Roman, Roman ado

Les proies

Jusqu’à ce vendredi de novembre, le plus gros problème de Margot était que Lucas, l’amour de sa vie, avait couché avec Pauline, sa meilleure amie. C’était jusqu’à ce vendredi. Car, le même jour, un problème encore plus gros a surgi. Plus terrifiant. Plus mortel. Ce vendredi-là, les zombies ont envahi la ville. Et Margot, Pauline et Lucas sont devenus des proies…

les proies

Ce livre me faisait de l’oeil depuis sa sortie en août dernier. Les zombies, ça change des vampires. C’est vraiment la mode, mais ça l’a toujours été plus ou moins selon les périodes.

Enfin bref. Je m’y suis mise. Et en fait, au début, j’ai été agréablement surprise. La couverture donne pourtant peu envie, et le résumé est un… résumé très concis, et ne donne pas du tout la dimension du livre. L’histoire ne tourne pas qu’atour de la petite amourette de Margot, Pauline et Lucas, bien au contraire.

Amélie Sarn écrit super bien, c’est un vrai bonheur. C’est un auteur français, et par conséquent l’histoire se passe en France (entre Bordeaux et Toulon pour être plus exacte), ce qui change de l’éternelle histoire aux Etats-Unis. Et pour ma part, je me suis sentie plus à l’aise, parce que ça aide à mettre des choses en place quand on connait la ville où se déroule l’action.

On suit au départ plusieurs personnages qui nous permettent de jouer sur tous les fronts : le trio Margot/Pauline/Lucas, Roger, Enzo, les scientifiques, Zoltan… Tout ça permet de mettre en place une histoire solide, même si elle est très ressemblante à toutes les histoires de zombies dans les films. Il y a toujours ces scientifiques qui sont à la recherche de la vie éternelle, des gens assez fous pour les subventionner, et puis inexorablement la diffusion du virus après une perte de contrôle. L’épidémie se diffuse, touche le monde entier, mais il y a toujours une poche de résistance qui peut sauver le monde.
Comme vous l’aurez compris, c’est cette poche de résistance que l’on suit.

Le livre est divisé en trois parties : la diffusion de l’épidémie et les tentatives de rester en vie, la fuite, puis finalement la volonté d’arrêter ce virus. Toute la première partie est très bien, puisque la situation, les personnages et leurs caractères, sont bien posés. La seconde est un peu moins bonne, puisque finalement, il ne se passe pas grand chose, à part le fait de tuer du zombie et qu’il faut trouver de quoi survivre. Elle m’a paru un peu longue, surtout avec des personnages comme Ava ou encore Lucas qui devient absolument insupportable (j’avais juste envie qu’un zombie en fasse son déjeuner, histoire qu’il se taise et arrête de la ramener…). La troisième partie, la plus courte, est là parce qu’il faut bien un peu d’espoir dans ce monde de brutes. Sinon, elle ne sert pas vraiment à grand chose, sinon à montrer le rapprochement entre certains personnages, et à donner quelques points d’éclaircissement sur le passé. La fin du livre est au choix du lecteur (le genre de fin que je déteste !!) : vont-ils tous mourir ou trouver un remède ? C’est vous qui décidez.

C’est un livre sympa, bien fait, mais qui manque d’originalité. Donc si vous êtes dans une période « je n’ai pas trop le temps de lire », eh bien regardez un film de zombies, vous gagnerez du temps 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s