Livre, Roman

The Air he breathes

Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes.

C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route.

Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

111640694_o

Tristan Cole et Elizabeth n’ont pas été épargnés par la vie : lui a perdu sa femme et son fils, elle a perdu son mari. Ils tentent de se reconstruirent dans une petite bourgade appelée Meadows Creek. D’abord distants, ils vont se rapprocher, s’apprivoiser… mais leur passé reste tapi tout près, prêt à surgir à tout instant.

The air he breathes a été élu parmi l’un des cinq meilleurs romans de l’année 2015 aux Etats-Unis. Et on peut comprendre pourquoi. L’histoire est crédible, touchante et belle. 

J’ai bien aimé le personnage d’Elizabeth. Après la mort de son mari Steven, dans un accident de voiture, elle tente de faire face à la douleur. Sa petite fille Emma, quatre ans, est devenue sa raison de vivre, celle qui lui permet de continuer. Elle évolue petit à petit au contact des autres, de Tristan, de Sam, et de Faye, sa meilleure amie. On la voit sortir de sa coquille.
Tristan Cole est un personnage parfait. Il a perdu ceux qui lui étaient chers, sa femme Jamie et son fils Charly : on le retrouve donc plus que brisé au début du roman, froid comme un glaçon. Il retrouve goût à la vie au contact de Elizabeth et Emma. C’est lui qui a le plus perdu, mais aussi celui qui évolue le plus dans ce roman.

Brittainy C. Cherry aborde le difficile thème de la perte d’un ou plusieurs êtres chers et de la reconstruction qui suit. Le roman, à deux voix, fait de nombreux retours en arrière, avant l’accident. Ces passages sont assez déchirants et amènent souvent les larmes aux yeux.
J’ai bien aimé toutes les petites références que l’on trouve tout au long du roman. De même, j’aimé les pointes d’humour disséminées un peu partout. Alors que certains passages sont plein de tristesse, d’émotions, on s’étonne à rire par moment. Le roman est donc loin d’être lourd.

L’auteur a réussi à créer de vrais personnages secondaires, qui ont un vrai rôle. On ne les oubli pas car ils sont importants. Alors que Tristan et Elizabeth sont des personnages torturés, d’autres sont rafraichissants comme Faye, la meilleure amie de Lizzie. Elle apporte la bonne humeur à ce livre. 

J’ai aimé ce roman qui m’a fait passé par toutes les émotions. Il est très bien écrit et j’attends avec impatience le second tome ! 🙂

Publicités

1 thought on “The Air he breathes”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s