les tranchées mais dans un hôpital militaire. Au milieu des cris de douleur et des gémissements des blessés, un homme s’éveille. Physiquement intact, mais sans souvenir. Ni de qui il est, ni de ce qu’il a vécu. Il aurait pu, comme d’autres, être renvoyé sur le front. Lui aussi subit les électrochocs réservés aux « simulateurs », mais sa façon de s’exprimer, sa culture, le fait qu’il parle aussi bien le français que l’allemand, intrigue. Et l’on souffre avec lui, on a envie qu’il ait plus que ces quelques bribes qui, parfois, remontent de sa mémoire enfouie.

Dans le service qui chaque jour informe des familles de la disparition, de la mort au front d’un enfant, on cherche. Je ne vous raconterai rien de cet aspect des choses, histoire de ne pas trop dévoiler l’intrigue. Antoine Rault joue en tout cas sur les sentiments de lecteurs tout acquis à ce malheureux jeune homme de façon très efficace.

Il permet aussi à ceux qui n’en auraient jamais entendu parler de s’imaginer ce que fut ce service, de même qu’il fait entrer son lecteur dans les négociations du traité de Versailles ou, plus tard dans le roman, des manoeuvres des services secrets, qu’ils soient français ou allemands. C’est là une des particularités réussies de La danse des vivants : mêler l’histoire de son malheureux officier amnésique et l’Histoire, celle écrite par Clemenceau, Wilson, Lloyd George et les grands du monde de l’époque. On croise même, très brièvement mais quand même, un Hitler pas encore au pouvoir, mais aussi Hindenburg et Ludendorff.

En déroulant l’histoire du personnage attachant qu’est Charles (oui, l’amnésique s’appelle en vrai Charles), c’est à la fois une quête d’identité personnelle et  toute une époque que raconte Antoine Rault. Celle de l’après-guerre, qui n’est finalement que l’avant-guerre suivante. Charles devient espion pour la France, part pour l’Allemagne. Et nous voilà dans l’Allemagne de la République de Weimar, qui panse ses plaies, mais aussi – et on connaît beaucoup moins cet aspect de l’histoire allemande – dans l’Allemagne toujours en guerre, contre les Russes, dans la Baltique. Et l’on espère toujours que Charles sortira heureux de ce bourbier… La réponse est au bout des 491 pages. Ou au-delà…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s