Livre, Roman

Wayward Pines

L’agent Ethan Burke se réveille partiellement amnésique au bord d’une rivière. Les souvenirs lui reviennent peu à peu : il est un agent des Services secrets des États-Unis, il venait à Wayward Pines, petite bourgade tranquille du fin fond de l’Idaho, enquêter sur la disparition de deux de ses collègues, quand il a eu un accident de voiture aux abords de la ville, tuant son coéquipier sur le coup.

wayward-pines-livre-1

Ça ne m’arrive pas souvent, mais cette fois, j’ai vu la série avant de lire le livre. Alors, suis-je déçue ? Eh bien non, toujours pas. Parce qu’une nouvelle fois, j’ai trouvé dans un livre ce que je n’ai pas trouvé dans la série : le ressenti du personnage principal. Ah, je vais un peu vite peut-être. Et si je commençais par le commencement, ce serait sans doute plus facile à suivre, non ?
Alors voilà : l’agent Ethan Burke se réveille près d’une rivière. Il ne se rappelle pas de grand chose, si ce n’est qu’il est un agent secret envoyé à la recherche de deux de ses collègues des services secrets disparus dans un coin paumé des Etats-Unis nommé Wayward Pines.

Wayward Pines, c’est, à première vue, une petite ville parfaite. Entourée de montagnes plantées de sapins, elle abrite de gentils voisins qui se retrouvent pour partager un barbecue, de petits commerces et même un hôpital. Oui, à première vue, Wayward Pines est un amour de petite ville. Bon, pour ceux qui ont vu la série avant de lire le livre et qui ont aussi vu Twin Peaks, il est vite évident que le panneau Welcome to Wayward Pines planté sur une route déserte avec les montagnes et leurs sapins en fond n’annonce rien de bon, mais bon, faisons comme si on n’avait pas vu la série… ni Twin Peaks.

Wayward Pines, disais-je, a l’air, comme ça, d’une ville toute proprette, où tout le monde est gentil, une sorte de carte postale du rêve américain version classe moyenne. Eh bien sachez qu’il n’en est rien (bon, j’avais un peu spoilé j’avoue). Ethan Burke va vite se rendre compte qu’il y a comme un truc qui ne va pas. D’abord les gens. Le shérif, par exemple, n’est pas franchement sympa avec ce pauvre agent du gouvernement qui vient, quand même, d’avoir un accident… Et puis la ville : Ethan Burke a beau essayer d’en sortir, il s’y retrouve toujours (je vous ai parlé d’une de mes autres séries préférées, Le prisonnier ?).

Même si vous avez vu la série, je ne peux que vous conseiller de lire le livre : même si vous connaissez déjà la plus grosse partie de l’histoire, le livre est flippant à souhait. Certaines scènes vont vous tenir littéralement en haleine. Attention, certaines sont violentes. Le vrai Wayward Pines…

Publicités

1 thought on “Wayward Pines”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s