Livre, Roman

Sans orgueil ni préjugé

Le mariage ? Morgana Charbrey ne veut pas en entendre parler ! Sa passion dévorante pour les sciences emplit suffisamment sa vie sans qu’elle ait besoin de s’encombrer d’un époux. Cette soif d’indépendance, elle la dissimule derrière une prétendue maladie qui la contraint à rester recluse chez elle, à l’abri des regards courroucés de la haute société. En accompagnant sa jeune soeur Rosalie faire ses débuts à Londres, Morgana était loin d’imaginer que sa beauté et son caractère emporté attireraient l’attention de l’insupportable et ô combien séduisant comte Greenwald.

54093710

Pour moi, Cassandra O’Donnell était jusque là une auteur américaine ou anglaise. Mais c’est avec une grande surprise que j’ai fait sa connaissance au salon Lire à Limoges 2015 et que j’ai découvert qu’en fait non… elle est tout ce qu’il y a de plus française 🙂 C’est un auteur très sympa et sa bonne humeur m’a donné envie de découvrir ses romans.

J’ai donc commencé par le premier tome des Soeurs Charbrey, intitulé Sans orgueil ni préjugé. Ce titre m’a tout de suite attiré vu que j’adore les romans de Jane Austen 🙂

Angleterre. XIXe siècle. Morgana Charbrey est une jeune femme de 23 ans, de caractère, issue de la bonne société londonienne. Elle vit toutefois recluse dans le domaine Charbrey, qu’elle gère avec son oncle. Elle aime la vie qu’elle y mène, agissant comme une mère avec ses soeurs et s’adonnant à ses recherches scientifiques. Pour la bourgeoisie londonienne, c’est une pauvre jeune fille malade, qui ne peut quitter son lit. Les mensonges de la famille Charbrey vont toutefois être mis à mal le jour où Rosalie, une des soeurs de Morgana, va faire son entrée dans le monde en tant que débutante et que Morgana décide de l’y accompagner. Leur chemin va alors croiser la route du comte Greenwald… et la suite ne va pas être de tout repos !

Morgana est un personnage que j’ai bien aimé, surtout qu’elle me fait énormément penser à Alexia Tarabotti (voir ici ). Elle est complètement en décalage par rapport à son époque. Elle a soif d’indépendance alors que les règles de cette époque régissent une société patriarcale, mettant les femmes sous la tutelle des hommes, que ce soit le père, l’oncle ou le mari. Elles n’ont pas de réelle liberté et c’est exactement ce dont Morgana ne veut pas.
Morgana est une féministe et est fière de le faire savoir à ses proches, avec notamment des joutes verbales pleines de morgue très drôles. Elle sauve toutefois les apparences en société, passant pour une jeune fille douce et bien élevée.

J’ai aussi apprécié le comte Greenwald, un homme de caractère écossais – tout comme lord Maccon dans Le Protectorat de l’Ombrelle. Je les compare car ce sont deux personnages qui se ressemblent énormément 🙂 Tous les deux sont des têtes de mules, des hommes à femmes et des hommes en vue dans la société londonienne.

J’espère que l’on verra dans les tomes suivant les autres membres de la famille Charbrey, car on ne les voit pas trop, ce qui est un peu dommage.

J’ai donc bien aimé ce premier tome. Cela ressemble à d’autres choses que j’ai déjà lues dans le même genre. C’est bien écrit et l’histoire est légère, parfaite pour se vider la tête.

J’attends donc le tome 2, qui sort en juin 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s