Roman, Roman ado

L’Homme à la Voiture Bleue

Antoine a toujours eu beaucoup d’admiration pour son demi-frère Victor, petit diamant à l’oreille, de l’allure. Un enthousiasme que ne partagent pas les résidents du lotissement hautement sécurisé où se trouve l’appartement paternel. Depuis la rentrée de septembre, à chaque fois qu’Antoine se rend chez son père, Victor est absent. Alors qu’il franchit le double portail de la résidence pour les vacances de la Toussaint, il décide d’exiger cette fois la vérité : Où est Victor ?

l-homme-a-la-voiture-bleue

L’homme à la voiture bleue, c’est un roman français abordant les thèmes de prison, de la présomption d’innocence, des résidences fermées, d’ « amour fraternel » et du travail d’enquête.

Antoine vit entre Villameuse, avec son père, et Lyon, où a décidé de s’installer sa mère. L’histoire se déroule surtout à Villameuse, pendant les vacances de la Toussaint, dans le Parc aux cerfs, qui est en fait une résidence fermée (une « gated community »), où personne ne se parle vraiment. Son père, Loïc, a refait sa vie avec Marie-Ange, institutrice, elle-même parent d’un garçon, Victor. Victor, c’est le mec renfermé avec sa famille, mais qui s’épanouit lorsqu’il fait de la mécanique sur son scooter. Il a abandonné l’école, fait un peu caïd sur les bords, ce qui en fait un être indésirable au Parc aux cerfs. Et donc un coupable idéal lorsque l’on retrouve un homme dans le coma dans le local poubelles.

Antoine a toujours admiré son demi-frère, même si ce n’est pas réciproque. Du coup, lorsque ce dernier n’est pas là à l’arrivée d’Antoine pour les vacances, son frère s’inquiète et va tout faire pour l’aider.

Ce livre est un polar sans prétention, qui n’apporte pas de réelle surprise, autant sur sa forme que sur son fond. On y découvre la vie en communauté, ses dérives, mais aussi le fait que certaines enquêtes de police sont bâclées, surtout quand on tient le coupable idéal.

Le style d’écriture utilisé est un style que je n’affectionne pas particulièrement, même s’il est dynamique et va droit au but, sans fioritures. C’est un livre que l’on remarque dans une librairie, avec un titre mystérieux, un résumé intéressant, mais qui, je trouve, ne tient qu’a moitié ses promesses. Ça manque de piquant, de suspense, d’émotions.
Dommage, je m’attendais à mieux…

L’Homme à la voiture bleue, Sébastien Gendron

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s