Livre, Roman, Roman ado

In the after

Ils entendent le plus léger des bruits de pas…
Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs…
Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle !

Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en quelques jours à peine. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ?

Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu’elles survivent en autarcie, quand d’autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé… mais il ne fait que commencer !

in the after tome 1

Un monde devenu inhospitalier, dans lequel les humains sont des proies. Déjà vu, déjà lu ? Oui. Et non. Dans In the after, on est dans l’après. Bon, une fois que je vous ai dit ça, je n’ai pas vraiment dévoilé quoi que ce soit, sauf si vous ne savez pas ce que veut dire after en anglais 😉
Vous voulez en savoir plus ? Alors voilà : In the after, dans l’après donc, les humains se font bouffer par des sortes de bestioles d’une rapidité inégalée (on pourrait peut-être tenter un croisement de Superman et Flash pour sauver la planète ? Bon, passons, ce n’est vraiment pas le sujet), les Floraes. C’est comme ça qu’en trois ans, la plupart des humains ont disparu… Flippant, non ?

Seule solution pour échapper aux Floraes : être totalement silencieux quand on va se ravitailler en nourriture, boisson, et toutes autres choses utiles à une vie quotidienne. Il faut aussi avoir de la chance (on ne sait jamais, on peut faire l’effort d’être silencieux et quand même tomber par mégarde sur un Florae si on fait partie des gens qui n’ont pas de bol…). Se ravitailler, on peut le faire dans les magasins, quand ils n’ont pas déjà été pillés, dans les maisons dont les habitants ont été mordus par les Floraes (certes, il faut faire abstraction du sang sur les murs) et partout où il reste à manger. Et tout ça dans le plus parfait silence. Facile ? Vous avez essayé de marcher un trottoir sans faire claquer vos chaussures sur le bitume ? De prendre une bouteille dans un rayon sans la faire heurter sa voisine de rayon ? De faire du vélo sans que l’on entende le pédalier ? De manger sans faire le moindre bruit ?

Amy, elle, est toujours là. C’est une ado, mais comme toujours dans les romans young adult, elle a des réactions beaucoup plus mûres que celles d’une ado. Elle a trouvé une maison où elle est à l’abri. A l’abri des Floraes, mais aussi des autres humains. Ah oui, on ne vous a pas dit : certains humains sont aussi des ennemis (le fameux « l’homme est un loup pour l’homme », ça vous parle ?). Ils ne sont pas bien nombreux, ces humains, mais une pomme pourrie, c’est bien connu, ça suffit pour pourrir tout un panier…

Je pourrais vous raconter le reste, la rencontre d’Amy avec Amber, avec Baby, son arrivée dans cette colonie qui s’est elle aussi mise à l’abri, mais je préfère vous laisser découvrir par vous-même ce qui se passe dans In the after. Je vous préviens juste d’une chose : à un moment de votre lecture, vous allez peut-être vous surprendre à parler plus bas, à marcher pieds nus sur la pointe des pieds, à maudire le voisin qui passe la tondeuse. Vous serez mûr, à ce moment-là, pour commencer à (sur)vivre In the after. Mais peut-être pas encore à faire face à ses bassesses, que je compte bien retrouver vite fait bien fait dans In the end, le second tome.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s