Roman, Roman ado

Le Protectorat de l’Ombrelle

Tome 2 : Sans Forme (spoilers si vous n’avez pas lu le premier tome !)

Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… laissant Alexia seule aux prises avec un régiment de soldats non humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !
sans forme

J’ai bien aimé ce second tome, même s’il n’est  pas aussi réussi que le premier, ce qui est plutôt dommage.

J’aime toujours autant le personnage d’Alexia Tarabotti Maccon qui est désormais mariée à Lord Conall Maccon, le loup-garou Alpha de la meute de Woolsey, aussi comte et chef du BUR. Les joutes verbales mythiques de Lady Maccon me font toujours autant rire (le style de l’auteur est absolument génial et on s’y croirait presque !), de même pour les attitudes empruntées d’Ivy Hisselpenny (la bonne société anglaise du XIXe siècle…). Le steampunk est toujours aussi présent et important dans l’histoire, ce que je trouve intéressant. Il permet une certaine diversité par rapport à d’autres séries (par exemple, New Victoria), dans lesquelles le steampunk est beaucoup moins présent.

Des personnages importants du premier tome sont quasiment absents de ce tome, comme par exemple Lord Akeldama, ce qui est dommage ! Même si je me méfie de ce personnage haut en couleur, j’aime bien les petites appellations dont il affuble les autres personnages. Il en est de même avec le professeur Lyall que j’aime beaucoup et qui n’est jamais là, Alexia et sa troupe d’amis étant partis en Ecosse.
Toutefois, d’autres comme Ivy Hisselpenny et ses chapeaux exubérants (et de mauvais goût), Tunstell, le porte-clés de Lord Maccon sont toujours présents pour notre plus grand plaisir 🙂 De même, la présence de Félicité (la demi-soeur d’Alexia) apporte un petit plus piquant à l’histoire et dans les dialogues.

Le reste de l’histoire est pleine de rebondissements (l’accent est mis sur les loup-garous écossais et non plus sur les vampires anglais), pleine d’humour (j’ai ricané plus d’une fois) et pleine de surprises. On sent toutefois que c’est un tome de transition entre le premier tome qui pose la trame et le troisième où Alexia retourne à ses origines en Italie, et que ce n’est pas ce second tome qui va être réellement important pour la saga (même s’il introduit certaines choses qui vont rythmer à coup sûr la suite de la saga).

Publicités

1 thought on “Le Protectorat de l’Ombrelle”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s