Roman, Roman ado

Le Protectorat de l’Ombrelle

Tome 1 : Sans Âme

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales.

Primo, elle n’a pas d’âme. Deuzio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait pas été présenté !
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire.
Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

sans âme

Ce roman est un vrai rafraîchissement ! On compose toujours avec des vampires et des loup-garous, mais ils sont au second plan. Et le premier plan n’est autre que la délicieuse Mademoiselle Alexia Tarabotti.

Alexia Tarabotti est une jeune fille issue de la bonne société londonienne, mais ce n’est pas pour autant qu’elle s’en préoccupe : elle a un caractère épouvantable (pour son époque), n’est pas à la mode (deux ans de retard au moins !), et surtout, elle n’est pas mariée à alors qu’elle a 26 ans ! Horreur, malheur ! En plus, elle arrive toujours à se mettre dans des situations pas possibles : par exemple, elle tue un vampire accidentellement avec son ombrelle lors d’une soirée organisée (ce qui n’arrive pas tous les jours). Mais encore pire : c’est une paranaturelle. En clair, elle n’a pas d’âme. Ce qui attire des convoitises…

Avec ce livre je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. J’avais lu des avis très favorables, alors je me suis lancée. Et je comprends mieux maintenant ces avis 🙂 Au départ, dans le premier chapitre, j’ai eu un peu de mal à entrer dans le roman. Mais finalement, après cela, impossible de le lâcher.

La faute en revient sans doute à Alexia qui est un personnage absolument génial ! Elle a un caractère bien trempé, mais en même temps elle a des principes, comme toutes les femmes de l’époque victorienne. Elle se sert du langage comme d’une arme pointue et aiguisée qui ne cesse de frapper, lorsque ce n’est pas son ombrelle.
De même, j’adore ses joutes verbales avec lord Maccon, l’Alpha d’une meute de garous, et chef du BUR (Bureau du registre des non-naturels), en charge de toutes les affaires surnaturelles.
Les personnages secondaires ne sont pas en reste avec lord Akeldama, le vampire de Londres aux goûts vestimentaux très douteux, le professeur Lyall, le Bêta de lord Maccon, la mère d’Alexia…

Tous ces gens sont portés par des évènements tous plus rocambolesques les uns que les autres, et une enquête surnaturelle, avec de nombreux rebondissements, qui se finit en apothéose (et effusion de sang) 🙂 Tout cela dans un style steampunk tout à fait exquis.

Ce premier tome se suffit à lui-même et une suite n’est pas forcément nécessaire. C’est bien pour cela que je m’interroge sur ses (pour l’instant) quatre suites. Dans quoi va bien pouvoir nous embarquer l’auteur ?

C’est un roman délicieux que l’on a envie de lire tout en mangeant des cupcakes et en prenant le thé 🙂

Publicités

2 thoughts on “Le Protectorat de l’Ombrelle”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s