Livre, Roman

Potion Macabre

Avoir une fille en pleine crise d’ado quand on a 27 ans, ce n’est déjà pas de la tarte mais quand votre adorable progéniture est une jeune vampire en pleine poussée hormonale, ça devient carrément insurmontable. Comme si je n’avais déjà pas assez à faire avec une bande de potioneuses complètement disjonctées qui sème la pagaille dans toute la région et la nouvelle guerre qui se profile lentement mais sûrement à l’horizon…

kean310

Après les deux grosses affaires auxquelles Rebecca Kean, sorcière de guerre, a eu à faire face dans les deux premiers tomes, notre héroïne n’est pas sortie de l’auberge.
Sa fille Leonora aborde l’adolescence, et comme c’est une hybride vampire, les choses ne sont pas faciles. Rebecca doit aussi gérer le camp vampire, après le départ de Raphael pour New York.
Alors quand de gros problèmes se produisent chez les sorcières, notre héroïne ne sait plus où donner de la tête !

J’ai un chouïa moins apprécié ce tome que les deux précédents, sans doute à cause du fait que la majorité de l’histoire se passe chez les potioneuses. Leur univers est moins sauvage que celui des loups garous, moins bestial. Leur monde semble plus lisse, mais les sorcières sont assez pernicieuses, quand on y pense, plus subtiles dans leurs agissements. C’est plus un monde « de fille », avec des crasses que seules les filles peuvent se faire entre elles.
Cela change des deux premiers tomes. Je m’étais bien habituée à voir toutes les deux minutes un loup-garou ou un vampire trainer dans le coin 😉

Pas de Raphael donc, ce qui ne m’a pas trop gêné. J’aime bien son personnage, mais je n’arrive pas à savoir s’il est sincère ou non, et ça m’énerve 😉 .
Il n’y a pas non plus Bruce… j’ai cru que j’allais pleurer car j’adore son personnage. Heureusement qu’il revient à la fin du tome, sinon je sens que je me serais énervée 😉

Et puisque ces deux personnages masculins majeurs de la saga manquent à l’appel, l’auteur a mis l’accent sur un personnage jusque là mis de côté (on ne le voit que dans le premier tome, et au début du second tome) : Marc. On découvre le monde des démons (que j’ai beaucoup aimé), et certaines choses se mettent en place… mais on n’a pas toutes les cartes en main, loin de là. On en sait autant que Rebecca pour le coup, ce qui revient à dire que l’on ne sait pas grand chose. L’auteur nous mène par le bout du nez depuis le début, et c’est aussi ce qui fait la force de cette saga.

On se rend compte de l’importance du monde inventé par Cassandra O’Donnell avec la découverte de deux univers très différents : celui des potioneuses et celui des démons. Ce sont deux mondes crédibles, complets, l’un ressemblant à un Poudlard moderne et l’autre aux Enfers de fiction, et on ne doute pas un instant de l’existence des êtres surnaturels mis en scène.
L’intrigue de l’enquête menée par Rebecca est encore une fois bien menée, pleine de suspense, de rebondissements. On se prend vite au jeu d’investigation, se demandant qui est ou sont les coupable(s), doutant parfois jusqu’aux dernières pages du roman.

Ce troisième tome finit de façon tout à fait critique et frustrante. C’est donc avec plaisir que je lirai la suite de cette saga française de qualité ! 🙂

***
L’auteur a écrit le délicieux dialogue entre Leonora et Bruce, qui se passe juste après le tome 3 :

http://data.over-blog-kiwi.com/0/86/75/15/ob_a74d99_leonora.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s