Film, Films

Mommy

Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

Mommy
Mommy

Mommy, c’est l’histoire de Diana et de son fils Steve. La première est une veuve qui essaye de joindre les deux bouts. Le second, Steve, est son fils, un garçon malade, impulsif. La violence et la provocation sont sa réponse à tout. Ils vont faire la connaissance de Kyla, leur nouvelle et mystérieuse voisine. Avec elle, ils voient une lueur d’espoir, un espoir d’une vie meilleure.

Je me méfie des films primés au Festival de Cannes : je ne suis absolument pas une adepte des films d’auteurs, lesquels sont souvent d’un ennui presque mortel pour moi. Toutefois, j’ai voulu laisser sa chance à Xavier Dolan. Pourquoi lui ? Tout simplement parce que j’avais beaucoup aimé son approche du clip d’Indochine College Boy. Surtout que l’on retrouve le même acteur dans le clip et dans le film.

Mommy est un très beau film, parfois dur, sur la vie. On alterne moments désagréables, où tout va mal, et moments d’espoir. Les émotions sont toujours au centre de ce film : plus d’une fois, je me suis surprise à sourire et même à rire avec les personnages, ou à pleurer dans les moments difficiles.
Les acteurs sont plus que crédibles : pas une seule fois je me suis dit que l’un d’eux jouait mal, ou n’était pas bien dans son rôle. Ils sont leurs personnages, et c’est assez remarquable.
La bande son est assez surprenante. Elle va de Céline Dion à Lana del Rey. Le plus étonnant, c’est surtout les moments où ces chansons interviennent : elles ont un certain pouvoir, rendant les scènes encore plus intenses.

Le seul bémol que je trouve vient du fait que les acteurs parlent un français québécois plutôt incompréhensible. Il faut donc lire les sous-titres, alors que l’on comprend à moitié ce qui est dit. Le film est plutôt long, ce qui m’a occasionné un léger mal de crâne. Sans regret.

Pour conclure : Mommy n’est pas un film qui se regarde, mais qui se vit. Il est plutôt intense et fort en émotions. J’ai beaucoup aimé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s