Roman, Roman ado

No Pasarán, Endgame

Et si l’Expérience ultime n’était pas seulement un jeu vidéo mais un moyen de remonter le temps ?
Éric est retourné dans ce qu’il croyait encore être un jeu pour libérer Andreas. Au moment où il l’a retrouvé dans le Paris de 1942, son ancien camarade de classe lui a échappé et s’est enfui avec la disquette. Perdu pour de bon. Lâché, tel un monstre, dans la France de l’Occupation. Prêt à tout pour renverser le cours de l’Histoire et faire gagner le camp des bourreaux !
Qui peut encore l’arrêter ? Éric et Thierry sont désormais hors jeu. Gilles, le frère d’Éric, reporter de guerre, se porte volontaire pour retourner dans une France vert-de-gris, où des policiers français traquent des enfants, où des miliciens prêtent main-forte aux nazis. Il n’aura aucun droit à l’erreur, ni dans le jeu ni dans la vie réelle. Car il n’y a pas de point de sauvegarde. Il n’y en a jamais eu…

no-pasaran,-endgame

Dans ce troisième et dernier tome, on retrouve toujours les mêmes personnages : Eric, Thierry, Gilles, Khaled, Andreas…

Gilles qui rentre du Moyen-Orient. Eric qui se trouve une alliée inespérée dans sa quête de la vérité en la personne de Nita Salaun, la mère d’Andreas. Thierry qui est devenu interne pendant les vacances et qui aide la famille Boudjedrah. Et toujours Andreas qui est coincé dans le jeu, mais pas dans la position à laquelle on aurait pensé au départ.

Eric et Thierry ne peuvent plus retourner dans le jeu. Ils y sont morts et la partie est finie pour eux. Game over. Le seul qui le peut encore est Gilles, ce journaliste qui a vu tant d’horreurs pendant la guerre en Irak.

L’histoire est devenue plus sérieuse, moins enfantine. Les lecteurs ont grandi, l’histoire aussi. On peut parler de roman engagé (dans une certaine mesure) qui n’a pas peur de dénoncer la violence des jeux vidéos et tout ce qu’ils impliquent : la violence dans la réalité, le fait que certaines personnes ne font pas la différence entre réalité et virtuel (l’actualité le montre un peu tous les jours). Il y a aussi la dangereuse montée de Patrie et Renouveau et les personnes qui sont à sa tête, même si elles ne sont pas précisément nommées.

On voit tout de suite que l’auteur s’est très bien renseigné, qu’il a fait de nombreuses recherches. Il y a un vrai travail de fond. Loin, très loin de certains livres insipides et inutiles. On est happé dans les horreurs de la guerre de 1939-1945, ses acteurs (Pétain, Eichman, Klaus Barbie…), ses actes abominables (la rafle du Vél’d’Hiv)…

Je trouve que le début de ce troisième tome est long et assez éloigné de ce qu’il se passe dans le premier tome car il se trouve surtout dans la réalité. Je me suis même demandée à plus d’une reprise quel était le lien avec l’histoire de base. On le comprend un peu avant la moitié du roman, après être reparti dans le jeu vidéo. Dans ce jeu vidéo étrange qui pourrait bien changer le cours de l’humanité et notre passé pour toujours. C’est à partir de ce moment là que l’on comprend tout l’intérêt de la première partie du roman 🙂

La fin, quoique prévisible, est rondement menée et est à l’image de cette trilogie : tout à fait réussie 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s