Roman, Roman ado

Carbon Diaries 2015

Laura Brown était une adolescente insouciante, jusqu’à la Grande Tempête qui a dévasté l’Angleterre. Depuis, elle a dû renoncer à tout ce qu’elle aimait : jouer dans son groupe punk, prendre un bon bain chaud, discuter toute la nuit sur son téléphone portable… Et tout cela à cause des restrictions d’énergie imposées par le gouvernement ! Désormais, chacun doit gérer un nombre de points « Carbone », ce qui rend la vie infernale. Mais Laura trouve la parade : confier à son journal ses aventures tragi-comiques dans un monde qui pourrait bien, un jour, devenir le nôtre.

carbon diaries 2015

Laura Brown, 16 ans, est une lycéenne comme les autres. Elle rêve de sortir avec Ravi, elle fait partie d’un groupe punk qui monte, n’a pas forcément de bons résultats scolaires. Son univers est bouleversé, tout comme celui de tous les habitants du Royaume-Uni, le jour où le gouvernement décide de faire baisser la consommation de carbone de 60%. Catastrophes sur catastrophes se produisent alors : le monde devient fou, le temps fait des siennes, la famille de Laura se désagrège.

L’auteur réussi parfaitement à reproduire la forme d’un journal intime. Mais on saute du coq à l’âne dans les idées, à l’intérieur d’un même paragraphe parfois, ce qui est dommage. Les phrases ne veulent rien dire, pour certaines. Le livre se lit bien et vite mais le niveau d’écriture est équivalent à celui de 50 Nuances de Grey ou encore de Twilight : pas terrible. De nombreux jours manquent au calendrier de Laura et les faits importants dont l’auteur nous rabâche les oreilles depuis une vingtaine de pages sont passés bien souvent en deux lignes, ce qui gâche les choses.

Laura n’est pas une héroïne à laquelle on s’attache réellement : elle est constamment indécise, ne sait pas ce qu’elle doit faire, se plaint. Elle s’appui énormément sur les autres, notamment sur ses voisins. Au début, c’est compréhensible, puisque le nouveau système de calcul de carbone mis en place par le gouvernement à de quoi perturber, mais au bout de 300 pages, c’est lassant. De plus, les parents de Laura m’ont plus qu’énervé.

Un des points positifs de ce livre est qu’il fait réfléchir sur notre mode de vie, sur nos habitudes, sur ce qu’il se passent en ce moment même avec le dérèglement du temps (tornades aux Etats-Unis, pluies incessantes, manque de soleil…). Ce qui arrive à l’héroïne peut aussi nous arriver, ce qui est assez effrayant : hiver très rude, sécheresse et canicule et énormes inondations.

C’est un roman catastrophe réaliste sur ce qui pourrait se passer demain, dans une semaine ou dans un mois. Malgré une héroïne pleurnicharde, l’auteur Saci Lloyd apporte une vraie réflexion sur notre société.

A noter qu’un tome deux, Carbon Diaries 2017, est prévu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s